Votre météo par ville

Gabriel Asseman : « Le salon, c’est 100 % de plaisir »

15-02-2024

Actualité

C’est tout frais

Plusieurs dizaines de chefs animent chaque année le stand régional, valorisant les produits et leurs producteurs ainsi que l’image des Hauts-de-France. Un exercice intense auquel Gabriel Asseman, le chef du restaurant arrageois L’œuf ou la poule, se prête avec joie.

Gabriel Asseman, chef du restaurant L’œuf ou la poule, à Arras, participera pour la quatrième fois au Salon de l’agriculture sur le stand des Hauts-de-France. © L’œuf ou la poule

« J’ai de la chance, je ne tombe jamais sur le jour de la volaille. » Ce n’est pas qu’il n’aime pas, au contraire il en a fait la spécialité de son restaurant, L’œuf ou la poule ouvert en 2017 à Arras, mais Gabriel Asseman se réjouit, à chaque participation au Salon de l’agriculture, de travailler d’autres produits justement.

Cette année, ce sera du poisson. Pas de problème pour le chef de 44 ans qui s’est notamment formé à l’Huîtrière et éprouve « toujours un petit plaisir à travailler ce produit ». Du grondin précisément, qu’il préparera poêlé, servi avec un duo de potimarron et une espuma à l’ail. Pour l’après-midi, puisque chaque chef propose deux recettes par jour, ce sera terrine d’endives au maroilles poêlée sur duo d’endives blanche et carmine et vinaigrette d’agrumes. La liste des courses est signée Hervé Duplouy, le président de l’association Chefs en Nord qui concocte le menu depuis plusieurs mois (lire ci-dessous).

Le parcours de Gabriel Asseman est « classique », dit-il : du BEP au BTS à Trith-Saint-Léger (il est originaire de Valenciennes), Lille puis Avesnes-sur-Helpe. Ensuite le passage par diverses cuisines, en commençant par celle du recteur d’académie où il sera cuisinier particulier, puis celle du lycée européen Montebello, où il rencontrera celui qu’il qualifie de mentor depuis : Hervé Duplouy.

Virage dans le privé ensuite avec l’Ermitage Gantois, à Lille, ou encore le restaurant du Golf, à Marcq-en-Barœul, et passage par une expérience de commercial quand il devient démonstrateur culinaire. « Ça m’a permis d’aller voir beaucoup de chefs, de voir les concepts, les idées », dit le quadragénaire. Et de préparer son projet d’installation, « l’aboutissement ».

« Une respiration dont on a bien besoin »

C’est le centre-ville d’Arras qui voit ouvrir L’œuf ou la poule en 2017, où il adore « surprendre avec un œuf » – bio, de la ferme du Vert galant – et réinventer des plats traditionnels de volaille. De Licques, s’il vous plaît !

Les produits locaux, ce sont les stars du salon de l’agriculture et le stand de chefs régionaux s’inscrit dans cet esprit : valoriser les productions agricoles, les produits de la pêche. « Nous avons une richesse incroyable, notamment avec un très beau présentoir de la marée », se réjouit celui qui « adore cuisiner avec un micro devant les gens, leur montrer, leur expliquer et leur faire goûter ».

Et ça tombe bien parce que tel Chirac à la grande époque, les visiteurs viennent notamment au salon de l’agriculture pour manger. « Nous sommes là pour défendre la richesse des produits régionaux dans une journée totalement conviviale. Contrairement à nos restaurants, nous sommes là dans un but associatif, pas du tout mercantile : c’est 100 % de plaisir. À chaque fois, c’est une journée fatigante mais aussi une respiration dont on a bien besoin. »

Justine Demade Pellorce

Retrouvez également notre dossier concernant toute l’actualité du salon de l’agriculture.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires