Votre météo par ville

Lait. Une charte du bien-être animal dès le 1er janvier 2020

19-07-2019

Actualité

Élevage

L’interprofession laitière vient de se mettre d’accord sur 16 indicateurs d’évaluation du bien-être animal en élevage laitier qui rentreront en application dès le 1er janvier 2020.

La liste des 16 critères d’évaluation du bien-être animal du Cniel a été élaborée avec l’Institut de l’élevage, en appui sur le Code terrestre de l’Organisation mondiale de la santé animale. ©Anne-Sophie Flament

Après des mois de travail, les trois familles de l’interprofession laitière — producteurs, industriels privés, coopératives — ont défini 16 indicateurs permettant d’évaluer le bien-être des animaux dans un troupeau laitier. Co-construits avec l’Institut de l’élevage et appuyés sur le Code terrestre de l’Organisation mondiale de la santé animale, ces critères permettent d’apprécier le bien-être animal. Rajoutés à la charte des bonnes pratiques d’élevage, ils entreront en application dès le 1er janvier 2020.

Le but : définir un score pour chacun des indicateurs, et permettre à l’éleveur de se situer pour chacune des libertés fondamentales mais aussi de se comparer à la moyenne nationale. Lorsqu’un éleveur sera audité dans le cadre de la charte, l’agent vérifiera que tous les points du volet bien-être animal sont respectés et attribuera une note pouvant aller de 0 à 20. Si la note est satisfaisante, l’éleveur sera charté. En revanche, si certains points ne sont pas respectés, l’éleveur devra alors corriger ses pratiques pour se conformer aux critères, sous peine de ne plus être collecté.

Expliquer la vie dans les élevages

« Nous sommes dans une démarche positive : au lieu de courir derrière nos détracteurs, nous préférons montrer et expliquer ce que l’on fait dans les élevages », résume Daniel Perrin, éleveur laitier et président de la commission Sciences et techniques du Cniel (interprofession laitière nationale). Le Cniel prévoit que dans les 2 à 3 ans tous les éleveurs auront été audités. Soit bien avant les objectifs premiers de l’interprofession laitière, qui prévoyait plutôt cela pour 2025.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 262 : 13 mai 2022

Bio : Une microsucrerie made in Hauts-de-France
La Fabrique à sucres a été officiellement créée ce lundi 16 mai lors de l'assemblée générale de Bio en Hauts-de- [...]
Lire la suite ...

La saison des fraises est (déjà) lancée
Avec deux semaines d'avance, les fraises démarrent une saison qui s'annonce compliquée pour les producteurs. Le point [...]
Lire la suite ...

Sécheresse et agriculture : Frédéric Denhez, journaliste et écologue, répond à nos questions
La sécheresse et ses conséquences sur l'agriculture étaient au cœur d'un billet du blog du chroniqueur et journalist [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : Ne pas céder à la panique
Cela fait bien longtemps que nous n'avons pas vu l'eau ruisseler dans les champs. Le Nord et le Pas-de-Calais viennent a [...]
Lire la suite ...

Louvre-Lens : Des produits « design » au service du territoire
Dix ans après l'ouverture du Louvre-Lens, la dynamique insufflée continue de porter ses fruits. La société coopérat [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires