Votre météo par ville

Économie : Que faire pour développer l’approvisionnement local ?

12-07-2022

Actualité

Consommation

Près de 250 professionnels se sont penchés sur la question de l’approvisionnement local alimentaire, mardi dernier, lors des états régionaux de l’approvisionnement local. Objectifs : réactualiser les politiques régionales et dresser un ordre de priorités.

C’est au siège de la Région que près de 250 professionnels se sont réunis pour parler de l’approvisionnement local. © E. P.

Près de 250 professionnels des secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de l’administration et de la politique se sont penchés mardi dernier sur la question de l’approvisionnement local.

Avec ces états régionaux, nous souhaitons aller encore plus loin dans la valorisation de nos productions agri et agro régionales mais aussi rapprocher le producteur du consommateur, explique Marie-Sophie Lesne, vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la pêche. Les remontées des acteurs de terrain doivent nous permettre de structurer l’action publique à venir dans un contexte compliqué.”

De belles avancées

En effet, si pendant la crise sanitaire, l’approvisionnement local a connu un essor important, aujourd’hui, avec l’inflation galopante, le secteur connaît une régression qui aboutit actuellement à un plateau.

Néanmoins, de belles avancées dans le domaine ont déjà été réalisées, notamment au niveau de la restauration collective : “Environ 50 % des lycées de la région sont engagés dans le label Ici je mange local (qui récompense les restaurations collectives dont les menus intègrent au moins 20 % de produits locaux et de saison, ndlr). Au niveau de la viande c’est particulièrement visible : plus de 50 % de l’approvisionnement est local contre 3 à 5 % auparavant. Cela représente plus de10 millions d’euros par an”, indique Marie-Sophie Lesne, qui souligne aussi les aides mises en place pour les agriculteurs comme le “Pass’agri filières, qui soutient les agriculteurs dans leurs investissements pour se diversifier. Depuis 2020, ce sont 500 agriculteurs qui en ont bénéficié ce qui représente 4 millions d’euros.”

Mais voilà, si au niveau de la restauration collective, la Région a l’impression d’avoir “fait tout ce (qu’elle) pouvait faire“, c’est au niveau de la grande distribution et plus largement du consommateur individuel que du chemin reste à parcourir.

Des différences départementales

Une première chose à observer est qu’en fonction des départements, le local ne représente pas la même chose dans le panier du consommateur.

Aussi, l’IRI (institut spécialisé dans l’analyse de données de produits de grande consommation) a calculé le poids des marques locales dans la consommation en grande distribution.

Ce poids est de 2,9 % dans le Nord, 2,7 % dans le Pas-de-Calais, 1,2 % pour la Somme, 1,1 % pour l’Aisne et 0,6 % pour l’Oise. Des chiffres qui s’expliquent par la diversité (ou non) des productions sur les territoires et donc de la réponse (ou non) aux besoins des consommateurs.

Le consommateur pas toujours là

Pour Philippe Goetzmann, animateur et observateur à l’IRI, “le consommateur fait toujours la balance entre désirs et contraintes.” D’un côté, les désirs donc comme “l’envie de mieux consommer, liée à la prise de conscience des enjeux écologiques et de santé qui tournent autour de l’alimentation. Les Français sont d’ailleurs très sensibles à ce sujet, ce qui n’était pas forcément le cas il y a 15 ans”, explique-t-il. “On a vu le local se développer : il est aujourd’hui le premier critère cité pour avoir une “bonne alimentation”, selon les Français.”

De l’autre côté, les contraintes : “Il y en trois : le temps, l’espace et le prix. L’espace réfère à l’accessibilité. Si pour acheter local il faut que je me déplace à l’autre bout de la région, je ne le fais pas. Pour ce qui est du temps, l’augmentation de la digitalisation montre bien que les gens ne prennent plus le temps de faire leurs courses.”

Enfin la contrainte du prix est majeure : “Selon l’Insee, en 2019, près de 20 % des Français mangeaient avec 200 € par mois (le budget moyen étant de 383 € par mois). Du fait de la taille des ménages qui se réduit, la part du revenu accordée à la maison augmente au détriment de la part dédiée à l’alimentation.

Rendre le local accessible à tous

Le risque de cette situation est d’aboutir à une alimentation à deux vitesses : ceux qui pourront acheter du local et les autres. “Notre rôle n’est pas d’améliorer l’alimentation de ceux qui mangent déjà bien“, ironise Philippe Goetzmann.

Pour “démocratiser le local” il faut donc le diversifier : ” On a eu tendance à ne faire que du local haut de gamme. Ça produit de la valeur mais pas du volume.” On le voit, l’approvisionnement regroupe divers enjeux. Mais quelles solutions alors ? Pour les professionnels qui ont planché sur le sujet, elles sont multiples et complémentaires.

Il faudrait ainsi une meilleure communication entre les filières, mais aussi avec les acteurs de la distribution et le consommateur.

Le développement de l’approvisionnement local passe aussi par un renforcement des filières et des PME en accentuant l’action de la Région pour les aider à atteindre des tailles critiques permettant de répondre aux demandes des consommateurs. Demandes qui évoluent très vite et qui nécessite une grande adaptabilité de la filière aux besoins du consommateur.

Cela passe aussi par le regroupement des producteurs, pour mieux échanger avec les acteurs en aval. Les risques doivent être partagés avec l’ensemble des acteurs, en amont et en aval, pour mieux anticiper les enjeux auxquels font face les filières. Enfin, les professionnels mettent en avant l’importance de la formation pour les acteurs afin, notamment, d’améliorer le sourcing.

Eglantine Puel

Lire aussi : Cralim : L’alimentation de qualité accessible à tous

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires