Votre météo par ville

Épandage : l’association Ater en quête de nouveaux membres

14-08-2020

Actualité

C’est tout frais

Depuis 1996, l’Ater (Association terre environnement recyclage) répand les 12 000 tonnes annuelles de boues issues des stations d’épuration du Béthunois dans les champs alentour. Le collectif d’agriculteurs recherche de nouveaux membres.

Terres et Territoires - association Ater
Dominique Queste, Piere-Marie Walle et Frédéric Garache, membres du bureau de l’Association terre environnement recyclage. ©DR

Des eaux usées qui deviennent de l’engrais complémentaire au fumier : en matière d’économie circulaire, difficile de faire mieux que l’épandage des boues de stations d’épuration dont c’est la saison, juste après la moisson. Mais comment l’expliquer à des citadins angoissés par les zones de non-traitement, qui ignorent souvent que l’agriculture est une grande alliée dans le traitement de leurs eaux usées ? C’est l’une des missions de l’Association terre environnement recyclage*(Ater).

Se structurer pour mieux contrôler

Créée en 1996, elle regroupe une trentaine d’agriculteurs du Béthunois qui épandent dans leurs champs 12 000 tonnes de boues venant de trois stations d’épuration : Béthune, Bruay-la-Buissière et Lapugnoy (62). « Nous étions les premiers en France à nous structurer ainsi, se souvient Pierre-Marie Walle, son président. Le but était de recycler les boues dans une logique de proximité. » 

Et d’ajouter des contrôles à ceux déjà effectués par Véolia, exploitant des stations : les boues font, en effet, l’objet de contrôles inopinés par une technicienne de la chambre d’agriculture, qui vérifie également la teneur en azote des sols durant le printemps suivant.

La peur de l’épandeur

L’association, qui compte aujourd’hui 34 membres, est à la recherche de quelques adhérents de plus. « Nous n’avons plus assez de surfaces d’épandage, explique Pierre-Marie Walle. Il faudrait une quarantaine de membres pour avoir une marge de sécurité. » 

« Les boues des stations d’épuration font parfois peur aux agriculteurs, et le Covid-19 n’a pas aidé… reconnaît Dominique Queste, membre de l’Ater et cultivateur à Mazingarbe (62). La principale crainte, ce sont les métaux lourds. » Des craintes à relativiser en raison des analyses et du suivi des terres opérés par la chambre d’agriculture. « Quant à la peur de la contamination des boues par le Covid-19, il faut savoir que nos boues sont hygiénisées à la chaux, explique, à son tour, Frédéric Garache, agriculteur à Divion (62). Sans compter que comme elles sont analysées avant épandage, en cas de risque, elles seraient tout de suite incinérées. »

ZNT et grève des boues

L’incinération est en effet l’autre solution à l’élimination des boues de station d’épuration. Mais cette solution est plus onéreuse pour la collectivité : « Si demain on ne recyclait plus les boues, l’eau coûterait aux citoyens trois à quatre fois plus cher ! », assure Pierre-Marie Walle.

Un argument brandi par la FNSEA et les JA dans la mobilisation contre les zones de non-traitement, qui ont coûté des hectares de terre aux exploitations périurbaines. Vous ne voulez pas de la pollution de la campagne ? Dans ce cas la campagne refuse de prendre celle de la ville. Tel était l’argument des agriculteurs qui ont lancé la « grève des boues » au début de l’année.

À l’Ater, si on a soutenu le mouvement, on n’a cependant pas fait grève. « Nous avons préféré honorer les engagements pris envers la collectivité, résume Pierre-Marie Walle. Nous avons une filière qui tient, on ne veut pas la fragiliser. »

Lucie De Gusseme

*Association terre environnement recyclage (ATER), président Pierre-Marie Walle : 06 78 35 43 50 / pierre-marie.walle@wanadoo.fr

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salaires : nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille 
Les partenaires sociaux se sont mis d'accord pour augmenter de 0,9 à 1% les salaires minimaux de la branche production [...]
Lire la suite ...

Chambres d’agriculture : une ordonnance crée un nouveau modèle de réseau régional 
Une ordonnance parue au Journal officiel le 21 janvier permet la création d'un nouveau modèle d'organisation dans le r [...]
Lire la suite ...

Le loup présent dans la Somme
Plusieurs brebis ont été blessées par un loup dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la commune de Lasfresguimont-Sain [...]
Lire la suite ...

Egalim 2 : le médiateur « enquête » sur la légalité des baisses de prix chez Sodiaal 
Le ministère de l'Agriculture confirme la saisie en début de semaine du médiateur des relations commerciales pour "en [...]
Lire la suite ...

Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés le 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires