Votre météo par ville

Incendie de Rouen. Trois scénarios pour les indemnisations des agriculteurs

03-10-2019

Actualité

C’est tout frais

Selon Joël Limouzin, le président du Fonds de mutualisation des risques sanitaires et environnementaux (FMSE), trois scénarios sont sur la table pour le financement des indemnisations des agriculteurs touchés par les suies de l’incendie de l’usine Lubrizol.
– Si les pertes des agriculteurs excèdent 30 % de leurs revenus annuels, les indemnisations seront financées par le FMSE et l’Union européenne (via le second pilier de la PAC à hauteur de 65%).
– Si les pertes n’atteignent pas 30%, c’est le FMSE seul qui devrait financer les indemnisations.
– Troisième option proposée par Joël Limouzin: que Paris négocie à Bruxelles la possibilité de verser une aide exceptionnelle financée par l’État. Mais cette option « pourrait prendre du temps ».
Quelque soit le scénario, le président du FMSE s’inquiète de l’équilibre financier de sa structure causé par ce sinistre qui concernerait environ 1800 agriculteurs : « pour la filière laitière, on évoque des pertes de 400 000 euros par jour ».

          | Lire notre article sur le même sujet : Des mesures concernant les productions agricoles dans les Hauts-de-France. 

De son côté, le Cniel débloque un fonds d’urgence pour soutenir les éleveurs 
Sous la pression de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le Cniel a décidé de débloquer un fonds d’urgence pour accompagner les éleveurs et pallier les problèmes de trésorerie.
La vice-présidente de la FNPL, Marie-Thérèse Bonneau, souligne qu’il ne s’agit pas de se substituer aux indemnisations des assurances, ni à la responsabilité de l’État… mais bien d’agir dans l’urgence et de pallier de potentiels problèmes de trésorerie pour les « libérer ».
Les éleveurs qui devront détruire leurs productions recevront une compensation égale à la somme qu’ils auraient perçus en vendant cette production, « dans les délais de leur rémunération usuelle c’est-à-dire à la fin du mois », précise Marie-Thérèse Bonnaud.
La FNPL devrait également épauler les éleveurs touchés par le sinistre en les aidant à se constituer en association de défense pour qu’ils portent plainte et qu’ils puissent être indemnisés de toutes leurs pertes, lait, mais aussi fourrage, logistiques…

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 262 : 13 mai 2022

Bio : Une microsucrerie made in Hauts-de-France
La Fabrique à sucres a été officiellement créée ce lundi 16 mai lors de l'assemblée générale de Bio en Hauts-de- [...]
Lire la suite ...

La saison des fraises est (déjà) lancée
Avec deux semaines d'avance, les fraises démarrent une saison qui s'annonce compliquée pour les producteurs. Le point [...]
Lire la suite ...

Sécheresse et agriculture : Frédéric Denhez, journaliste et écologue, répond à nos questions
La sécheresse et ses conséquences sur l'agriculture étaient au cœur d'un billet du blog du chroniqueur et journalist [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : Ne pas céder à la panique
Cela fait bien longtemps que nous n'avons pas vu l'eau ruisseler dans les champs. Le Nord et le Pas-de-Calais viennent a [...]
Lire la suite ...

Louvre-Lens : Des produits « design » au service du territoire
Dix ans après l'ouverture du Louvre-Lens, la dynamique insufflée continue de porter ses fruits. La société coopérat [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires