Votre météo par ville

Réduction potentielle des aides couplées de la PAC : la filière bovine inquiète

29-03-2021

Actualité

C’est tout frais

Parmi les propositions pour la prochaine PAC, le ministère de l’agriculture envisagerait de réduire les aides couplées à hauteur de 250 millions d’euros. La profession, notamment la filière bovine, s’inquiète.

bovins viande ©DR
Jean Castex vient de débloquer 60 millions d’aides d’urgence aux éleveurs de bovins viande. ©DR

Ayant analysé les scénarios proposés par la DGPE (ministère de l’Agriculture) pour les aides du premier pilier de la prochaine PAC, la FNSEA estime, dans un communiqué paru le 25 mars, que ces «premières pistes nécessitent des clarifications et font apparaître des lacunes inquiétantes». Le syndicat majoritaire veut d’abord des éclaircissements sur les aides couplées, «inquiet» des modalités d’attribution à l’UGB bovine proposée pour les aides animales, «en particulier en termes d’impact sur l’élevage bovin allaitant et engraissement».

La Fédération nationale bovine (FNB) réagissait dès le 18 mars dans un communiqué : « Quelques jours seulement après l’annonce, par le premier ministre, d’un plan de 60 millions d’euros pour le secteur de l’élevage bovin viande en situation d’urgence absolue, le gouvernement s’apprête à reprendre 250 millions d’euros d’aides de la PAC par an à ces mêmes éleveurs. Des éleveurs qui ont, en 2020, dégagé un revenu de moins de 700 euros par mois… reposant entièrement sur les soutiens de la PAC».

La Coopération agricole défend également les aides couplées

«Réduire prématurément les aides accordées aux élevages de bovins viande, c’est condamner l’avenir de toute une filière!», alerte Bruno Colin, président de La Coopération agricole Filière bovine, cité dans un communiqué le 25 mars. Les hypothèses étudiées par les services du ministère de l’Agriculture (DGPE) provoqueraient «une réduction de 250 millions d’euros d’aides couplées accordées aux éleveurs de bovins viande», rappellent les coopératives.

La filière n’est «pas encore prête à se passer de ce soutien vital», estime la branche bovins viande de la Coopération agricole, car «les prix du marché ne permettent toujours pas de couvrir les coûts de production». Pour Bruno Colin, cette organisation passera «par le développement de la contractualisation, pourquoi pas avec un objectif de 100%, ceci jusqu’aux distributeurs et l’appui des programmes opérationnels».

Lire aussi : Déclinaison française de la prochaine PAC : la filière grandes cultures inquiète des propositions

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Semaine de l’agriculture : découvrez la plateforme virtuelle du Département du Nord
À l’occasion de la semaine de l’agriculture française qui se déroule du 13 au 24 mai, le Département du [...]
Lire la suite ...

Colza : des fleurs si photogéniques
Limite des 10 km oblige, une agence de publicité roubaisienne a improvisé vendredi 7 mai un studio photo dans une parc [...]
Lire la suite ...

Témoignages : faire son coming out en milieu agricole
Le 17 mai est la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Des actions de sensibilisati [...]
Lire la suite ...

Une semaine pour fêter l’agriculture
À l’occasion de la semaine nationale de l’agriculture qui se tient du 13 au 24 mai, de nombreux évén [...]
Lire la suite ...

Souveraineté alimentaire : un grand rendez-vous pour préparer l’avenir
Le Conseil de l’agriculture française (CAF) a dévoilé le programme du grand rendez-vous de la souveraineté al [...]
Lire la suite ...

Asperges : une récolte touchée par le froid dans le Nord de la France
La récolte d’asperges s’annonçait de bon augure cette année. Dans le Nord et le Pas-de-Calais les choses sont un [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires