Votre météo par ville

Gestion des eaux pluviales : un objectif transversal

06-04-2023

Actualité

C’est tout frais

Jeudi 30 mars, le stade Bollaert, à Lens, accueillait la neuvième édition du Forum national de la gestion durable des eaux pluviales. L’occasion de présenter diverses solutions alternatives et compensatoires.

C’est au stade Bollaert que les acteurs de la gestion des eaux pluviales se sont réunis pour présenter leurs solutions. © E. P.

Alors que le président de la République annonçait le très attendu plan eau jeudi 30 mars, dans le même temps au stade Bollaert de Lens se tenait la neuvième édition du Forum national de la gestion durable des eaux pluviales.

À l’heure où se superposent plusieurs réglementations quant à l’artificialisation des villes (lire notre édition du 31 mars), il n’est pas toujours simple pour les communes de s’y retrouver.

Des solutions peuvent pourtant être mises en place facilement pour répondre aux différents objectifs de gestion des eaux pluviales (lire aussi ci-dessous).

Première solution et sans doute pas la première à laquelle on pense : la géomatique, c’est-à-dire le traitement informatique de données géographiques.

Pour Hélène Durand, P-DG de l’entreprise Alisé géomatique, l’enjeu est de pouvoir déterminer “quelle solution est applicable et à quel échelon ?

Pour cela, Alisé géomatique propose la cartographie des villes par usages et par “taux d’imperméabilisation”.

Objectif : déterminer où et comment la ville peut pouvoir construire, désimperméabiliser, ne pas imperméabiliser…

Le tout en appliquant une stratégie cohérente entre l’objectif zéro artificialisation nette, le Programme local de l’habitat et la Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, la Gestion des eaux pluviales et le Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau… Ce qui n’est pas toujours facile”, argue Hélène Durand.

Lire aussi : Eau : “Désimperméabiliser” pour régner sans envahir

Concrètement, Alisé Géomatique propose des plateformes permettant aux collectivités d’avoir accès aux cartes, aux datas mais aussi et surtout à des projections/scénarios en fonction de divers paramètres et leviers d’action.

Par exemple, nous sommes capables d’évaluer l’impact d’une haie sur le ruissellement, de la mise en place d’un immeuble, etc.” 

Aussi, ces données permettent aux collectivités de les guider dans leurs choix.

L’intelligence artificielle va aussi pouvoir repérer rapidement les nouveaux espaces artificialisés entre deux périodes et montrer des évolutions. Or dans l’objectif ZAN, par exemple, tout l’enjeu réside dans cette évolution.

Des vannes plutôt que des bassins d’orage

Maintenant que les collectivités connaissent leurs terrains et savent récupérer l’eau de pluie, reste à gérer un dernier paramètre : le surplus. L’entreprise F-REG propose des vannes autonomes permettant de réguler le débit d’eau dans le réseau et d’éviter les rejets non traités.

Tous les ans, des milliers de litres d’eaux sont rejetés directement à la mer sans être passés par la case station dépuration, faute d’un réseau assez important permettant de gérer le surplus d’eau en cas de fortes pluies.

Résultat, les collectivités se trouvent dans l’obligation de redimensionner leur réseau et/ou d’installer des bassins d’orage. Dans les deux cas : des travaux longs, gênants et surtout coûteux.

L’entreprise F-REG propose d’installer à la place des vannes autonomes permettant de réguler et stocker l’eau de pluie dans le réseau pour qu’en cas de forte pluie il puisse gérer le surplus.

Optimiser le réseau

Dans les faits, F-REG va d’abord évaluer les points de déversements du réseau et les endroits où l’on peut se permettre de « stocker » un peu. Ensuite, grâce à un logiciel, l’entreprise détermine les endroits stratégiques où placer ces vannes autonomes. « Cela ressemble à des sortes de clapets avec un système anti-retour. Lorsque le temps est sec ou que la pluie est fine, la vanne reste fermée et le débit n’est pas régulé. En fonction de la quantité d’eau, la vanne s’ouvre progressivement et régule ainsi le débit. Elle évite le débordement et le pic de débit d’eau », explique Emmanuel Curignier, directeur général de F-REG.

Fonctionnant sans électricité, les vannes sont complètement autonomes et sur-mesure, « dans le sens où l’on fabrique les vannes pour les adapter au réseau et pas l’inverse ».

L’entreprise comptabilise aujourd’hui 130 installations, commercialisées depuis 2018, « dont neuf à Lens ». Dernier exemple en date : la ville de Dinard (35) qui a choisi ce système pour 500 000 euros contre un projet de bassin d’orage à 4 millions d’euros. 

Eglantine Puel

Lire aussi : La toiture végétalisée : le réceptacle à eaux de pluie

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires