Votre météo par ville

#TousAvecNosArtisans, une opération pour soutenir l’artisanat local

13-05-2020

Actualité

C’est tout frais

Afin d’inciter les consommateurs à privilégier l’artisanat local en cette période post-confinement, la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) Hauts-de-France lance l’opération #TousAvecNosArtisans. Interview.

Terres et Territoires - Fromagerie Philippe Olivier
La boutique de Lille (59) de la fromagerie Philippe Olivier. Son siège se situe à Boulogne-sur-Mer (62). © Sophie-Stalnikiewicz

Depuis le 24 avril 2020, les consommateurs peuvent afficher leur soutien aux commerçants avec le hashtag #TousAvecNosArtisans, en arborant le logo dédié ou en collant un stickers chez les commerçants. À travers cette campagne, la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) Hauts-de-France rappelle que l’épidémie de Covid-19 a démontré que le « consommer local » n’est pas qu’une simple tendance : « c’est aussi une nécessité ».  

« Avec plus de 90 000 entreprises dans la région et plus de 160 000 emplois, l’artisanat sera un vecteur fort de la reprise économique », indique un communiqué du 11 mai 2020. Dans cette période d’après-confinement, les artisans veulent continuer à gagner en visibilité. Certains secteurs ont été particulièrement touchés par la crise, comme celui des fromages. Romain Olivier, artisan-affineur basé à Boulogne-sur-Mer (62), élu membre du CMA Hauts-de-France depuis quatre ans, répond à nos questions.

En quoi cette opération solidaire est-elle importante pour vous ?

La préoccupation des artisans aujourd’hui, c’est de continuer d’exister. Cette démarche, portée à l’échelle nationale, donne une visibilité aux métiers de l’artisanat. Ils regagnent des parts de marché depuis quelques années, alors pourvu que ça se perpétue post-confinement. 

Durant le confinement, de nombreux habitants des Hauts-de-France se sont tournés vers les commerces de proximité. Cette campagne est donc une manière de les inciter à ne pas perdre cette habitude ? 

Oui. Nous voulons sensibiliser le public pour le faire revenir vers l’humain, et de fait, vers le commerce de proximité. #TousAvecNosArtisans sert aussi à mettre en avant des professionnels qui maîtrisent leur métier. Et ils sont multiples : alimentaire, bâtiment, service… Pourtant, aux yeux de certains consommateurs, les grosses entreprises sont les spécialistes de la norme. C’est plus rassurant pour eux, alors que les indépendants sont tout aussi professionnels. 

Comment rassurer les consommateurs ?

Notre personnel est équipé depuis longtemps : charlottes sur la tête, chaussons en plastique de protection, gants, masques, blouses… c’est notre quotidien. Dans les caves d’affinage, et dans le secteur de l’alimentation en général, il existe des mesures d’hygiène très strictes. Que ce soit sur la partie exploitation ou production.

Terres et Territoires - Romain Olivier_maître-fromager
Romain Olivier_maître-fromager © Sophie-Stalnikiewicz

« Nous voulons sensibiliser le public pour le faire revenir vers l’humain, et de fait, vers le commerce de proximité. »

Qu’est-ce qui change dans l’après-confinement ?

En production, rien ne change pour les mesures d’hygiène. C’est plutôt la partie administrative : l’accueil sur le site pour les clients et les vestiaires pour les équipes. Concernant notre activité, le chiffre d’affaires a baissé de 90 % durant la première semaine de confinement. Aujourd’hui, on retrouve un certain niveau, aux alentours de – 50 %. Mais à partir du 1er juin, le chômage partiel ne sera plus remboursé totalement par l’État et ce sera à nous de le prendre en charge. Il faut donc que la reprise de l’activité revienne à la normale, et vite.

Finalement, pensez-vous que les artisans sortiront gagnants ou perdants de la crise sanitaire ? 

C’est difficile à dire. Des commerces ont fermé durant le confinement, d’autres sont restés ouverts. Pour les bouchers, j’en connais à Lille qui ont su tirer leur épingle du jeu, mais pas tous. La zone de chalandise a peut-être joué, selon le nombre d’habitations près de leur commerce et selon le type de quartier. Sur la côte d’Opale, certains artisans ont souffert de l’absence de touristes, d’autres ont eu davantage de clientèle grâce aux personnes venues se confiner dans leur maison secondaire.

Pour ma part, les quatre boutiques des « Fromageries Philippe Olivier » de Boulogne-sur-Mer (62), Calais (62), Lens (62) et Lille (59) ont aussi connu de grandes disparités. Alors on verra bien pour la suite !

Propos recueillis par Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Plan de relance européen : 15 milliards d’euros supplémentaires pour l’agriculture
La Commission européenne a présenté le 27 mai 2020 une nouvelle proposition pour le cadre financier pluriannuel de l& [...]
Lire la suite ...

Les Gaec éligibles au fonds de solidarité
Dans un communiqué commun, le ministre de l’Économie et des Finances et le ministre de l’Agriculture ont annoncé [...]
Lire la suite ...

Les effets inquiétants du Covid-19 sur la hausse de la famine dans le monde
Si le Covid-19 a tué environ 350 000 personnes à travers le monde, la malnutrition et la famine provoquent la mort de [...]
Lire la suite ...

Soutien local : des aides ouvertes aux entreprises agricoles
Si le monde agricole n'était pas à l'arrêt durant le confinement, il n'en reste pas moins impacté par la crise sanit [...]
Lire la suite ...

Tour d’une Europe agricole frappée par la crise (contenu interactif)
Que se passe-t-il chez nos voisins européens ? Comment les agriculteurs vivent cette crise sanitaire ? Tour d’h [...]
Lire la suite ...

MSA : Vers un rapprochement avec le régime général ?
Dans un rapport rendu public le 26 mai, la Cour des comptes invite la Mutualité sociale agricole (MSA) à "prendre des [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires