Votre météo par ville

« Sublimer » les restaurants et leurs fournisseurs locaux

28-01-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

La plateforme en ligne Sublimeurs met en avant des commerçants, restaurateurs et artisans qu’elle juge « responsables ». Une liste de bonnes adresses locales qui permet de prendre connaissance de la qualité et de la provenance des produits. 

sublimeurs
De gauche à droite, cinq des membres de l’équipe : Marion, Laureen, Alaude, Claire et Valentin. © Sublimeurs

« Quand je vais aux restaurant, je suis curieuse de savoir d’où viennent les produits », témoigne Alaude Lefebvre. L’entrepreneuse de 25 ans a cofondé avec Valentin Roose, durant l’été 2018, l’entreprise Sublimeurs. Son site internet valorise les restaurants et commerçants de la région qui privilégient le circuit-court et s’adressent à des fournisseurs locaux. 

« Nous sommes le cordon ombilical entre l’assiette et le producteur », décrypte la jeune femme qui part régulièrement à la rencontre des restaurateurs pour dénicher des pépites « responsables ».

Où bien manger

La plateforme fête cette année son premier anniversaire : mise en ligne en février 2019, elle regroupe aujourd’hui une communauté de 210 artisans et producteurs régionaux, ainsi que 34 restaurants (dont 22 basés à Lille).

« Non seulement l’aspect « food » (nourriture, ndlr) est mis en valeur, mais aussi la décoration et le mobilier, comme le travail des céramistes pour les assiettes », explique Alaude. 

Quels sont les critères pour intégrer la liste ? Sublimeurs en compte quatre : l’authenticité (produits qualitatifs), la proximité (circuit-court), la responsabilité (protection de l’environnement) et le partage (être ambassadeur en faisant connaître les démarches durables engagées). 

infographie sublimeurs

Fibre entrepreneuriale

C’est une fois ses études terminées à la Skema Business School que Alaude Lefebvre décide de créer cette entreprise avec Valentin Roose, développeur digital de trois ans son aîné. Elle est la femme de terrain, souvent en déplacement. Lui est l’homme de l’ombre.

« Il a créé le site internet et recevait les « feedbacks » (retours, ndlr) de mes rencontres avec les restaurateurs », se remémore son associée. Ensemble, ils se lancent donc dans l’aventure entrepreneuriale et la prise de risque ne freine pas la motivation d’Alaude.

Au contraire, sa hâte est d’autant plus grande que le projet lui trottait dans la tête depuis plusieurs années. « À 18 ans, j’ai créé une e-boutique avec une amie d’enfance, La Victoire d’Alaude. Elle était dédiée aux bijoux sur le thème marin. L’idée de créer Sublimeurs m’est venue ensuite naturellement. J’aime manger au restaurant… et j’ai le modèle de mes parents qui sont aussi entrepreneurs et épicuriens ».

Pour traverser la phase d’amorçage sans tomber à l’eau, Sublimeurs reçoit des aides et subventions de la part de la Banque publique d’investissement (BPI) et d’Hodéfi (accélérateur de startups en Hauts-de-France fondé par la CCI Grand Lille). 

Accompagnement

Si l’entreprise a su tirer son épingle du jeu, c’est aussi grâce à son modèle économique : en plus de la plateforme en ligne, Sublimeurs est une agence de communication culinaire. Cette stratégie de diversification oriente l’activité vers le conseil et l’accompagnement. Malin, puisque les établissements répertoriés sur la plateforme sont des clients potentiels.

« Notre vision est de promouvoir le bien-manger et de devenir la référence de la gastronomie responsable dans les Hauts-de-France »

Alaude Lefebvre, cofondatrice de sublimeurs

L’équipe souhaite notamment renforcer l’accompagnement « éco-responsable » de ses partenaires, en faisant appel à leurs compétences RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Leur nouveau partenariat avec Gecco l’illustre bien : depuis septembre dernier, cette collaboration vise à proposer aux restaurants des solutions de valorisation locale de leurs biodéchets et huiles alimentaires usagées. 

Dans le même temps, l’équipe de Sublimeurs continue à s’agrandir pour mener à bien ses objectifs : « garder l’effort éthique comme fil conducteur et consolider le réseau régional ». Pas question, pour l’instant, de s’élargir à toute la France. « Notre vision est de promouvoir le bien-manger et de devenir la référence de la gastronomie responsable dans les Hauts-de-France », affirme Alaude.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Enquête : 3 agriculteurs sur 4 se déclarent insatisfaits de leurs relations avec l’industrie agroalimentaire
Alors que démarre le Salon de l’agriculture, l’institut de sondages Ipsos dévoile les chiffres de sa derni [...]
Lire la suite ...

« Qui mieux qu’un agriculteur peut parler de l’agriculture ? »
Passionnée par l'agriculture et l'étude de la société, Valérie Dahm sillonne la France à coups de phrases chocs po [...]
Lire la suite ...

« Là où l’État sanctionne, la Région va accompagner »
En amont du Salon de l’agriculture, la vice-présidente de la Région, Marie-Sophie Lesne, a tenu une conférence [...]
Lire la suite ...

Guillaume et sa rouge flamande en quête du Graal
Éleveur à Auchy-les-Mines (62), Guillaume Dedourge emmène Nielle des blés, sa vache, au célèbre concours génér [...]
Lire la suite ...

Des jeunes de Genech en lice pour le trophée des lycées
Six jeunes de l'Institut de Genech (59) participent pendant quatre jours au trophée national des lycées agricoles su [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : un label régional au Salon de l’agriculture
Nicolas Fagoo, négociant en bestiaux et éleveur à Saint-Omer, a lancé il y a un an un label valorisant le bien-être [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires