Votre météo par ville

Et si on mangeait dans une serre ?

17-08-2023

Actualité

Les sorties

L’été est l’occasion de tester de nouvelles expériences, alors pourquoi ne pas manger dans une serre ? C’est ce que propose le chef Nicolas Pourcheresse en ayant délocalisé son restaurant dans ce lieu atypique à Verlinghem.

La Serre ouvre ses portes jusqu’au 15 septembre prochain. Pensez à réserver car l’établissement affiche souvent complet ! © D. R.

Ne jamais faire comme les autres, c’est l’ADN du chef Nicolas Pourcheresse, aussi surnommé « la barbe rousse des fourneaux ». Et cet été encore, il le prouve en délocalisant une nouvelle fois son restaurant de Lambersart (59) Chez mon cousin dans… une serre horticole, route de Lambersart à Verlinghem (59) !

Le restaurant rencontre un vrai succès

Une expérience qu’il renouvelle depuis trois ans et qui chaque année ancre un peu plus son succès, le carnet de réservations en témoigne. Tous les soirs, quelque 75 chanceux dégustent les plats de Nicolas Pourcheresse et de son équipe au sein de ce lieu magique. « Depuis le 15 juin, il n’y a eu que deux soirs où nous n’avons pas affiché complet », se réjouit le chef, deux fois étoilé au guide Michelin.

Sous les quatre mètres de hauteur de cette serre hollandaise, entourés de verrières, les clients mangent à côté des plants de fleurs ou encore d’herbes aromatiques ! « Nous sommes là pour leur faire vivre une expérience inédite », sourit le chef des lieux.

Un pari que Nicolas Pourcheresse relève haut la main avec son équipe car il a fallu s’adapter à la configuration de la serre et à ses contraintes. « Nous préparons une grande partie dans les cuisines de Chez mon cousin et on termine ici dans La Serre, où on assaisonne et cuit. Il n’y a pas de gaz et un four consomme trop d’électricité pour notre installation, alors nous cuisons tout au brasero, détaille le chef. Il n’y a pas d’eau courante non plus, alors chaque jour nous venons avec une réserve de dix litres d’eau, cela nous sert pour les cuissons au bain-marie mais aussi pour remplir la machine à café. » Pour la vaisselle, tout est ramené au restaurant et lavée là-bas. « Cela demande une importante logistique, mais c’est un beau challenge pour l’équipe chaque soir », confirme le cuisinier.

« Faire vivre une expérience inédite à nos clients. »

NICOLAS POURCHERESSE, CHEF DE LA SERRE

Côté menu, on retrouve la même « cuisine de quartier sans chichi » que Chez mon cousin : « Je privilégie le local, on ne trouve que des produits frais et des plats faits maison autour desquels on se retrouve, nous proposons une expérience de convivialité, ici on prend le temps de cuisiner, de servir, de manger… » Bref on savoure l’instant ! Et au chef d’ajouter : « Il y a aussi un côté bar où on peut venir grignoter entre amis. »

Le challenge semble réussi au vu des sourires qu’affichent les clients à l’issue de leur repas. Evan Araujo est ravi de son expérience : « C’est un lieu atypique, jamais je n’aurais imaginé un restaurant installé dans une serre, s’étonne le jeune homme. Le cadre est sympa. Et on y mange bien ! » Ce dernier a partagé une côte de bœuf avec ses parents en terminant par la mousse au chocolat avec une tuile aux amandes.

Le jardin, le premier restaurant éphémère

Il faut dire que Nicolas Pourcheresse n’en est pas à son coup d’essai. Lorsqu’il était à la tête du Vagabond à Lille, l’établissement était également délocalisé le temps de l’été au Jardin à Hem. « C’était un restaurant éphémère installé dans un tunnel de production de légumes, se souvient le chef. Et ça marchait déjà très bien à l’époque, les clients mangeaient au milieu des tomates et des melons ! »

Une expérience qu’il a donc voulu réitérer avec Chez mon cousin. « Je suis tombé sur cette serre qui était à vendre, j’ai souhaité l’acheter, mais finalement ça ne s’est pas fait. Alors on a proposé un partenariat avec les nouveaux propriétaires ! »

Un partenariat qui dure depuis trois ans maintenant. « Et au fil du temps, on s’est amélioré ! » La serre fermera ses portes le 15 septembre. Reviendra-t-elle l’année prochaine ? « On ne sait pas », sourit le chef qui souligne cependant qu’il aime ce genre de prise de risque ! 

Cool K’cahuète, le restaurant éphémère et itinérant de la Côte d’Opale

Cool K’Cahuète se trouve actuellement au château d’Hardelot, à Condette. © Cool K’Cahuète

Cool K’cahuète sillonne le littoral et sa campagne. Deux fois par an, l’établissement, composé de deux dômes géodésiques panoramiques en bois et aluminium et d’une cuisine mobile aménagée dans une remorque vintage Airstream, change de lieu offrant, au fil des saisons, différents décors aux gourmands.

Après avoir passé quatre mois face à la mer à Équihen-Plage, Cool K’cahuète a pris ses quartiers depuis le 3 août dernier au château d’Hardelot. À chaque service, une trentaine de clients peuvent y manger, installés sur une grande table en arc de cercle, tout en profitant d’une vue panoramique sur la campagne, le château ainsi que son lac des Miroirs. Un joli cadre dont les gourmands pourront profiter jusqu’au 3 décembre prochain.

À la tête de l’établissement, un couple, Sébastien et Lauriane Kochman. Pour leur carte, ils ont fait le choix de faire la part belle aux produits locaux : « 90 % de nos plats sont faits à base de produits boulonnais », souligne Lauriane Kochman qui s’occupe de la salle, tandis que son mari, lui, est en cuisine. Une autre belle expérience à tenter !

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Découvrez le supplément élevage – Avril 2024

Numéro 360 : 12 avril 2024

3 questions à Quentin Blond,vétérinaire et président du Conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Hauts-de-France
  quentin blond, vétérinaire et président du conseil régional de l’ordre des vétérinaires pour les Haut [...]
Lire la suite ...

Mettre en commun ses forces pour mieux fonctionner
Travailler en Coopérative d'utilisation des matériels agricoles peut favoriser le bien-être des éleveurs en leur lib [...]
Lire la suite ...

La traite, un moment clé à ne (surtout pas) négliger
La traite est un moment important de la journée, mais elle peut aussi s'avérer pénible, à la fois pour le trayeur et [...]
Lire la suite ...

Une charte pour le bien-être animal
Créée en 1999, la charte des bonnes pratiques d'élevage ne cesse de s'adapter aux demandes sociétales et réglementa [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires