Votre météo par ville

La prévention, l’assurance moisson

27-07-2023

Actualité

Articles

Cet été, Terres et Territoires vous fait découvrir les différents métiers qui entourent la moisson, de l’amont à l’aval. Focus sur le rôle de l’assureur, avec Groupama, mobilisé en cette période pour faire de la prévention et accompagner les agriculteurs confrontés à des sinistres.

Jean-François Lemaire est directeur assurance chez Groupama Nord-Est. La moisson est un temps fort, qui mobilise les quelque 400 collaborateurs des 37 agences du Nord-Pas de Calais l’été, mais aussi toute l’année.

Que représente la moisson pour l’assureur que vous êtes ?

C’est beaucoup de communication vis-à-vis de nos sociétaires, notamment des conseils de prévention. Évidemment, la première règle est d’avoir un matériel au départ de la moisson qui a été révisé. Il faut aussi bien le vérifier quotidiennement (voir aussi notre infographie ci-contre), avoir un ou plusieurs extincteurs sur les matériels, voire idéalement une tonne à eau, vérifier les courroies et s’assurer que tout fonctionne bien, avoir un téléphone chargé, le soir, ne pas stocker le matériel dans un bâtiment mais l’isoler et enclencher le coupe-circuit…

Est-ce une période plus à risque ?

C’est une période plus à risque que d’autres car il y a plus de machines aux champs, parce qu’il fait chaud, et parce que les sinistres sont potentiellement significatifs. Depuis le début de la moisson, pour Groupama Nord-Est (Nord, Pas-de-Calais, Marne, Ardennes, Aube, ndlr), j’ai sur mon bureau cinq dossiers incendies importants, je ne compte pas les petits : quatre ensembles complets, tracteur et attelage, qui ont brûlé, c’est à chaque fois entre 120 et 160 000 euros. Et une moissonneuse-batteuse complètement détruite, pour au moins 150 000 euros. Ça fait des coûts importants, mais ça fait surtout des problèmes pour nos sociétaires qui n’ont plus leurs matériels pour finir leurs travaux aux champs et qui ne vont peut-être pas en retrouver facilement.

« On insiste sur la prévention pour que l’agriculteur puisse faire ses moissons dans de bonnes conditions. »

JEAN-FRANÇOIS LEMAIRE, DIRECTEUR ASSURANCE GROUPAMA NORD-EST

Sur le terrain, quel est votre rôle d’assureur autour de la moisson ?

En tant qu’assureur, on intervient bien en amont de la moisson pour correctement couvrir le matériel, mais aussi pour gérer les plannings pour que les équipes soient présentes pour répondre aux besoins. En cas de sinistre, notre rôle est d’accompagner l’assuré dans la recherche de solutions, de l’indemniser aussi rapidement que possible, de mandater un expert quand nécessaire. Quand le matériel est détruit, ça prend plus de temps que pour une panne. Mais on est dépendant des capacités des concessionnaires à réparer rapidement.

L’été, notre réseau commercial passe dans les campagnes et va à la rencontre des sociétaires pour s’assurer que tout va bien, et redonner des conseils. On insiste sur la prévention pour que l’agriculteur puisse faire ses moissons dans de bonnes conditions. On a redonné des conseils aussi sur le stockage du foin, sur la nécessité qu’il soit à moins de 20 % de taux d’humidité. On fournit aussi un kit de sonde à fourrage qu’on intègre dans la botte de foin. Si jamais il y a un départ d’échauffement, la sonde va le capter bien en amont de l’autocombustion et va envoyer l’alerte pour éviter l’incendie du stock et du bâtiment. Pendant les moissons et avec les enfants qui donnent un coup de main, on a aussi beaucoup de questions sur qui peut conduire le matériel.

On redonne des informations sur les règles de circulation et les précautions à prendre avec le matériel pour éviter les accidents. Il faut être certain d’être en conformité avec la réglementation sur laquelle il y a encore une méconnaissance. Je conseille aussi aux agriculteurs de vérifier que leur capital garanti sur les stocks correspond bien à la valeur de marché actuel. 

Propos recueillis par Claire DUHAR

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires