Votre météo par ville

ZNT : “Une opportunité pour communiquer positivement sur mon métier”

29-10-2020

Actualité

Culture

Cécile Fléchel est une jeune agricultrice à Marly (59), près de Valenciennes. Elle raconte comment elle a mis en place les ZNT (zones de non traitement) aux abords de ses parcelles de pommes de terre.

Les ZNT ont pour but de garder une zone non traitée de trois mètres entre les habitations et la parcelle cultivée. © DR

Lorsqu’il a fallu appliquer l’arrêté concernant les ZNT (zones de non traitement) entre les surfaces cultivées et les habitations, le (premier) confinement avait commencé. Au début du printemps 2020, Cécile Fléchel, fraîchement installée sur l’exploitation familiale, plantait ses pommes de terre sur une parcelle bordées de maisons.

Je ne savais pas ce que je devais faire de ces trois mètres entre les habitations et mon champ, avoue l’agricultrice. Si je n’implantais rien, cette zone deviendrait un champ de randonnée ou une aire de pique-nique ou pire encore un squat. Je devais implanter quelque chose.

Des fleurs à la place des pommes de terre

Impossible pour elle de planter des pommes de terre jusqu’aux maisons sans les traiter par la suite. Elle a alors décidé d’implanter une jachère fleurie, mellifère. “C’est dense, ce sont des fleurs, ça n’invite pas à être piétiné“, fait-elle remarquer. Elle le reconnaît, cette décision a mis du temps à mûrir, elle a dû faire le deuil de ce sentiment d’atteinte à la propriété qu’elle ressentait. “J’ai décidé de prendre cette réglementation supplémentaire comme une opportunité pour communiquer positivement sur mon métier“, raconte Cécile Fléchel.

Cette jeune agricultrice ne s’est donc pas arrêtée là. Elle a laissé un courrier dans toutes les boîtes aux lettres des maisons qui jouxtent la parcelle. “Dans ce courrier, je me suis présentée, j’ai expliqué mon métier, la culture de la pomme de terre, les évolutions que subit l’agriculture, explique-t-elle. Je voulais démystifier l’acte de cultiver sans pour autant me justifier.”

D’ailleurs, Cécile Fléchel ne voulait pas forcément entrer dans le dialogue mais uniquement expliquer son métier. “Je n’ai pas laissé de numéro de portable, ni de moyens pour me contacter, je ne voulais pas entrer dans un débat“, explique-t-elle.

Des coûts supplémentaires

Cette expérience, elle compte bien la renouveler cette année, avec les parcelles concernées. “C’était un pari et ça a fonctionné, avoue-t-elle. Nous somme l’entreprise qui dérange nos voisins, nous devons communiquer sur ce que l’on fait.”

Toutefois, Cécile Fléchel ne cautionne pas l’instauration de ces ZNT. “Nous n’avons aucun dédommagement pour nos pertes de production, explique-t-elle. D’autant plus que l’implantation de jachères mellifères a un coût de 100 €/ha. Même si la surface n’est pas élevée, pour ma part, cela m’a couté 20 € de semis. Mais à cela il faut ajouter le temps passé pour gérer une nouvelle culture et le coût de mécanisation.

Pour ces raisons, la profession agricole, notamment via la FNSEA, appelle toujours les pouvoirs publics à revoir leur copie.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires