Votre météo par ville

Enseignement agricole : Quand les établissements se font laboratoires de pratiques

10-02-2023

Actualité

#Tracetonsillon

Qui a dit que l’enseignement agricole était à la traîne? Certainement pas les élèves du lycée de Radinghem en tous cas, où l’exploitation adossée au lycée agricole ne vise pas moins que l’autonomie.

Ellie, Candice, Agathe et Charly, du collège Jacques-Brel à Fruges, ont planté des haies fourragères. Un projet mené par plusieurs élèves de BTS du lycée agricole de Radinghem.
Ellie, Candice, Agathe et Charly, du collège Jacques-Brel à Fruges, ont planté des haies fourragères. Un projet mené par plusieurs élèves de BTS du lycée agricole de Radinghem. © J. D. P

Ils l’appellent « la ferme du lycée » : une exploitation en polyculture élevage bovin adossée au lycée agricole de Radinghem (62), support de formation pour les jeunes en formation au lycée ou au CFA mais qui tourne comme une exploitation normale et vise, entre autres, l’équilibre financier.

Les élèves passent par l’exploitation régulièrement, dans le cadre de travaux pratiques, de stages ou pour le « club ferme » le mercredi après-midi. À sa tête, Clément Lebely, aidé par quatre salariés. « Chacun compte beaucoup dans la réussite du projet », prévient-il.

Le projet en question : la recherche d’autonomie alimentaire sur la ferme, après une première étape de mesures agro-environnementales qui ont permis de réduire l’apport d’intrants depuis cinq ans, et avant, c’est la suite logique, bien que ce ne soit pas une fin en soi, le passage en bio.

Être dans la réalité en développant un modèle qui fonctionne économiquement.

Pour réussir ce projet au long cours, un groupe de travail de deux professeurs, deux formateurs et deux salariés a été constitué. Ici, on fait comme dans une vraie ferme, mais pas tout seul. L’idée est évidemment d’embarquer les élèves, de leur faire comprendre ce qu’on fait et pourquoi. Alors Clément Lebely, pourquoi ? « On ne gagnera pas forcément plus d’argent que dans un système maïs – soja mais on dépendra moins des marchés mondiaux. C’est avant tout une philosophie qui, si elle ne peut pas s’appliquer à toutes les exploitations – nous avons notamment la chance d’avoir de belles surfaces pour nourrir les troupeaux (118 hectares dont 60 d’herbe et 30 de prairies permanentes ainsi que des légumineuses du blé et de l’orge, ndlr) – est un modèle que nous souhaitons enseigner. En montrant que tout n’est pas forcément rose bien sûr, mais il y a cette fierté de pouvoir nourrir son troupeau avec ce que l’on produit et ce qu’offre le territoire. Il y a aussi cette nécessaire capacité d’adaptation (on n’aura pas la même quantité ni la même qualité de fourrage tout le temps) mais comme il faut toujours s’adapter, c’est une super école. »

En somme, si les élèves savent faire ça, ils peuvent faire tout le reste. Car les aspects techniques de connaissance de son troupeau sont notamment très importants.

Un laboratoire oui mais pas hors-sol

Le responsable de la ferme du lycée ajoute : « Ce retour aux bases permet aussi de relever la tête et d’arrêter de courir après la rentabilisation d’un système, parfois trop lourd. » Une démarche encouragée par le ministère de l’Agriculture, explique le responsable d’exploitation. L’important restant d’être dans la réalité, en développant un modèle qui fonctionne économiquement : un laboratoire oui, mais pas hors-sol.

Illustration de cette implication, l’opération menée par plusieurs élèves de deuxième année de BTS en production animale.

Lire aussi : Enseignement agricole : Les élèves du lycée agricole de Radinghem témoignent

Le 12 janvier, ils ont organisé, accompagnés par l’association « Des enfants et des arbres », la plantation de haies fourragères par des collégiens.

Une action qui s’inscrit pleinement dans cette démarche d’autonomie alimentaire des troupeaux : quand il n’y a plus d’herbe au cœur de l’été, il restera les haies de prunelliers, saules blancs, tilleuls, noisetiers, sureaux ou encore merisiers. Alors pas beaucoup et pas tout de suite, nous sommes d’accord, mais « ça a le mérite d’être essayé », pense Clément Lebely. Toujours cette idée de laboratoire.  

Planter des arbres pour ancrer l’habitude

Des collégiens du collège Jaques-Brel, à Fruges (62), ont répondu à l’invitation lancée par quelques élèves de BTS de venir planter des haires fourragères. Encadrés par Valentin Harel, professeur d’anglais mais aussi référent développement durable du collège, Ellie (6e), Candice (6e), Agathe (5e) et Charly (3e), ont bravé les éléments pour mettre en terre des pieds d’essences destinées à l’alimentation des vaches. Ils racontent.

« On va planter des arbres pour le cycle des vaches, pour les insectes aussi  », lance Charly. «  Et le dioxyde de carbone  », abonde Agathe. « Parce que les arbres aspirent le CO2 », précise même Ellie. Avaient-ils déjà planté quoi que ce soit avant ce jour de tempête ? « Oui, une association est venue chez moi pour planter des arbres dans notre pâture », explique Ellie. « Moi, c’est chez ma mamie que j’ai planté des arbres  », annonce Charly. Des élèves qui viennent du milieu rural et possèdent «  une fibre pour la nature que l’on essaie d’exploiter avec cette idée que les bonnes habitudes s’ancrent  », dit le professeur.

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Concours : Mélodie Lehoucq, jeune championne de dessert
À 18 ans, Mélodie Lehoucq a terminé 5 du championnat de France du dessert catégorie juniors. La championne régional [...]
Lire la suite ...

Plan Bio : Rencontre entre acteurs des territoires
Organisée par la région Hauts-de-France et la Draaf, une rencontre des territoires bio s'est tenue le mardi 21 mai dan [...]
Lire la suite ...

Sélection : Le Boulonnais comme passion
Marie-Laure et Jean-Pierre Longueval élèvent et sélectionnent des moutons du Boulonnais depuis un peu plus d'une déc [...]
Lire la suite ...

Portrait : Julien Tourtelot, le footballeur maraîcher
À 27 ans, Julien Tourtelot porte plusieurs maillots. Celui de footballeur à l'US Vimy en Nationale 3, la sixième divi [...]
Lire la suite ...

Portrait : Gregory Nocqs, agriculteur traileur
Agriculteur installé à Thiant, près de Valenciennes, Gregory Nocqs est un passionné de trail qui court pour le plais [...]
Lire la suite ...

Événement : à Tilloy-lès-Mofflaines, Terres en fête se prépare
Terres en fête débute vendredi prochain mais, depuis plusieurs semaines déjà, organisateurs et entreprises prestatai [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires