Votre météo par ville

Enseignement : de la classe au champ, il n’y a qu’un clic

13-11-2020

Actualité

#Tracetonsillon

Monchamp.fr tisse le lien entre un agriculteur et une classe. Suivi des parcelles, questions-réponses, échanges de photos et de moments de vie… la plateforme de communication à distance prend encore plus de sens en ces temps de confinement.

Mon champ.fr © Passion céréales
Tout au long de l’année, l’agriculteur raconte sa ferme aux enfants. © Passion céréales (photo d’illustration)

 « Je ne vais pas tarder à leur envoyer une photo de mon semoir, leur expliquer la profondeur à laquelle je sème, combien de temps ça mettra à lever, combien de grains… Non, ça c’est un peu compliqué ! »

À l’heure de la rentrée des vacances de Toussaint, Martin Gosse de Gorre, agriculteur à Ostreville (62), construit mentalement son prochain message pour les CM1 d’une école des Flandres. Régulièrement, il poste un message sur la plateforme Monchamp.fr pour partager avec sa classe jumelée son quotidien d’agriculteur. « D’un point de vue technique mais aussi personnel. Quand les enfants me demandent si j’ai un élevage, je réponds “oui” et j’envoie une photo de mes chiens et de mon poney », sourit ce jeune agriculteur de 27 ans, qui reprendra d’ici quelques années la ferme céréalière, familiale depuis huit générations.

Tester, pour expliquer

Si, sur la ferme de 174 hectares, Martin Gosse de Gorre a décidé, avec son père, d’en convertir 26 en bio, c’est pour l’intérêt de l’expérimentation. Sorti d’Unilasalle Beauvais en 2016, cet esprit cartésien doit voir pour croire : « Je fais une petite partie en bio, pour pouvoir me faire mon propre avis. J’espère aussi en tirer des leçons pour améliorer mes pratiques en conventionnel. J’essaie de réduire mes intrants chaque année. » Tester pour s’améliorer, pour comprendre… et pour expliquer. « On a vécu trop longtemps cachés et tout le monde pense connaître notre métier sans le comprendre vraiment, il est temps de le montrer…! »

Martin gosse de gorre © DR
Martin Gosse de Gorre

Tout juste arrivé sur la ferme, le jeune agriculteur a immédiatement cherché à partager son savoir, ses idées. Quitte à les voir remises en questions : « Du débat, j’en veux ! Mais bon Twitter, Facebook, ce n’était pas mon truc, et puis je n’étais pas encore prêt à recevoir des classes avec le Savoir vert, par exemple, par manque de temps. »

Il y a trois ans, un mail de Passion céréales l’interpelle : une communication pour une plateforme d’échanges en ligne entre une classe et un agriculteur : Monchamp.fr. « C’est tout simple, j’envoie un message quand je le souhaite et ils me répondent aussi quand ils veulent », décrit l’agriculteur parfois désarçonné par les interrogations des jeunes gens : « Ils sont hyper curieux. Forcément, ils me posent des questions sur les pesticides, mais aussi des choses très techniques. Ils m’ont demandé si je pratiquais l’échange paille-fumier, se souvient-il amusé. Il y a des enfants d’agriculteurs dans la classe ! »

Le clic qui fait déclic

« Cet échange doit permettre de créer un déclic chez les enfants : redonner un sens à leur alimentation pour qu’ils se posent à chaque fois la question de l’origine de ce qu’il y a dans leur assiette », indique Philippe Dubief, président de Passion céréales, lui-même agriculteur, à l’origine de ce projet de plateforme d’échanges en ligne.

« Le point d’accroche, ce sont les céréales, mais l’idée c’est de vraiment faire découvrir la vie de toute la ferme. Et puis c’est un merveilleux support d’apprentissage transdisciplinaire. On peut parler géographie avec la construction des paysages, sciences avec l’alimentation. Je sais que l’instit’ me demande les mesures de ma parcelle pour “calculer la superficie du champ de Philippe” avec les enfants. »

Une centaine de jumelages

Mais si aujourd’hui une centaine de jumelages existent, c’est parce que l’apport est réciproque. « Je crois pouvoir dire sans me tromper que ça matche à chaque fois », indique Philippe Dubief. « J’en apprends autant qu’eux : je me suis rendu compte que j’étais trop technique, j’apprends à vulgariser, je m’entraîne avec mon épouse », poursuit Martin Gosse de Gorre.

Et puis il y a ces instants qui suspendent le temps : « La première année, j’ai eu des enfants malvoyants, la maîtresse leur décrivait toutes mes photos. Notre rencontre a été un grand moment, les enfants voulaient tout toucher pour sentir. Je me souviens d’un petit garçon qui n’a pas lâché le pneu du tracteur, il n’en revenait pas de sa taille…! » Alors avant de pouvoir rencontrer sa classe cette année, Martin a décidé de proposer des vidéos en direct pour renforcer le lien pendant le confinement

L’association Passion céréales a pour principale mission de faire connaître les céréales au grand public, aux médias, aux élus nationaux et locaux. Elle représente les producteurs, les collecteurs et les premiers transformateurs de céréales. Monchamp.fr, créé en 2017, fait partie de ses outils pédagogiques. La plateforme est destinée aux élèves de CM1/CM2 et 6e et à tous les agriculteurs qui produisent des céréales. Inscriptions sur app.monchamp.fr/signupregister.

Agathe Villemagne

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires