Votre météo par ville

Publireportage : Des bières pavées de bonnes intentions

09-12-2021

Actualité

Consommation

Éleveur de salers et féru de levures, Sylvain Delhaye élabore, depuis 2017, ses propres brassins. Sous sa marque phare l’Enfer du Nord, créée en hommage au Paris-Roubaix, il commercialise sous l’estampille Saveurs en’Or la production de sa brasserie Terre et Tradition.

Sylvain Delhaye a lancé sa bière « l’Enfer du Nord » il y a quatre ans, à l’occasion du Paris-Roubaix. Depuis, la gamme s’est étoffée, notamment avec la « X » (10°), la Triplus (9°) ainsi qu’une bière bio plus douce (6°). © L.D.G.

Magasin de produits locaux, paniers sucrés ou salés, estaminet (sur réservation), salle de séminaire et de réception, et, pierre angulaire du tout : fabrication de bière. À Terre et tradition, la brasserie de Sylvain Delhaye située à Quérénaing (59), on ne s’ennuie pas. D’autant plus que cet agriculteur, installé à la limite entre le Valenciennois et le Cambrésis, a un autre métier, et pas des moins chronophages.

« Fromager contrarié »

Éleveur de vaches salers en agriculture biologique, Sylvain Delhaye a repris, en 2007, la ferme familiale à Sommaing sur Écaillon (59). « Mes parents étaient producteurs de lait et faisaient de la transformation à la ferme, retrace-t-il, et mes arrière-arrière grands-parents étaient brasseurs ! »

Il ne fera pas honneur à ce double héritage tout de suite. Après des études agronomiques, il entre dans le groupe Bongrain (aujourd’hui Savencia), puis à la fromagerie Chaumes. Au bout d’une douzaine d’années, il met fin à cette première carrière en 2004, pour créer avec sa compagne Isabelle une boutique de produits régionaux. En 2007, il reprend une partie de l’exploitation de ses parents (prairies, vergers et maraîchage bio) avec l’idée de faire lui aussi du fromage. Mais tout seul, difficile d’être sur tous les fronts. « C’était une vraie frustration pour moi de ne pas pouvoir fabriquer de fromage… », reconnaît-il avec le sourire de celui qui l’a dépassée.

Dans son magasin, il vend des bières de la région. Autant d’occasions de côtoyer les brasseurs locaux, et de se mettre au diapason de la logique brassicole pour ce féru de levures déjà imprégné de « la logique fromagère ». « J’ai vite fait le parallèle entre fabrication de fromage et de bière : ingrédients locaux dans de grandes cuves en inox, procédures d’hygiène… et surtout, des alliées de taille : les levures ! Dans le monde du fromage, j’avais déjà côtoyé ces êtres vivants qui mangent, boivent et respirent comme nous. »

L’enfer du Nord

Il brasse sa première bière, La cuvée de l’Écaillon, chez un confrère en 2012. En 2017, première cuvée 100 % maison : en hommage à la célèbre course de vélo du Paris-Roubaix, le producteur sort sa gamme Enfer du Nord, estampillée Saveurs en’Or. « Elle parle de pavés, de mine et de vélo… À travers les pavés, il s’agit de remettre le territoire en valeur. » « Pavée de bonnes intentions », la gamme s’élargit au fil des ans, de la Classic (6°) jusqu’à la X (10°), en passant par la Triplus (9°) et une Enfer du Nord bio, plus douce (6°). L’ensemble de ses bières bénéficie d’une double fermentation, pour « redonner de la complexité à la saveur ».

Plaisir des choses simples

En marge de cette production, l’éleveur-brasseur aime cultiver le goût du terroir, qu’il valorise à chaque dégustation qu’il organise pour les entreprises ou les particuliers dans le décor authentique de son corps de ferme à Quérénaing. « C’était une exploitation agricole, ici. Il y a une âme et une vie. C’est une vraie déconnexion pour les entreprises qui viennent visiter la brasserie. Apprécier les matières, respirer les parfums, goûter les saveurs… Ça a du sens, de revenir aux choses simples. »

Lire aussi : Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires