Votre météo par ville

Gecco, ou l’art de sublimer les déchets alimentaires

25-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Désormais basée à Avelin (59), l’entreprise Gecco transforme l’huile de friture des restaurants en biocarburant. Cette année, elle s’agrandit et poursuit sa diversification.

GECCO nouvelle unité de production - Terres et Territoires
La construction de la nouvelle unité de production est en cours de finalisation. © Gecco

Nous les avions contactés avant les mesures de confinement. Leur activité est aujourd’hui, bien entendu, chamboulée. Avant cet épisode de crise, l’entreprise Gecco avait lancé la construction d’une nouvelle unité de production à Avelin (59).

Son objectif : valoriser 1200 tonnes d’huiles de friture en biodiesel, soit 1,2 million de litres par an en 2022. C’est le cheval de bataille du cofondateur de l’entreprise, Michel Millares : “Dès la création de Gecco en 2007, il y avait la volonté d’utiliser les ressources de notre territoire. Nous collectons l’huile et la transformons pour la revendre sur le marché des biocarburants dans les Hauts-de-France.

Le biodiesel sert ensuite à alimenter les transports de service public des collectivités : véhicules de la mairie de Lille (59), bennes à ordures ménagères des communes de l’agglomération de Béthune-Bruay-Artois-Lys Romane (62), véhicules de voirie de la mairie de Charleville-Mézières (08)…

Moteur écologique

“Les biocarburants ont été critiqués à cause de l’exploitation des terres agricoles”, explique le directeur général, écologiste convaincu. En effet, la première génération de biocarburants réalisée à partir d’huile de colza ou de palme utilise la plante elle-même.

Michel Millares a choisi un autre créneau : s’attaquer aux déchets de la restauration plutôt qu’aux champs. Son moteur ? Limiter l’impact environnemental. Le directeur estime que le biodiesel permet “de diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 95 % par rapport au gasoil et de réduire la quantité de particules fines de 65 %”.

GECCO directeur Michel Millares - Terres et Territoires
Michel Millares, président et directeur général de Gecco

Nous collectons l’huile et la transformons pour la revendre sur le marché des biocarburants dans les Hauts-de-France

MICHEL MILLARES

Terre de la frite

La plus grosse part de marché concerne l’huile de friture, résidu local par excellence : “Notre région est la terre de la frite“, rappelle le président et directeur général. Pour effectuer la transformation en biocarburant, l’équipe récupère les huiles dans les restaurants et les déchetteries.

“Ce que les gens ignorent souvent, c’est qu’ils peuvent emmener leur huile de friture en déchetterie. La plupart les jettent dans l’évier ou dans les WC”, souligne-t-il. Cette année, l’entreprise va développer la mise en place de points d’apport volontaire sur les parkings des supermarchés et dans des commerces partenaires. Ainsi, les particuliers pourront apporter leurs bouteilles d’huile usagées, plutôt que de les jeter.

Diversification

Depuis 2017, Gecco a diversifié son activité avec la collecte des résidus alimentaires des restaurants et des cantines scolaires. L’entreprise est d’ailleurs partenaire de Sublimeurs, un site qui répertorie les bonnes adresses de restauration “responsable” dans la métropole lilloise.

Les biodéchets proviennent des restes d’assiette (fermentescibles) et du marc de café. Ils sont envoyés vers deux filières : le compostage et la méthanisation.

Pour poursuivre toutes ces activité, la mise en service de la nouvelle unité de Gecco devrait avoir lieu au cours du premier semestre 2020. Une date qui reste à confirmée en raison du contexte actuel de pandémie et de confinement.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires