Votre météo par ville

Bruxelles propose des mesures d’urgence pour le secteur agricole

23-04-2020

Brèves

C’est tout frais

La Commission européenne a proposé le 22 avril 2020 des mesures d’urgence pour soutenir les marchés agricoles les plus touchés par la crise liée à l’épidémie de coronavirus.

Il s’agit notamment de mesures d’aide au stockage privé. Mais aussi de dérogations aux règles de la concurrence pour les opérateurs des secteurs les plus durement touchés. Enfin, il s’agit de certaines souplesses en ce qui concerne les fruits et légumes ou le vin.

L’aide au stockage privé concernera les produits laitiers (poudre de lait écrémé, beurre, fromage). Mais également la viande (bovine, ovine et caprine). Elle permettra le retrait temporaire des produits du marché pour une durée minimale de 2 à 3 mois et maximale de 5 à 6 mois.

Une enveloppe de 80 millions d’euros

Ce dispositif serait doté d’une enveloppe d’environ 80 millions € (dont environ 30 millions pour le lait et le reste pour la viande). Les souplesses accordées dans les programmes nationaux pour le vin, les fruits et légumes, l’huile d’olive, l’apiculture et le programme de distribution de lait et de fruits et légumes dans les écoles permettront de réorienter les priorités de financement vers des mesures de gestion de crise pour ces secteurs.

Enfin, la dérogation exceptionnelle aux règles de concurrence de l’Union européenne pour une période maximale de six mois s’appliquera aux secteurs du lait, des fleurs et des pommes de terre permettant aux opérateurs d’adopter des mesures d’auto-organisation: planification de la production de lait, retrait de produits du marché pour les secteurs des fleurs et des pommes de terre, et autorisation de stockage par des opérateurs privés. Ces mesures devraient être adoptées d’ici la fin du mois d’avril après un vote des États membres.

Didier Guillaume demande davantage pour l’horticulture et la viticulture

Dans un communiqué, le ministre de l’Agriculture a « remercié » la Commission européenne de ces mesures d’urgence. Mais il a demandé d’aller plus loin pour la viticulture et l’horticulture.

Dans le détail, il demande « des fonds européens de soutien spécifiques pour les fleurs dont l’activité a été complètement stoppée. Et pour la viticulture et les boissons alcoolisées, qui souffrent à la fois de l’arrêt de la restauration, et depuis des mois des taxations américaines. »

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires