Votre météo par ville

Réduction potentielle des aides couplées de la PAC : la filière bovine inquiète

29-03-2021

Actualité

C’est tout frais

Parmi les propositions pour la prochaine PAC, le ministère de l’agriculture envisagerait de réduire les aides couplées à hauteur de 250 millions d’euros. La profession, notamment la filière bovine, s’inquiète.

bovins viande ©DR
Jean Castex vient de débloquer 60 millions d’aides d’urgence aux éleveurs de bovins viande. ©DR

Ayant analysé les scénarios proposés par la DGPE (ministère de l’Agriculture) pour les aides du premier pilier de la prochaine PAC, la FNSEA estime, dans un communiqué paru le 25 mars, que ces «premières pistes nécessitent des clarifications et font apparaître des lacunes inquiétantes». Le syndicat majoritaire veut d’abord des éclaircissements sur les aides couplées, «inquiet» des modalités d’attribution à l’UGB bovine proposée pour les aides animales, «en particulier en termes d’impact sur l’élevage bovin allaitant et engraissement».

La Fédération nationale bovine (FNB) réagissait dès le 18 mars dans un communiqué : « Quelques jours seulement après l’annonce, par le premier ministre, d’un plan de 60 millions d’euros pour le secteur de l’élevage bovin viande en situation d’urgence absolue, le gouvernement s’apprête à reprendre 250 millions d’euros d’aides de la PAC par an à ces mêmes éleveurs. Des éleveurs qui ont, en 2020, dégagé un revenu de moins de 700 euros par mois… reposant entièrement sur les soutiens de la PAC».

La Coopération agricole défend également les aides couplées

«Réduire prématurément les aides accordées aux élevages de bovins viande, c’est condamner l’avenir de toute une filière!», alerte Bruno Colin, président de La Coopération agricole Filière bovine, cité dans un communiqué le 25 mars. Les hypothèses étudiées par les services du ministère de l’Agriculture (DGPE) provoqueraient «une réduction de 250 millions d’euros d’aides couplées accordées aux éleveurs de bovins viande», rappellent les coopératives.

La filière n’est «pas encore prête à se passer de ce soutien vital», estime la branche bovins viande de la Coopération agricole, car «les prix du marché ne permettent toujours pas de couvrir les coûts de production». Pour Bruno Colin, cette organisation passera «par le développement de la contractualisation, pourquoi pas avec un objectif de 100%, ceci jusqu’aux distributeurs et l’appui des programmes opérationnels».

Lire aussi : Déclinaison française de la prochaine PAC : la filière grandes cultures inquiète des propositions

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Zones humides : attention fragiles !
La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui [...]
Lire la suite ...

Éthanol : la consommation d’E85 en forte hausse en 2021 
La consommation d'E85 (éthanol à 85% dans l'essence) a grimpé de 33% en 2021, atteignant 468 000 m3, contre 351 800 m [...]
Lire la suite ...

Lait : pas de baisse de prix chez Sodiaal, rectifie Damien Lacombe 
"Notre différent avec la FNPL porte uniquement sur un indicateur faisant référence au prix FranceAgriMer", a réagi l [...]
Lire la suite ...

CBD : le Conseil d’État suspend l’interdiction de la vente de fleur brute 
Par une décision en référé rendue publique le 24 janvier, le Conseil d'État a suspendu, à titre provisoire, l'arr [...]
Lire la suite ...

Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux
Depuis quatre ans, Bérénice Lemaitre produit des savons artisanaux à partir de différents laits : jument, vache, c [...]
Lire la suite ...

Nord : Le département mise sur la nature
Abbaye de Vaucelles, terril des Argales ou marais d’Aymeries… Une vingtaine d’espaces naturels sont class [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires