Votre météo par ville

Un marché des grains durablement haussier ?

06-10-2021

Actualité

C’est tout frais

Les cours des céréales et des oléagineux ont bondi depuis plusieurs mois. La demande mondiale étant plus importante que l’offre. Les cours risquent d’évoluer dans la même direction d’ici les prochaines récoltes des agriculteurs de l’hémisphère sud.

La Chine a repri ses importations de blé et de maïs de plus belle, une fois que la crise de la Covid s’est estompée. © AdobeStock

La Chine refait ses stocks. C’est en partie la raison pour laquelle les cours de matières premières agricoles flambent. Sur le Matif, marché de référence, les cours ont atteint les 256 €/t pour l’échéance de décembre 2021. Du jamais vu depuis de nombreuses années.

« Nous nous trouvons dans une situation d’après crise de la Covid où de nombreux pays sont demandeurs de céréales, explique Jean Deray, directeur céréales chez le groupe Carré. On peut dire qu’on assiste au réveil de la Chine et de l’Asie en général, qui refait ses stocks. Tout comme le moyen orient qui a doublé ses achats de 3 à plus de 5 millions de tonnes de blé. »

Même constat pour l’Afrique du Nord, principal client de la France. « Les pays achètent le blé à plus de 400 euros la tonne, pour éviter de revivre le printemps arabe, les gouvernements achètent la paix sociale en nourrissant sa population mais jusqu’à quand et à quel prix ? »

Sur notre marché intérieur, la demande reste élevée avec notamment les fabricants d’aliments du bétail qui consomment beaucoup de blés fourragers, nombreux cette année.

Un déficit de production

Face à cela, de manière générale, les stocks des pays exportateurs sont au plus bas. C’est du jamais vu. Au total, on note un déficit de 8,6 millions de tonnes dans le monde par rapport aux années précédentes.

De plus, ces mêmes pays, ont quasiment tous subi un accident climatique . « Le Canada et les États-Unis ont subi une grosse sécheresse, la production est revue en baisse de plus de 10 millions de tonnes, explique Jean Deray. En Russie, même si c’est assez opaque, la production n’est pas aussi bonne qu’espérée (- 10 millions de tonnes également) et les taxes à l’exportation sont maintenues au moins jusqu’à Noël, ce qui incite les agriculteurs à stocker leurs marchandises. »

Finalement, seule l’Ukraine a fait une bonne moisson (+7,4 millions de tonnes) mais ne pourra pas combler l’appétit des pays importateurs. Toutefois, dans l’hémisphère sud, notamment en Australie et Argentine, les récoltes de blés s’annoncent bonnes voire très bonnes. Mais la potentielle marchandise n’arrivera pas sur le marché avant début 2022.

Le maïs joue un rôle important

En Europe, la production est revue également en hausse de 15 millions de tonnes par rapport à 2020, mais l’année dernière la récolte avait été exceptionnellement basse. « Finalement, nos problèmes de qualité de blés risquent de ne pas trop être pénalisants dans ce contexte très demandeur, reconnaît le directeur des céréales. Même si nous subissions une décote, les prix sont déjà très élevés. »

Du côté du maïs, qui a un rôle très important cette année, la Chine, encore elle, a multiplié ses importations par quatre depuis la fin du Covid. « S’il n’est pas facile d’interpréter ces achats, on sait quand même que le pays cherche à être autosuffisant en viande de porc et doit nourrir leurs élevages » , interprète Jean Deray.

De l’autre côté du globe, le Brésil, un des principaux pays producteurs de maïs a vu sa récolte réduire de 5 millions de tonnes. Quant aux États-Unis et au Canada, la sécheresse a aussi joué les troubles fêtes pour cette culture.

2022, chamboulement des cours ?

En attendant les récoltes de l’hémisphère sud, les cours devraient rester aussi haussiers. « Je ne vois pas d’éléments à court terme qui pourrait plomber les cours, constate-t-il. L’inflation est générale, tous les prix des matières premières s’envolent et le fret également. Mais combien de temps ça va durer ? En janvier nous devrions en savoir davantage sur les niveaux d’emblavements, qui devraient être en hausse dans un contexte pareil, et les récoltes des autres pays. »

Si pour les céréales, les signaux sont aux verts, pour les oléagineux c’est également le cas. Le marché référent, celui des huiles a bondi de 40 à 45 %, passant la barre des 650€/t. « Le principal pays producteur, la Malaisie a réduit sa production faute de main-d’œuvre et de productivité, explique Jean Deray. Si l’huile a doublé de prix, la graine n’a pas de limite. Les triturateurs achèteront aussi cher la graine qu’ils pourront revendre l’huile.»

À cela s’ajoute une moindre production de canola au Canada (principal producteur de colza), pour cause de sécheresse. Toutefois, l’Australie, qui s’attend à une bonne récolte, risque de calmer un peu le marché en janvier.

La récolte de l’hémisphère sud qui devrait commencer en janvier sera décisive sur la tenue les cours aussi haut. Mais comme le disent les experts, « on a déjà atteint des sommets records en matière de prix des matières premières agricoles. »

Lucie Debuire

Lire aussi : Les prix des aliments pèsent sur les coûts de production des porcs

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salon Génération #HDF, 3 jours pour dessiner son avenir, un salon à destination des jeunes en 100% numérique
La Région Hauts-de-France organise du mardi 1er au jeudi 3 février un Salon Génération #HDF à destination des jeune [...]
Lire la suite ...

Fin du phosmet : une possibilité de dérogation pour un autre insecticide (ministère) 
Le ministère de l'Agriculture voit d'un bon œil la mise en place d'une dérogation pour utiliser l'insecticide cyantra [...]
Lire la suite ...

Origine des viandes en RHD : affichage obligatoire étendu aux viandes autres que bovines 
Un décret paru au Journal officiel le 27 janvier étend aux viandes porcines, ovines et de volailles l'obligation d'aff [...]
Lire la suite ...

BioDemain : Une émission pour sensibiliser le public
L'entreprise nordiste BioDemain a participé à l'émission de M6 "Qui veut être mon associé ?". Une occasion de sensi [...]
Lire la suite ...

Sols : Une web télé pour creuser la question
Animée par le journaliste nordiste Frédéric Denhez, la « Pecnot'Lab TV » rassemble chaque mois, en direct et en rep [...]
Lire la suite ...

Reportage photo : Un retour aux sources… et vers le futur pour Safilin!
25 ans après sa délocalisation en Pologne en 2005, la dernière filature de lin française est de retour sur ses terre [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires