Votre météo par ville

Livre : « Il faut faire attention à où l’on achète sa viande »

05-05-2023

Actualité

Hors-champ

Le livre Viande, si vous saviez, un boucher de la grande distribution parle, dénonce les pratiques dans les boucheries de la grande distribution. Son auteur est Laurent Richier, un Nordiste dégoûté de son métier au point d’en être devenu végétarien.

Laurent Richier raconte son expérience de boucher. @ H. G.

La boucherie, cela n’a jamais été une vocation pour Laurent Richier.

« L’école n’était pas faite pour moi, une conseillère d’orientation a dit qu’il fallait que je me tourne vers les métiers manuels, c’est donc un peu par hasard que je me suis retrouvé dans ce milieu », raconte celui qui habite aujourd’hui à Loos, près de Lille.

Il commence son apprentissage à l’âge de 15 ans puis travaille dans des abattoirs et des boucheries notamment pour la grande distribution.

Un métier dont il finira par avoir honte. « J’ai travaillé dans une quarantaine de boîtes et je n’ai jamais pris de plaisir à découper les animaux… J’ai essayé de changer de voie mais il fallait bien que je gagne ma vie. »

L’ex-boucher assure qu’il a fait des « choses ignobles ». « J’ai fait de la remballe, on me demandait de faire de la chair à saucisse avec de la viande moisie depuis plusieurs jours, bien souvent les épices servaient à cacher le goût de la viande avariée, on vendait de la viande venue de l’étranger en disant qu’elle était française… Sans parler de la surconsommation qui entraîne un gâchis monstre. Dans certaines grandes surfaces, je jetais à la poubelle jusqu’à quatre chariots de viande par jour. »

Laurent Richer indique avoir tenté à plusieurs reprises de prévenir les services d’hygiène, en vain.

Des pratiques qui l’ont écœuré au point qu’il y a trois ans, il est devenu végétarien. Laurent Richer a également décidé de dénoncer ces pratiques. En novembre, il a sorti un livre intitulé Viande, si vous saviez, un boucher de la grande distribution parle, où il raconte son expérience.

« C’est un sujet trop important, on prend des risques sur la santé humaine. L’objectif n’est pas de forcer les gens à devenir végétarien mais plutôt de leur dire de faire attention là où ils achètent. Il y a des bouchers qui font bien leur travail et c’est chez eux qu’il faut aller. Se procurer la viande directement chez les producteurs peut aussi être une bonne solution. » 

Hélène Graffeuille

Lire aussi : Viande : des rencontres pour changer le regard du public

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires