Votre météo par ville

Alimentation : Éduquer au goût pour mieux manger

12-07-2022

Actualité

Consommation

L’association Oui Change réalise des ateliers d’éducation au goût pour limiter le gaspillage alimentaire et valoriser le “mieux manger”. Des ateliers pour les enfants et les adultes afin de favoriser une “communauté” sensible à la transition écologique.

L’association lilloise Oui change propose des ateliers au goût pour sensibiliser les enfants à une meilleure alimentation et au mieux manger responsable dans les écoles du Nord-Pas de Calais depuis deux ans. © Oui Change

Éduquer au goût pour permettre de mieux manger, c’est le pari que s’est lancé l’association Oui Change, basée à Lille. Co-fondée par Sophie Léger, Heather Noreen, Amaury Benoît et Benoît de Ruyver, Oui change a pour objectif de développer le goût des plus jeunes et des adultes pour qu’ils apprennent à connaître et reconnaître les aliments.

L’équipe de l’association de Oui change est engagée dans la transition écologique avec la mesure des empreintes carbone. © Oui change

Par le biais d’atelier d’éducation au goût, de formations sur l’alimentation ou encore de carnets de recettes, ils espèrent ainsi sensibiliser enfants et parents. Ils se sont basés sur leurs expériences d’entrepreneur, d’ingénieur, d’instituteur ou encore d’expert en marketing pour créer différents outils pédagogiques pour faire passer leur message. ” On passe par la pédagogie du jeu pour montrer que ce n’est pas si compliqué que ça de mieux manger “, explique Sophie Léger, ingénieur nutritionniste. Par exemple, beaucoup de familles voudraient aller vers plus de produits végétaux “mais généralement, on ne sait pas trop cuisiner les légumes secs en France“, expose-t-elle. D’où l’idée de proposer des recettes pour accompagner les familles.

Mais “ce n’est pas parce que l’on dit aux gens que les légumes sont bons pour la santé que ça marche“, regrette-t-elle. Grâce à des dégustations en pleine conscience, en utilisant le toucher, le goût, l’odeur, les participants peuvent alors découvrir des produits sous un nouveau jour et apprendre à les apprécier. Abricot, chou-fleur, betteraves crues, de nombreux aliments sont (re)découverts. ” Une fois que les personnes ont compris, ils en parlent autour d’eux et ils deviennent des colibris contaminants “, note-t-elle, reprenant l’image véhiculée notamment par Pierre Rabhi.

Le projet a été lancé en 2020 à l’école Jeanne-d’Arc, à La Madeleine (59), une expérimentation qui a conforté les membres de l’association dans leur projet. Des outils numériques, papiers mais aussi des chansons sont mis à disposition, via notamment une chaîne Youtube afin de permettre aux enseignants, parents, ou enfants de continuer à se former une fois l’atelier réalisé.

Des ateliers financés par des appels à projet

Depuis cette expérimentation, l’association a aujourd’hui un partenariat avec 17 écoles. Des partenariats soutenus par la Draaf, le programme national de l’alimentation ou encore le fonds de développement de la vie associative, qui permet une accessibilité de tous à cette sensibilisation. L’association ne demande sur le principe qu’une participation de 3 euros par an et par enfant.

L’association propose aussi des ateliers de sensibilisation autour des nouveaux enjeux de la transition écologique ou numérique. Et continue d’innover. Dès la rentrée prochaine, elle va former les personnels de neuf restaurants collectifs d’Hazebrouck (59) pour toucher toujours plus de monde.

Célia Bouriez

Lire aussi : Économie : Que faire pour développer l’approvisionnement local ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires