Votre météo par ville

Retour sur la visite de Julien Denormandie dans le Nord

11-02-2021

Actualité

C’est tout frais

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie était en déplacement dans l’Avesnois ce jeudi 11 février 2021. Nous avons suivi sa visite.

Julien Denormandie visite dans le Nord 11 février 2021 © LDG
© LDG

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation commence à être un habitué des visites dans le département du Nord. Il était déjà venu, en tout cas, il y a six mois de cela (retrouvez notre reportage ici). Le voici donc de retour, dans un froid glacial, ce jeudi 11 février, convié par Anne-Laure Cattelot.

Objectifs de la députée de la 12e circonscription du Nord (LREM) : « que le ministre vienne assurer le lycée des 3 chênes de son soutien et assurer la continuité de cet établissement », « expliquer les actions du plan de relance en matière de soutien à l’agriculture face au changement climatique », ainsi que « soutenir les systèmes d’élevage herbagers caractéristiques de l’Avesnois ». Dans le secteur d’Avesnes-sur-Helpe, 60% de la surface agricole est en effet consacrée aux prairies.

Un nouveau pacte SAT en vue ?

Dernier objectif de taille : « préparer avec l’Etat une nouvelle contractualisation d’un nouveau Pacte Sambre-Avesnois-Thiérache (SAT)« . Le premier a été signé en 2018 par le chef de l’État pour désenclaver et développer le territoire. « Il s’agit de préparer la seconde phase de contractualisation », explique Anne-Laure Cattelot, qui espère bien voir revenir le président de la République sur ses terres l’été prochain.

Défendre la filière pommes de terre

La visite a également été l’occasion d’aborder les problématiques de certaines filières doublement impactées par l’actualité. Comme l’emblématique filière pommes de terre, productrice en Hauts-de-France de 63% des pommes de terre françaises. Celle-ci est doublement touchée par la fermeture des restaurants et par l’interdiction récente du CIPC dans ses bâtiments de stockage.

« On estime que 300 millions d’euros d’investissements seraient nécessaire pour permettre à la filière de se mettre aux normes dans les Hauts-de-France, détaille Marie-Sophie Lesne, vice-présidente régionale chargée de l’agriculture. Or les montants proposés par l’État ne sont pas suffisants. La Région veut bien faire un effort et mettre 1€ de sa poche pour 1€ apporté par l’Etat. Mais pour l’instant, le compte n’y est pas. »

Arrêt à la Cuma d’Élincourt

Julien Denormandie s’est d’abord arrêté à la coopérative d’utilisation de matériel agricole (Cuma) d’Elincourt (59), où il a échangé avec les agriculteurs et les élus présents, notamment sur le Plan de relance. « Quand je suis arrivé au ministère, il n’y avait pas un euro du Plan de relance pour l’agriculture, a-t-il expliqué. Car pourquoi la relancer alors qu’elle avait continué à tourner? Ça a été ma première priorité de travailler à ce que ce plan serve à construire l’agriculture de demain. »

Et de s’arrêter sur quelques chiffres du plan agroéquipements, pour lequel 2000 Cuma ont déposé des dossiers. « Soit 50 000 exploitations concernées, a résumé le ministre. Et ce ne sont que les premières mesures du plan, sans compter tout ce qui va concerner l’élevage ! »

Puis au lycée des 3 chênes

La pause déjeuner s’est ensuite déroulée au lycée agricole des 3 chênes, qui a la particularité d’être sur trois sites distincts : Le Quesnoy, Douai pour la partie brassicole et Sains du Nord.

Julien Denormandie visite dans le Nord 11 février 2021 © LDG
Présentation du Lycée des 3 chênes au ministre. © LDG
Julien Denormandie visite dans le Nord 11 février 2021 © LDG
Petite coupe de champagne à la cantine, tout en parlant Bleue du Nord… ©LDG
julien denormandie ministre lycée agricole élèves apprentis fromagerie
Julien Denormandie a aussi visité la fromagerie de l’établissement. ©LDG
vergers tellier denormandie
La journée s’est conclue aux Vergers Tellier, pour une table ronde entre ministre, élus et agriculteurs locaux… cette fois loin des micros. ©LDG

Lucie De Gusseme et Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires