Votre météo par ville

Coup dur pour la filière maroilles 

02-04-2020

Actualité

Terre à terre

L’achat de fromage n’est pas la priorité des Français confinés. Le traditionnel maroilles n’échappe pas à la règle malgré son label AOP.

La Ferme des Bahardes à Étrœungt (59) enregistre plus de 50 % de perte sur la vente de ses maroilles depuis le début du confinement. ©DR

« Durant les premières semaines de cette crise sanitaire, les Français se détournent de nos fromages AOP, allant vers des produits utilitaires et de première nécessité. » C’est le cri d’alarme lancé par le Cnaol, la fédération des AOP laitières (appellation d’origine contrôlée).

Un constat partagé par Claude Béra, président du Syndicat du maroilles, basé à La Capelle, dans l’Aisne (02). Qu’il soit fermier ou industriel, ce fromage fait face à une forte baisse des ventes.

Quel est l’état actuel de la filière maroilles ?

Avec l’épidémie de coronavirus, toute la filière du fromage AOP est en ralentissement et certaines fromageries sont totalement à l’arrêt. Je connais un fabricant qui tourne à 20 % de ses capacités en ce moment. Il y a peu de clients en boutique et peu de commandes de grossistes.

Pour les fromages fermiers, ça marche un peu mieux, grâce aux échanges entre producteurs. Ils peuvent vendre le beurre ou la crème fraîche d’un confrère, en plus du maroilles. Ceux qui font les marchés et de la vente directe peuvent tirer leur épingle du jeu. En production industrielle, on n’est pas à l’abri de mettre le lait à l’égout.

Quelle solution envisager ?

Dans la région, il y a 120 producteurs de lait pour le maroilles. En ces temps de crise, il va vers d’autres secteurs tels que le lait pasteurisé ou le beurre. Étant éleveur laitier, je livre à mon fabricant. Mais il ne fait plus de maroilles depuis quinze jours. Il revend à un autre industriel. Nous restons ses clients, donc il a trouvé cette solution. Mais ça reste compliqué. 

Terres et Territoires - Claude Béra
Claude Béra. © DR

« Dans la région, il y a 120 producteurs de lait pour le maroilles. En ces temps de crise, il va vers d’autres secteurs tels que le lait pasteurisé ou le beurre. « 

Président du Syndicat du Maroilles

La Fédération nationale des producteurs de lait a rejoint l’appel du Cnaol en parlant d’urgence, tant au niveau économique que patrimoniale. Comment comptez-vous agir ?

Je vais bientôt lancer un appel sur Facebook à travers une vidéo pour expliquer la situation. Le Cnaol a raison de demander des aides urgentes au stockage des fromages AOP et à la régulation des volumes de lait. Il faudrait appliquer le PRM (programme de responsabilisation des marchés). C’est au niveau européen que ça se joue.

En temps de crise, réduire les volumes pour les adapter à la demande coûterait moins cher en stockage. La solution se trouve du côté des syndicats agricoles. Il s’agit de faire entendre nos voix auprès des politiques en France et à Bruxelles.

Quel message voulez-vous faire passer aux consommateurs ?

Je les invite à privilégier les produits du terroir labellisés AOP ! C’est le cas du maroilles. En ces temps de confinement, il ne faut pas oublier la qualité. Ils peuvent se tourner vers les fermes et les points de vente de produits locaux. 

Propos recueillis par Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des stocks de pommes deux fois plus importants qu’en 2019 au début de l’été
« Fin juin 2020, alors que la campagne de commercialisation s’achève, les stocks de pommes sont le double de ceux d [...]
Lire la suite ...

Explosion au Liban : le stockage du nitrate d’ammonium en question
L'explosion de quelque 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium le 4 août au Liban rappelle que cet ingrédient de base de [...]
Lire la suite ...

Les éleveurs laitiers veulent pouvoir utiliser toutes les jachères en période de sécheresse
La FNPL (syndicat professionnel des producteurs de lait) appelle, dans un communiqué de presse du 12 août 2020, l’Un [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le maillon faible de la filière porcine
Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs, ne compte que sept abattoirs capables d'abattre ces anima [...]
Lire la suite ...

Flandres : Un boulanger au four et au moulin
Après le circuit court, le circuit ultracourt ? C'est l'idée un peu folle d'Antony Boulanger, patron à Noordpeene de [...]
Lire la suite ...

Enquête Covid-19 : nos exploitations agricoles régionales mises à mal
Le service économique de la chambre d'agriculture des Hauts-de-France a lancé en mai une enquêteauprès des agriculte [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires