Votre météo par ville

Gecco, ou l’art de sublimer les déchets alimentaires

25-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Désormais basée à Avelin (59), l’entreprise Gecco transforme l’huile de friture des restaurants en biocarburant. Cette année, elle s’agrandit et poursuit sa diversification.

GECCO nouvelle unité de production - Terres et Territoires
La construction de la nouvelle unité de production est en cours de finalisation. © Gecco

Nous les avions contactés avant les mesures de confinement. Leur activité est aujourd’hui, bien entendu, chamboulée. Avant cet épisode de crise, l’entreprise Gecco avait lancé la construction d’une nouvelle unité de production à Avelin (59).

Son objectif : valoriser 1200 tonnes d’huiles de friture en biodiesel, soit 1,2 million de litres par an en 2022. C’est le cheval de bataille du cofondateur de l’entreprise, Michel Millares : « Dès la création de Gecco en 2007, il y avait la volonté d’utiliser les ressources de notre territoire. Nous collectons l’huile et la transformons pour la revendre sur le marché des biocarburants dans les Hauts-de-France.« 

Le biodiesel sert ensuite à alimenter les transports de service public des collectivités : véhicules de la mairie de Lille (59), bennes à ordures ménagères des communes de l’agglomération de Béthune-Bruay-Artois-Lys Romane (62), véhicules de voirie de la mairie de Charleville-Mézières (08)…

Moteur écologique

« Les biocarburants ont été critiqués à cause de l’exploitation des terres agricoles », explique le directeur général, écologiste convaincu. En effet, la première génération de biocarburants réalisée à partir d’huile de colza ou de palme utilise la plante elle-même.

Michel Millares a choisi un autre créneau : s’attaquer aux déchets de la restauration plutôt qu’aux champs. Son moteur ? Limiter l’impact environnemental. Le directeur estime que le biodiesel permet « de diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 95 % par rapport au gasoil et de réduire la quantité de particules fines de 65 % ».

GECCO directeur Michel Millares - Terres et Territoires
Michel Millares, président et directeur général de Gecco

« Nous collectons l’huile et la transformons pour la revendre sur le marché des biocarburants dans les Hauts-de-France« 

MICHEL MILLARES

Terre de la frite

La plus grosse part de marché concerne l’huile de friture, résidu local par excellence : « Notre région est la terre de la frite« , rappelle le président et directeur général. Pour effectuer la transformation en biocarburant, l’équipe récupère les huiles dans les restaurants et les déchetteries.

« Ce que les gens ignorent souvent, c’est qu’ils peuvent emmener leur huile de friture en déchetterie. La plupart les jettent dans l’évier ou dans les WC », souligne-t-il. Cette année, l’entreprise va développer la mise en place de points d’apport volontaire sur les parkings des supermarchés et dans des commerces partenaires. Ainsi, les particuliers pourront apporter leurs bouteilles d’huile usagées, plutôt que de les jeter.

Diversification

Depuis 2017, Gecco a diversifié son activité avec la collecte des résidus alimentaires des restaurants et des cantines scolaires. L’entreprise est d’ailleurs partenaire de Sublimeurs, un site qui répertorie les bonnes adresses de restauration « responsable » dans la métropole lilloise.

Les biodéchets proviennent des restes d’assiette (fermentescibles) et du marc de café. Ils sont envoyés vers deux filières : le compostage et la méthanisation.

Pour poursuivre toutes ces activité, la mise en service de la nouvelle unité de Gecco devrait avoir lieu au cours du premier semestre 2020. Une date qui reste à confirmée en raison du contexte actuel de pandémie et de confinement.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Une enquête pour mesurer l’impact de la crise sur les exploitations agricoles des Hauts-de-France
La chambre d’agriculture des Hauts-de-France lance une enquête en ligne, accessible ici. Objectif : mesurer l&rsq [...]
Lire la suite ...

Top chef, fan de carottes
Alexandre Bédague, producteur de carottes de Tilques, est venu faire concourir son produit dans les « Grands duels » [...]
Lire la suite ...

4000 maroilles achetés par le département de l’Aisne pour soutenir la filière
Alors que la crise sanitaire du Covid-19 a fait s’effondrer les ventes de fromages AOP, le Conseil départemental [...]
Lire la suite ...

Les abeilles sont-elles plus productives cette année ?
Les amalgames ont vite fait de mettre la bonne production de miel actuelle sur une soit-disant baisse de l’activit [...]
Lire la suite ...

Exploitations en difficulté : nouveau rallongement des procédures pénales
Dans le cadre de la réponse à l’épidémie de Covid-19, le gouvernement rallonge une nouvelle fois les procédur [...]
Lire la suite ...

Les moulins des Hauts-de-France dans l’attente de la reprise
S’il y a eu pénurie de farine dans les supermarchés, c’est en raison de l’approvisionnement, à l&r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires