Votre météo par ville

Volailles vivantes : « Nous devrions faire huit à dix marchés par semaine »

27-04-2020

Actualité

Élevage

Alexandre Cadet est éleveur de volailles à Steenwerck (59) et co-gérant de l’entreprise familiale. Faute de pouvoir faire les marchés et les foires, son chiffre d’affaires baisse drastiquement.

Terres et Territoires - SARL Cadet
L’entreprise vend de la volaille, du lapin, du canard, de la caille, des poules d’ornement. © SARL_Cadet

Comme pour la majorité des filières volaille, la SARL Cadet, située à Steenwerck dans le Nord, rencontre de grandes difficultés en ces temps de confinement. En mars 2020, son chiffre d’affaires a diminué de 70 % comparé au même mois de l’année précédente. Aux côtés de son père et de son oncle, ses associés, Alexandre Cadet se bat pour sortir la tête de l’eau. Il répond à nos questions.

Quelle est votre situation économique ?

Nous devrions faire huit à dix marchés par semaine ! Là, on en fait zéro. Les marchés et les foires représentent 50 % du chiffre d’affaires. Le mois prochain, nous ne ferons pas les trois foires du 1er mai. Cette seule journée représente environ 60 000 euros de chiffre d’affaires. D’habitude, on part avec une flotte de camions, direction Rue (80), Gamaches (80) et Stenay dans la Meuse. C’est une grosse organisation… qui n’aura pas lieu.

Comment allez-vous devoir vous organiser ?

On a contacté les mairies de ces communes et elles ont accepté de communiquer notre contact sur les réseaux sociaux. Cela permettra aux particuliers de passer leurs commandes à récupérer dans un point de vente. La Ferme des Fontaines à Maisnières (80) est l’une des exploitations agricoles qui ont accepté de nous accueillir.

En dehors de la vente directe, nous vendons aux jardineries et aux abattoirs. Mais le risque, c’est qu’ils saturent. Il ne faudrait pas qu’il y ait une baisse des prix à cause de la concurrence. Parallèlement, j’ai une petite exploitation agricole de pommes de terre. Je peux compter un peu dessus pour diminuer les risques, mais pas pour longtemps…

Terres et Térritoires - Alexandre Cadet
Alexandre Cadet

« Je suis outré par ce que subissent les commerces de proximité »

Alexandre cadet, Éleveur de volailles vivantes

Comment la vie de l’entreprise est-elle modifiée ?

Pour les pommes de terre, j’ai un seul salarié. Pour la volaille vivante, il y a dix personnes, actuellement en chômage partiel. C’est à l’employeur d’avancer l’argent, mais je n’ai pas encore reçu un centime de l’État. Comme on fait près de 2 millions de chiffre d’affaires par an, je ne suis pas éligible aux aides. Dommage que l’État confonde le chiffre d’affaires de l’an passé, avec la marge potentielle de cette année.

Terres et Territoires - poules
Poules pondeuses ©SARL_Cadet

Récemment, j’ai vendu 6000 poulets à un abattoir. Donc ça génère du chiffre d’affaires ! Mais zéro marge. Je n’ai rien gagné en vendant au coût de production. Comme on du mal à écouler les stocks, les abattoirs demandent des prix plus bas.

Quelles solutions mettez-vous en place ?

On ne peut rien faire, à part envoyer des mails. C’est ce que j’ai fait en contactant la Chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais. J’ai aussi envoyé un courrier aux préfets de la région, pour tenter d’avoir une dérogation pour les marchés. Seul le préfet du Pas-de-Calais a répondu. Et la réponse était négative.

Par ailleurs, je trouve la décision du gouvernement incompréhensible. Les GMS sont autorisés à vendre toutes sortes de produits, et pas uniquement de première nécessité. En extérieur, on pourrait s’adapter ! Par exemple, créer un parcours avec des barrières pour espacer les gens devant les étalages. Je suis outré par ce que subissent les commerces de proximité.

Propos recueillis par Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Dunkerque-Port inaugure son terminal à destination de l’Irlande
La nouvelle ligne maritime Dunkerque-Irlande a été célébréeau terminal du port de Dunkerque lundi 11 octobre, en p [...]
Lire la suite ...

Édouard Chouteau veut décrocher l’étoile
Depuis juin 2020, Édouard Chouteau est le nouveau chef du restaurant La Laiterie à Lambersart (59). Amoureux des prod [...]
Lire la suite ...

Des agriculteurs excédés par les dégâts de sangliers
À l'initiative de la FDSEA du Pas-de-Calais, une rencontre a été organisée mercredi 6 octobre avec le directeur de [...]
Lire la suite ...

Abattoir de Valenciennes : « La sous-préfecture nous a posé un lapin »
La sous-préfecture de Valenciennes s’est engagée, jeudi 14 octobre, à entamer des discussions avec la direction [...]
Lire la suite ...

Elles croquent le sexisme à la ferme
La bande dessinée « Il est où le patron ? », réalisée par cinq paysannes et la dessinatrice Maud Bénézit, redo [...]
Lire la suite ...

Ces femmes qui font vivre le territoire
À l'occasion de la Journée internationale des femmes rurales ce 15 octobre, nous vous proposons de prendre des nouvel [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires