Votre météo par ville

Philippe Bréhon défend la filière endives

28-09-2023

Actualité

C’est tout frais

Tandis que démarre la récolte, Philippe Bréhon, nouveau président à la tête de l’association des producteurs d’endives de France, entend redorer l’image de la filière.

Producteur à La Couture, Philippe Bréhon préside depuis le 31 août l’association des producteurs d’endives de France. © L. T.

Dans les champs, les premiers arrachages ont commencé pour les producteurs qui cultivent l’endive, la racine emblématique de la région. « L’été a permis de se rattraper, les semis avaient été compliqués », débute Philippe Bréhon, nouveau président de l’association des producteurs d’endives de France (Apef). Installé à La Couture, dans le Pas-de-Calais, le chef d’exploitation succède à ce poste à Catherine Decourcelle. Il constituera un nouveau binôme avec le directeur Pierre Varlet, également fraîchement arrivé au siège de l’Apef, à Arras.

Moins de sachets d’un kilo

« Les enjeux pour la filière sont énormes, souligne le président. Il faut redorer l’image de l’endive. » La communication se joue tant à l’interne qu’à l’externe puisque ladite image tend à se ternir, côté producteurs et côté consommateurs. Les premiers croulent sous le poids des charges énergétiques, s’inquiètent des suppressions de molécules annoncées sans être remplacées et peinent à recruter. Les seconds boudent l’endive, ou en tout cas, privilégient des sachets moins lourds, car moins coûteux.

Pour autant, « on n’a jamais autant vendu de sachets de 500 grammes », s’exclame celui qui confirme que le nombre de sachets vendus est stable mais le grammage a diminué. La faute aux charges, qui « ont tellement augmenté que le prix de vente a inévitablement grimpé et le consommateur ne suit pas toujours ». La grande distribution a joué le jeu, au moins dans un premier temps, concède le président de l’Apef. « Il n’empêche que le kilogramme d’endives paraît trop cher pour le consommateur, surtout s’il a gardé l’image de 0,99 € le kilo ! »

Les volumes sont en baisse et ont atteint 128 000 tonnes pour la dernière campagne. « Cette année, il a manqué d’endives l’été », reprend le président. Si la saison principale reste l’hiver le marché de l’été existe et fonctionne aussi à l’export. À titre d’exemple, les Italiens consomment autant d’endives l’été que l’hiver.

Sur les 300 producteurs de l’association, 95 % sont installés dans les Hauts-de-France. Neuf d’entre eux ont arrêté ces derniers mois, six récoltent pour la dernière année, décompte Philippe Bréhon qui relaie non pas « leur faillite mais leur ras-le-bol ».

Bonalan, movento et Cie

Conséquence, lorsque la filière perd ses producteurs, elle peine à intéresser les firmes de produits phytosanitaires et les fabricants de matériel, regrette le producteur. C’est ainsi que le Movento, insecticide utilisé jusqu’alors, va disparaître des pulvérisateurs des endiviers. « Non pas qu’il soit interdit mais c’est la firme qui ne le soutient plus ». L’inquiétude porte aussi sur la disparition du Bonalan, qui ne sera plus utilisable dès le mois de mai 2024.

« Ce n’est pas qu’on soit des adeptes des produits phytosanitaires, assure Philippe Bréhon. C’est que pour l’instant, on n’a pas d’autre solution pour désherber – principalement – le chénopode, un fléau qui étouffe tout. » Et puis, il y a le puceron lanigère dont la menace plane les années sèches. Avec l’arrêt programmé du Safari, les endiviers devront trouver d’autres moyens de se débarrasser des ravageurs. « Deux molécules et un insecticide, additionne Philippe Bréhon. On va axer les recherches de l’Apef pour pallier ces suppressions. » Car c’est l’un de ses rôles principaux avec la communication et la structuration de la filière : la recherche et le développement.

Moins de pieds mais de belles racines

Outre ces questions, les techniciens planchent aussi sur les problématiques énergétiques. « Ce qui coûte cher, c’est le refroidissement de la racine. C’est là que l’ingénieur du CTIFL (Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes, ndlr) fait des essais. » Après l’arrachage, les 15 jours de passage dans les salles froides sont les plus énergivores, plus encore que les trois semaines qui suivent lorsque la racine est chauffée dans la salle de forçage afin que poussent les endives. L’Apef alerte les pouvoirs publics sur les questions énergétiques en tentant de faire entendre sa voix. Et puis, la gestion de l’eau, toujours, « aux champs et dans les endiveries est une problématique », appuie Philippe Bréhon.

Pendant ce temps, l’arrachage des racines se poursuit. « On manque de pieds mais on a de belles racines, présage le président de l’Apef. On aura moins de déchets qu’en 2022 et on sera au moins équivalent en termes de racines. »

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires