Votre météo par ville

L’enfer de la mode alimentaire

10-09-2020

Actualité

C’est tout frais

Journaliste, chroniqueur, biologiste et écologue de formation, le Nordiste Frédéric Denhez a signé en juin 2020 Alimentation, stop à la désinformation. Un livre coup de gueule sur les modes alimentaires qui façonnent notre façon de nous nourrir. Pas toujours pour le meilleur…

Frédéric Denhez Terres et territoires
Frédéric Denhez signe une enquête sur le système alimentaire, ses aspects agricoles, environnementaux et socio-économiques. © DR

“Un livre sec, vif, un petit coup de gueule sur la bouffe, en France, aujourd’hui. Le bio, le “sans” , la bidoche, le commerce et la réalité sociale.” C’est ainsi que Frédéric Denhez, journaliste d’origine nordiste, notamment chroniqueur pour “C dans l’air” sur France 5, introduit son dernier livre, Alimentation, stop à la désinformation. Son enquête sur le système alimentaire par ses aspects agricoles, environnementaux et socio-économiques est sortie en juin 2020. Interview.

D’où est venue l’envie de faire ce livre ?

Frédéric Denhez : C’est une espèce de condensé de mes précédents livres (Acheter bio, à qui faire confiance ? ; Le bio au risque de se perdre La cause végane, un nouvel intégrisme ?) sur le bio et – en partie – le véganisme. J’avais envie d’alerter sur les régimes d’exclusion à la mode, d’une part pas forcément sains, et d’autre part pas accessibles à tous. Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui, des millions de Français n’ont pas les moyens de manger bio ou végan (en 2018, 14,7 % de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté établi à 1015 € par mois pour une personne par l’Insee, ndlr). Je voulais donner des clés pour bien manger quand on n’a pas les moyens.

Quels sont ces régimes ?

Il s’agit des régimes exclusifs, les régimes “sans” : sans gluten, sans sel, sans viande, sans ceci sans cela. Il faut se souvenir d’une chose : il n’y a pas de mauvais aliment. Ce qui compte, c’est l’équilibre. Quand on stresse l’organisme en supprimant l’apport de gras, de viande, de glucides, il va rétablir l’équilibre en surconsommant un autre nutriment. Et dès que le nutriment supprimé revient, le corps se jette dessus et reprend du poids aussi sec.

Mais il ne s’agit pas que de prise de poids…

Non. La bouffe, c’est éminemment symbolique ! Notre relation à la nourriture, c’est comme notre rapport à l’argent : ça en dit long sur nous-mêmes et sur les autres. Les gens qui se mettent à ces régimes abîment leur rapport à la nourriture sur le long terme. Ils se choisissent un mode de vie où tout doit être calculé, pesé, mesuré… Cela peut engendrer des désordres sur le plan physiologique et en termes d’estime de soi quand le résultat n’est pas là. Dans ce système, si je suis gros, c’est que je mange mal. Si je n’ai pas de travail, c’est que je n’ai pas traversé la rue… C’est très individualiste. L’autre problème de ces régimes à la mode, c’est qu’ils vous enferment dans un groupe. Car, dans une période où l’on se cherche des repères, on se raccroche à des croyances. Or celles-ci ne sont validées que par des gens qui pensent comme nous.

Alors comment fait-on, pour bien manger pour pas cher ?

Le bio c’est bien, je suis pour. Sauf que ça ne suffit pas. On ne peut pas réduire la bonne alimentation à la seule absence de pesticides. Cela doit arriver en complément du reste. Bien manger, c’est manger les produits les moins transformés et le plus frais possibles. Si possible achetés chez le producteur, car ils sont cueillis la veille ou le jour même, et ont une teneur en vitamines et oligoéléments la plus élevée possible. Les nutriments se mettent sous la peau des fruits et des légumes juste avant la maturité. Mais ils sont à la fois thermo et lumino-sensibles… Mieux vaut donc acheter un produit conventionnel cueilli le matin même qu’un produit bio venu d’Espagne au frigo depuis dix jours !

Si on n’a pas les moyens d’acheter des produits frais, les fruits et légumes en conserve ou surgelés offrent une alternative saine et moins coûteuse. Mais ce ne sont pas les produits les plus mis en avant par la publicité ou la grande distribution. Ils offrent moins de marge aux industriels… Il faudrait que l’État taxe les sodas, secoue l’agro-industrie pour qu’elle fournisse des plats transformés avec moins de sirop de glucose… Car il y aura toujours des gens qui n’ont pas le temps ou l’envie de cuisiner. Sans parler des familles qui n’ont pas les moyens économiques de faire tourner un four, et qui n’ont qu’un micro-ondes… Ce sera d’ailleurs le sujet de mon prochain livre : comment mange-t-on en France quand on est pauvre ?

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires