Votre météo par ville

Publireportage. La Beurrerie montreuilloise mise sur le régional

01-03-2021

Actualité

C’est tout frais

Depuis les années 1970, Bruno Maillard développe un beurre régional. Produit à la laiterie d’Abbeville (80), le beurre de baratte est conditionné à Campigneulles-les-Petites (62) avant de se retrouver sur les étals des magasins des Hauts-de-France.

Bruo Maillard Beurrerie Montreuilloise © LD
À chaque distributeur ou presque son emballage et son conditionnement de beurre, auxquels Bruno Maillard doit s’adapter. © LD

Question beurre, Bruno Maillard est intarissable. De son histoire à son conditionnement en passant par sa fabrication, aucune étape n’est éludée. Et pour cause, le patron de la Beurrerie Montreuilloise, petite entreprise de sept personnes, conditionne à façon le beurre régional depuis plus de trente ans.

« J’achète du beurre à la laiterie d’Abbeville, explique Bruno Maillard. Ce beurre est fabriqué avec du lait qui provient des Hauts-de-France, du Vimeux principalement. Je le conditionne ici, dans l’atelier de Campigneulles-les-Petites (62), pour qu’il se retrouve dans les étals des magasins de la région. » L’autre partie de son activité, qui représente 5 % des volumes emballés, réside dans l’achat et la revente de beurre.

Qualité et origine comme leitmotiv

Le beurre acheté n’est pas n’importe quel beurre : c’est du beurre
de baratte. Bruno Maillard y tient : « Il a un goût différent dû au processus de fabrication ». Le beurre classique est fabriqué à partir de crème pasteurisé qui passera dans un butyrateur pour former un beurre auquel seront ajouté des ferments lactiques. Cela assure une stabilité du goût du beurre. « Le beurre de baratte est, quant à lui, issu de crème pasteurisée mais celle-ci va passer dans un maturateur pendant quelques heures, étape où les ferments
lactiques seront ajoutés,
explique-t-il. La crème a alors du goût et passe dans une baratte où l’on obtient du petit-lait d’un côté et du beurre de l’autre. » Plus long, ce processus permet d’obtenir du beurre de meilleure qualité.

beurre Beurrerie Montreuilloise © LD
Le beurre de la Beurrerie montreuilloise est du beurre de baratte. © LD

Le directeur de la Beurrerie du Montreuillois veut se distinguer par la qualité de ses produits mais aussi par leur origine. Pour cela, Bruno Maillard est adhérent à Saveurs en’Or et peut estampiller le logo sur l’emballage du beurre qu’il vend. « Pour pouvoir le faire, il faut que je sois assuré que le lait transformé en beurre est bien issu des Hauts-de-France, précise le chef d’entreprise. Le beurre que j’achète est donc tracé depuis la collecte jusqu’au conditionnement. »

Quel emballage pour le beurre ?
Dans son activité de conditionnement en travail à façon, Bruno Maillard est obligé de s’adapter aux demandes des distributeurs sur les emballages. « Certains vont choisir de l’aluminium pour favoriser la qualité du beurre. D’autres vont favoriser la matière biodégradable.» Parmi ces matières, il y a le comiwrap, un papier fabriqué à base de craie capable de se désagréger naturellement. Il est plébiscité par la grande distribution car les plaquettes de beurre peuvent ainsi passer sous un détecteur de métaux afin de d’assurer de la conformité du produit.

Carrefour et les restaurateurs

Avec un tel label, Bruno Maillard a pénétré certains marchés pour lesquels l’origine du beurre était importante. « Je livre environ 70 % de ma production à Carrefour, note-t-il. Les 30 % restants sont vendus aux restaurateurs de la région et notamment ceux de la Côte d’Opale. » Le
directeur n’est pas peu fier de mentionner qu’il approvisionne
le chef Marc Meurin pour servir son restaurant à Lille. « Les chefs
français savent que le beurre de baratte est meilleur que le beurre
classique. »
Et s’il vient de la région, c’est encore mieux !

Si la Covid-19 a joué les trouble-fêtes en déséquilibrant les marchés,
elle n’a pas coupé les ailes de l’investissement dans une
machine qui conditionnera le beurre en barquettes de
125 grammes. « Depuis que je fais ce métier, les formats de beurre
sont de plus en plus petits. Dans les années 1970, on le conditionnait
en plaquettes d’un kilo. Aujourd’hui, c’est le 250 grammes
qui est le plus acheté. Les consommateurs plébiscitent de plus en
plus les formats de 125 grammes. »
Le but est aussi de rendre le
beurre de baratte accessible au plus grand nombre.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires