Votre météo par ville

Réglementation : la vente d’équidés entre professionnels

09-06-2020

Actualité

Terre à terre

Contrat de vente, garantie des vices cachés… Rappel des règles juridiques qui encadrent la vente d’équidés entre professionnels, avec l’IFCE et l’Institut du droit équin. 

Dans une webconférence organisée par l’IFCE (Institut français du cheval et de l’équitation) le 4 juin 2020, Laurie Bessette, juriste à l’Institut du droit équin, a rappelé les règles juridiques encadrant la vente d’équidés entre professionnels.

Retrouvez toutes les informations dans la vidéo de l’IFCE ou sur la chaîne youtube de l’institut :

https://youtu.be/QSRte51QP9M?list=PLATYrVnX3WHXAgZZfOkfzkisu8J7Aq-t4

Les préalables à la vente

Avant la vente d’un équidé, le vendeur et l’acheteur ont une obligation générale d’information. “Ils doivent informer l’autre partie de toutes les informations qu’ils détiennent et qui peuvent avoir une importance dans le cadre de la vente”, souligne la juriste.

Les parties peuvent également prévoir soit l’essai du cheval, soit la visite vétérinaire de transaction. “Celle-ci n’est pas obligatoire mais elle est recommandée.” Ces deux éléments sont des conditions suspensives à la vente (la vente ne sera définitive que si la ou les conditions se réalisent). Il est donc recommandé de les prévoir par écrit.

Le vendeur doit également s’assurer de vendre un équidé identifié, et doit être en mesure de délivrer à l’acheteur la carte d’immatriculation et le document d’accompagnement de l’animal vendu. Sinon, il s’expose à des sanctions.

cheval © Pixabay
Le contrat écrit n’est pas obligatoire mais vivement recommandé car il sécurise la transaction. © Pixabay

La rédaction du contrat

L’Institut du droit équin a élaboré un modèle de contrat comportant les dispositions indispensables à insérer, ainsi que les dispositions optionnelles. Il est à télécharger gratuitement sur le site de l’établissement : ici.

Laurie Bessette énumère les points de vigilance à avoir en tête au moment de la rédaction du contrat : ” Choisir un modèle adapté à vos besoins, éventuellement aller voir un avocat, et compléter le contrat le plus précisément possible. Si vous êtes acheteur, votre intérêt sera que votre vente soit soumise à l’application de la garantie des vices cachés des articles 1641 et suivants du Code civil en cas de litige. À l’inverse si vous êtes le vendeur, votre intérêt sera plutôt de prévoir que votre vente sera soumise à la seule garantie des vices rédhibitoires des articles L213-1 et suivants du code rural.”

Garantie des vices cachés

Si différentes garanties sont applicables à la vente entre professionnels (garantie des vices rédhibitoires, obligation de délivrance conforme, garantie contractuelle…), Laurie Bessette a choisi de se focaliser sur la garantie des vices cachés, la plus susceptible de s’appliquer.

Cette garantie ne s’applique pas automatiquement à toutes les ventes, mais uniquement si l’acheteur apporte la preuve d’une convention contraire. Celle-ci peut être express (le contrat de vente mentionne l’application de cette garantie en cas de litige) ou tacite (le juge peut considérer qu’il existe une convention contraire lorsque les parties se sont entendues sur un usage spécial du cheval).

À lire aussi. Notre grand format sur la situation des entreprises équines dans les Hauts-de-France lourdement touchées par les effets du confinement : Le Covid-19, véritable course d’obstacles pour la filière cheval

La garantie des vices cachés ne s’appliquera qu’à trois conditions cumulatives dont la preuve doit être apportée : le vice dont est atteint l’équidé n’était pas apparent au moment de la vente, le vice existait au jour de la vente, et il présente une gravité telle qu’elle rend l’animal vendu impropre à son usage ou qu’elle diminue fortement son usage.

Cette garantie s’applique dans un délai de deux ans à compter de la découverte du vice. Si le juge considère qu’il y a bien l’existence d’un vice caché, il procède à la résolution de la vente. Le vendeur redevient propriétaire et rembourse l’acheteur. Il peut également être condamné à verser des frais supplémentaires.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires