Votre météo par ville

Foncier : Les marchés agricoles au plus haut

01-06-2023

Actualité

C’est tout frais

Culminant à 6 130 € par hectare, les prix des terres et prés libres en France continuent leur progression en 2022 avec une augmentation nationale de 3,2 %. Un phénomène se poursuit : celui de la hausse des acquisitions par les personnes morales.

Avec 18 100 hectares, l’artificialisation en France est en baisse, mais « c’est toujours trop » pour Emmanuel Hyest, président de la FNSafer. © VCH

Jeudi 25 mai, la fédération nationale des Safer (FNSafer) présentait depuis Paris, en binôme avec le ministère de l’Agriculture, son analyse annuelle des marchés fonciers ruraux 2022.

Ils comprennent les marchés des parts sociales, des terres et prés, des vignes, des forêts, des maisons à la campagne et de l’urbanisation.

Pour Loïc Jegouzo, directeur adjoint des études de la FNSafer, si 2021 avait été marquée par un « dynamisme général », 2022 est « plus contrastée. »

Que faut-il en retenir ? Le point en cinq enseignements.

1. Le marché des terres et prés progresse

Affichant son niveau maximal depuis le point le plus bas enregistré en 1997, le prix des terres libres poursuit sa progression. En 2022, le prix moyen d’un hectare est de 6 130 € en France. Le nombre de transactions agricoles enregistre une hausse de 2,5 % avec 106 130 ventes réalisées en 2022 pour une surface de 480 400 hectares (+ 2,7 %) et un montant de 7,144 milliards d’euros (+ 4,9 %).

Les cours élevés des céréales soutiennent la remontée des prix, malgré la hausse des coûts des intrants et de l’énergie. Toutefois, les situations sont très contrastées selon les zones géographiques et les filières.

Pour Emmanuel Hyest, président de la FNSafer, l’actualité géopolitique et climatique rappelle l’enjeu autour de la valorisation des terres agricoles.

« Le poids de l’économie peut paraître paradoxal. On voit des différences sur les filières laitières et sur des éléments annexes telles que la présence d’irrigation qui impacte le prix », cite-t-il.

« Dans le tiers Nord, les écarts qui existaient auparavant entre terres irriguées et non irriguées ont tendance à se creuser. Et la demande pour des terres non irriguées se tasse », complète Loïc Jegouzo.

Côté terres et prés loués, la barre des 5 000 € l’hectare est dépassée (5 060 €/ha), en hausse de 2,9 %.

2. Les personnes morales quasi majoritaires

Les achats par les personnes morales (sociétés d’exploitation et sociétés de portage du foncier) affichent ainsi une nette progression avec une part de marché de près de 24 % en surface. Les groupements fonciers agricoles (GFA) sont, eux, pour la première fois, au-dessus des 30 000 hectares acquis.

« En face, les agriculteurs et les personnes physiques restent les acquéreurs majoritaires pour 51 % des surfaces. Mais on imagine qu’ils pourraient passer sous la majorité », analyse Loïc Jegouzo.

Avec des surfaces restant pour le moment « peu importantes » – 7 000 ha – les acquisitions des collectivités sont en nette hausse, de 61 % en 2022.

Quel en est le moteur ? Difficile à dire pour la FNSafer qui voit toutefois un lien avec les stratégies locales d’alimentation.

3. Le marché des parts sociales s’accélère

Avec une hausse de près de 25 %, le nombre de transactions de parts sociales est « à un niveau inédit », frôlant la barre des 10 000.

Le marché affiche un montant de 3,113 milliards d’euros (+ 104,8 %) pour 6 650 sociétés (+ 20,7 %).

Pour la FNSafer, pas de doute, c’est un effet de la loi Sempastous.

Comparé au marché foncier agricole, le marché des parts sociales représente l’équivalent de 8 % du nombre de transactions mais la surface concernée (en propriété ou en location) atteint 161 % du marché foncier agricole.

« D’où l’urgence de la régulation, effective au 1er janvier, et qui était nécessaire », relève Loïc Jegouzo.

4. Les grands massifs profitent du marché

Achetées en masse en 2021 dans le sillage de l’après-covid, les petites forêts enregistrent un recul de leurs ventes.

En 2022, les transactions se replient de 2,7 % sur les forêts d’un à dix hectares après un rebond de 31 % en 2021.

En revanche, la vente progresse au profit des grandes forêts : 190 grands massifs de plus de 100 hectares portant sur 40 000 hectares, soit un niveau record en nombre et le deuxième plus haut niveau en surface. Les forêts avec bâti affichent toutefois un recul plus marqué, à l’image du marché des maisons à la campagne.

Les acquéreurs de forêts sont à un niveau inédit des personnes morales. Les surfaces acquises progressent de 29 % (groupements forestiers, professionnels de la filière, institutionnels). Elles représentent 44 % contre 26 % pour les particuliers (en baisse de 11 %).

« L’acquisition de massifs par les personnes morales se fait souvent dans un objectif financier, note le président de la Fnsafer. Le prix est très supérieur à la valeur économique de la forêt. »

Les prix sont d’ailleurs orientés à la hausse (+ 4,2 %) avec un prix national moyen de 4 630 € par hectare.

« Le dynamisme s’inscrit dans le contexte global de la forte tension sur le marché du bois dont la demande bondit, précise Loïc Jegouzo. Bois construction et bois énergie sont très recherchés. »

5. Près de 20 000 hectares destinés à l’urbanisation

S’il est en repli, le marché de l’urbanisation affiche encore 25 540 transactions (- 37 %) pour 18 100 hectares (-46 %) de terres agricoles destinées aux logements, activités et infrastructures.

Pour Emmanuel Hyest, « c’est trop. Encore. Toujours. Et en plus de ces surfaces consommées pour le logement, les activités, les infrastructures, des surfaces significatives sont aussi retirées à l’agriculture, à la forêt, aux espaces naturels pour devenir des jardins d’agrément ou des terrains de loisirs. »

Pour résoudre les enjeux d’autonomie alimentaire, du carbone, de l’eau, de l’énergie, le président de la FNSafer se dit « convaincu qu’un nouveau modèle de développement est en train de se mettre en place sans consommer de terre agricole. » 

Louise Tesse

Lire aussi:

Albert Lebrun :« Le foncier ne doit pas être un souci permanent »

Safer : Son rôle dans l’objectif ZAN

Maraîchage : Félix et Florian veulent « nourrir les gens dans le respect »

Maraîchage : La belle histoire de Marion Aubert et d’Alexis Danneels

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Pévèle : Suite aux orages de grêle, visite sur le terrain pour une demande de reconnaissance ISN
Le 9 juillet, la Pévèle était touchée par la grêle. La DDTM s'est rendue ce 17 juillet sur le terrain pour évalu [...]
Lire la suite ...

Numéro 373 : 12 juillet 2024

Série de l’été : La Lys et sa vallée alluviale (3/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Climat. Antoine Rabain (Geckosphere), apôtre de la neutralité carbone
À 43 ans, Antoine Rabain est à la tête de Geckosphère. Il met son expertise sur le climat au service de ceux qui veu [...]
Lire la suite ...

Agence de l’eau : Isabelle Matykowski nommée directrice générale
Isabelle Matykowski a été nommée directrice de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. À l'occasion de sa prise de foncti [...]
Lire la suite ...

À Lorgies, Le Pôle Légumes recense sa biodiversité
Quelles sont les infrastructures agroécologiques les plus bénéfiques à la biodiversité ? La production agricole es [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires