Votre météo par ville

Enseignement : de la classe au champ, il n’y a qu’un clic

13-11-2020

Actualité

#Tracetonsillon

Monchamp.fr tisse le lien entre un agriculteur et une classe. Suivi des parcelles, questions-réponses, échanges de photos et de moments de vie… la plateforme de communication à distance prend encore plus de sens en ces temps de confinement.

Mon champ.fr © Passion céréales
Tout au long de l’année, l’agriculteur raconte sa ferme aux enfants. © Passion céréales (photo d’illustration)

 « Je ne vais pas tarder à leur envoyer une photo de mon semoir, leur expliquer la profondeur à laquelle je sème, combien de temps ça mettra à lever, combien de grains… Non, ça c’est un peu compliqué ! »

À l’heure de la rentrée des vacances de Toussaint, Martin Gosse de Gorre, agriculteur à Ostreville (62), construit mentalement son prochain message pour les CM1 d’une école des Flandres. Régulièrement, il poste un message sur la plateforme Monchamp.fr pour partager avec sa classe jumelée son quotidien d’agriculteur. « D’un point de vue technique mais aussi personnel. Quand les enfants me demandent si j’ai un élevage, je réponds « oui » et j’envoie une photo de mes chiens et de mon poney », sourit ce jeune agriculteur de 27 ans, qui reprendra d’ici quelques années la ferme céréalière, familiale depuis huit générations.

Tester, pour expliquer

Si, sur la ferme de 174 hectares, Martin Gosse de Gorre a décidé, avec son père, d’en convertir 26 en bio, c’est pour l’intérêt de l’expérimentation. Sorti d’Unilasalle Beauvais en 2016, cet esprit cartésien doit voir pour croire : « Je fais une petite partie en bio, pour pouvoir me faire mon propre avis. J’espère aussi en tirer des leçons pour améliorer mes pratiques en conventionnel. J’essaie de réduire mes intrants chaque année. » Tester pour s’améliorer, pour comprendre… et pour expliquer. « On a vécu trop longtemps cachés et tout le monde pense connaître notre métier sans le comprendre vraiment, il est temps de le montrer…! »

Martin gosse de gorre © DR
Martin Gosse de Gorre

Tout juste arrivé sur la ferme, le jeune agriculteur a immédiatement cherché à partager son savoir, ses idées. Quitte à les voir remises en questions : « Du débat, j’en veux ! Mais bon Twitter, Facebook, ce n’était pas mon truc, et puis je n’étais pas encore prêt à recevoir des classes avec le Savoir vert, par exemple, par manque de temps. »

Il y a trois ans, un mail de Passion céréales l’interpelle : une communication pour une plateforme d’échanges en ligne entre une classe et un agriculteur : Monchamp.fr. « C’est tout simple, j’envoie un message quand je le souhaite et ils me répondent aussi quand ils veulent », décrit l’agriculteur parfois désarçonné par les interrogations des jeunes gens : « Ils sont hyper curieux. Forcément, ils me posent des questions sur les pesticides, mais aussi des choses très techniques. Ils m’ont demandé si je pratiquais l’échange paille-fumier, se souvient-il amusé. Il y a des enfants d’agriculteurs dans la classe ! »

Le clic qui fait déclic

« Cet échange doit permettre de créer un déclic chez les enfants : redonner un sens à leur alimentation pour qu’ils se posent à chaque fois la question de l’origine de ce qu’il y a dans leur assiette », indique Philippe Dubief, président de Passion céréales, lui-même agriculteur, à l’origine de ce projet de plateforme d’échanges en ligne.

« Le point d’accroche, ce sont les céréales, mais l’idée c’est de vraiment faire découvrir la vie de toute la ferme. Et puis c’est un merveilleux support d’apprentissage transdisciplinaire. On peut parler géographie avec la construction des paysages, sciences avec l’alimentation. Je sais que l’instit’ me demande les mesures de ma parcelle pour « calculer la superficie du champ de Philippe » avec les enfants. »

Une centaine de jumelages

Mais si aujourd’hui une centaine de jumelages existent, c’est parce que l’apport est réciproque. « Je crois pouvoir dire sans me tromper que ça matche à chaque fois », indique Philippe Dubief. « J’en apprends autant qu’eux : je me suis rendu compte que j’étais trop technique, j’apprends à vulgariser, je m’entraîne avec mon épouse », poursuit Martin Gosse de Gorre.

Et puis il y a ces instants qui suspendent le temps : « La première année, j’ai eu des enfants malvoyants, la maîtresse leur décrivait toutes mes photos. Notre rencontre a été un grand moment, les enfants voulaient tout toucher pour sentir. Je me souviens d’un petit garçon qui n’a pas lâché le pneu du tracteur, il n’en revenait pas de sa taille…! » Alors avant de pouvoir rencontrer sa classe cette année, Martin a décidé de proposer des vidéos en direct pour renforcer le lien pendant le confinement

L’association Passion céréales a pour principale mission de faire connaître les céréales au grand public, aux médias, aux élus nationaux et locaux. Elle représente les producteurs, les collecteurs et les premiers transformateurs de céréales. Monchamp.fr, créé en 2017, fait partie de ses outils pédagogiques. La plateforme est destinée aux élèves de CM1/CM2 et 6e et à tous les agriculteurs qui produisent des céréales. Inscriptions sur app.monchamp.fr/signupregister.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Interview de Jean-René Lecerf : « Le Nord, département le plus rural de France »
Jean-René Lecerf, président sortant du conseil départementaldu Nord, réaffirme le rôle du Département et le lien f [...]
Lire la suite ...

Dans le plan de relance, des aides pour propager la biosécurité
Les Groupements de défense sanitaire (GDS) ont lancé au printemps 2021 un plan national biosécurité. Principal dispo [...]
Lire la suite ...

Méthane : Cargill vendra des masques pour les vaches dès 2022
Après le masque à toutes les sauces pour les humains, le masque pour vaches ? Par pour les mêmes raisons, cependant. [...]
Lire la suite ...

Arrêté abeille : les pomiculteurs furieux contre la notion de «zone de butinage»
À la suite de la présentation, le 7 juin 2021 aux parties prenantes, du projet de révision de l’arrêté abeill [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : les eurodéputés pour l’abandon des cages après étude d’impact
Le Parlement européen a adopté le 10 juin à une large majorité une résolution en réponse à l’initiative citoyen [...]
Lire la suite ...

Plein boum dans la vente des fraises pour le Marché de Phalempin
En pleine récolte de fraises, la coopérative du Marché de Phalempin utilise plusieurs typesde commercialisation pou [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires