Votre météo par ville

Upernoir : L’événement pour déguster le bassin minier

25-05-2023

Actualité

Les sorties

Deux ans après sa première édition, Upernoir est de retour. Il se déroulera du 1er au 11 juin, avec l’intention de sublimer le Pas-de-Calais à travers ses producteurs, ses métiers de bouche et son patrimoine.

À l’occasion d’Upernoir, la ferme Les Chevrettes, située sur le terril de Rieulay, proposera un fromage de chèvre noir. Ici, le co-gérant Olivier Graf. © M. L

La bière qui coule, cet après-midi-là, est noire et laisse un goût de café au fond du palais. Le fromage de chèvre, quant à lui, s’est paré d’éclats de charbon végétal. Impossible de manquer les deux thèmes de l’événement Upernoir, qui s’est dévoilé le 22 mai dernier, lors d’une conférence de presse à Grenay (62) : la couleur noir et la bonne chère.

Le patrimoine, la terre, la ruralité, en bref, le terroir sera également à l’honneur puisque Upernoir se veut être « une invitation à explorer un territoire et ses curiosités ».

Du 1er au 11 juin, des expériences culinaires plus originales les unes que les autres seront ainsi proposées dans le bassin minier.

À l’instar d’une « sieste noire » suivie par une dégustation de pinot noir, d’un dîner dans un champ de pommes de terre, d’un concours de tartes (noires, évidemment) ou encore d’une rando terril et terrine.

Pinot noir et pâté de canard

Après une première édition consacrée au vélo en 2021, Upernoir profite de l’obtention du label Région européenne de la gastronomie par les Hauts-de-France en 2023 pour exposer le savoir-faire culinaire du « pays noir ».

Ainsi, la brasserie Bonne bière, qui commercialise la Dark ale citée plus haut, dont le malt a été torréfié (très) longtemps pour obtenir cette couleur, se situe sur l’ancienne fosse d’Hérin, dans le Valenciennois, où trois puits de mine successifs ont été en activité.

Le fromage de chèvre noir issu de l’élevage Les Chevrettes est une création exclusive, qui ne pourra être dégustée que durant Upernoir. Elle sera servie en haut du terril de Rieulay.

« Les pieds dans la paille et dans le charbon », précise l’un des gérants, Olivier Graf.

Upernoir répond à une interrogation qui taraude le bassin minier depuis des années : comment devenir touristique ?

« Le bassin minier est, depuis toujours, l’endroit d’une cuisine de qualité et créative », assure Jérôme Prévost, chef du restaurant gastronomique du même nom à Douai.

« Quelques marqueurs forts, comme les frites, la carbonnade, et d’autres plats en sauce ont eu tendance à écraser les autres produits de la région », poursuit-il, avant de déclamer une ode aux asperges de Bugnicourt et à l’ail noir de Cuincy.

Pour ce chef, la cuisine est locavore à 80 %. Upernoir est surtout l’opportunité de montrer la part de subtilité et de raffinement que contient la gastronomie du Pas-de-Calais.

Le 4 juin prochain, jour de fête des mères, il organisera un dîner sous la serre des Jardins de Cocagne, à Sin-le-Noble, au beau milieu des pieds de tomates. L’occasion d’un coup de projecteur sur les maraîchers et les producteurs du coin, qui œuvrent en coulisse et « à qui l’on doit tout le contenu d’une bonne assiette », rappelle Jérôme Prévost.

Plus de 50 partenaires

Au sein du bien-nommé réseau Upermiam, se réunissent plus d’une cinquantaine d’artisans, producteurs et restaurateurs. Une approche partenariale qui se trouve au fondement même du projet.

« Cet événement n’existe que parce que l’on y réfléchit collectivement », insiste Ludivine Seulin Lacroix, cheffe de projet. « On s’adapte au rythme des agriculteurs notamment, qui ont souvent la tête dans le guidon. Ils n’ont pas forcément le temps d’aller chercher des partenariats. On leur montre ce qu’une participation à Upernoir peut leur apporter », explique-t-elle.

L’ambition est d’impulser une dynamique et de faire, à terme, émerger un écosystème économique pérenne.

Si les retombées de la première édition, qui s’est déroulée en 2021, sont compliquées à chiffrer. Du fait de la crise sanitaire, certains « on dit » ne trompent pas. Il se raconte par exemple que le « pavé du nord », dessert spécialement pensé pour Upernoir par le chef du restaurant Au gré des sens, à Rosult, a été tant réclamé qu’il a fallu l’inscrire définitivement à la carte, et en doubler les quantités produites…

Olivier Graf, gérant du restaurant Les Chevrettes qui avait également participé à la première édition, concède n’avoir « pas pu profiter d’une hausse de fréquentation à cause du covid ».

Le patron fait toutefois état de retombées médiatiques positives et d’un gain de notoriété.

« C’est grâce à ce genre d’événements que les habitants de la région reprennent confiance, en eux, et en ce que vaut leur territoire », rapporte-t-il.

Ainsi le noir, autrefois triste et maussade, est aujourd’hui assumé, célébré même, pour son atypisme et l’identité forte qu’il incarne. Il est la terre, la ruralité, la fertilité, et la couleur, aussi, d’un tourisme d’un nouveau genre.

Autour du Louvre-Lens : l’essor d’une destination touristique

Upernoir, de fait, répond à une interrogation qui taraude le « pays noir » depuis la désindustrialisation et la nécessité d’une reconversion.

« Comment devenir touristique ? » « Certains n’y croient pas », raille le président de Pas-de-Calais Tourisme, Philippe Duquesnoy, avec l’air de dire : « Et ils ont tort ».

Longtemps, le Pas-de-Calais n’était pas de taille face à la Côte d’Opale, qui drainait tous les visiteurs de la région.

En 2012 toutefois, l’installation du Louvre-Lens et le classement du bassin minier au Patrimoine mondial de l’Unesco permettent l’émergence d’une nouvelle destination touristique : Autour du Louvre-Lens (ALL), qui comprend le bassin minier et l’Artois.

« Nous accueillons maintenant des personnes à la recherche d’une autre forme de tourisme », note Philippe Duquesnoy. Un tourisme « responsable, culturel, historique, de courte durée et événementiel. »

Depuis dix ans, l’effort conjugué d’une politique culturelle publique proactive et des acteurs privés qui se mobilisent parvient à booster l’attractivité du territoire : « Au restaurant, je rencontre des Parisiens, des Belges, qui viennent passer des week-ends chez nous et ils sont unanimes : c’est quelque chose qu’ils n’auraient jamais imaginé il y a dix ans ! », s’enthousiasme Olivier Graf. Tous espèrent désormais que les visiteurs feront le déplacement pour Upernoir, avec en tête une promesse que répète joyeusement Philippe Duquesnoy :

« On va les épater ! » 

Marion Lecas

Lire aussi : La ferme Ronckier : Une histoire de famille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires