Votre météo par ville

Les effets inquiétants du Covid-19 sur la hausse de la famine dans le monde

28-05-2020

Brèves

C’est tout frais

Si le Covid-19 a tué environ 350 000 personnes à travers le monde, la malnutrition et la famine provoquent la mort de plus de 9 millions de personnes chaque année à travers le monde. Un phénomène qui s’aggrave.

Terres et Territoires - famine
Selon la FAO, la pandémie du Covid-19 pourrait faire passer les 825 millions de personnes mal nourries dans le monde à plus de 1 milliard. ©pixabay

Dès le 22 avril 2020, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) alertaient sur la bombe sociale que pouvaient constituer les suites du Covid-19, en particulier l’expansion de la famine. Notamment dans des pays émergents, comme au Kenya en Afrique, et au Venezuela en Amérique centrale, où se sont produites des émeutes de la faim.

Déstabilisation des chaînes d’approvisionnement

En effet, avec la déstabilisation des chaînes d’approvisionnement, la fermeture des frontières et l’effondrement du commerce mondial, la sécurité alimentaire de nombreux pays est aujourd’hui menacée. Face à la crainte de pénurie nationale, en début de pandémie, de nombreux pays ont interdit l’exportation de produits alimentaires.

En Inde, par exemple, la crise du Covid-19 a fragilisé une agriculture structurellement déficiente. Certes, le secteur agricole emploie encore la moitié de la population, soit un peu plus de 650 millions d’Indiens, mais il ne pèse que 14 % du PIB. La très grande majorité des travailleurs agricoles et des paysans est extrêmement pauvre.

Pourtant « nous avons de quoi nourrir la planète »

Pour Thierry Pouch, chef du service des études économiques de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA), « c’est avant tout un problème de demande et non pas d’offre alimentaire » car « nous avons de quoi nourrir la planète ». La plupart des personnes se retrouvent au chômage et de ce fait, ne disposent plus du « pouvoir d’achat lié à la nourriture ». Il analyse également « un problème de politique publique ».

En 2019, 825 millions de personnes dans le monde étaient déjà mal nourries dont 135 millions au bord de la famine. Selon la FAO, la pandémie du Covid-19 pourrait faire passer ces 825 millions de personnes à plus de 1 milliard. L’objectif d’un « monde sans famine sera difficilement atteignable, voire impossible à réaliser », s’inquiète Thierry Pouch.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Chicorée : De l’importance de la réapprobation du Bonalan®
Deux herbicides très utilisés en chicorée doivent être réapprouvés d’ici l’an prochain : le Safari® [...]
Lire la suite ...

Chicorée : Une campagne en mauvaise posture
Un peu plus de trois mois après les premiers semis, la chicorée est à la peine dans les champs. Les conditions climat [...]
Lire la suite ...

Blé : l’heure du bilan a sonné à la Coop Saint-Hilaire
Ça y est, la moisson du blé 2022 s'est terminée. Il est temps donc de dresser le bilan des essais blé pour la coopé [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : gouvernement et FNSEA réagissent
Face à la sécheresse « historique » qui sévit actuellement sur le territoire, la Première ministre Élisabeth Bo [...]
Lire la suite ...

Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle Nord
Les communes de Haspres et Somain sont reconnues en état de catastrophe naturelle par arrêté interministériel publi [...]
Lire la suite ...

Cidre : les producteurs veulent une revalorisation
Inquiète de l’avenir de la filière cidricole, la fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPF [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires