Votre météo par ville

Brasserie : Pour Romain Lefebvre, bière qui roule n’amasse pas mousse

09-03-2023

Actualité

Articles

Romain Lefebvre a suivi des études d’ingénieur pour faire plaisir à ses parents mais son vrai plaisir à lui, c’est la bière. Du club biérologie aux plus grandes brasseries, il a cultivé sa passion du houblon, et s’intéresse de plus en plus à la transformation des produits.

Romain Lefebvre, brasseur à la Peene Becques à Sainte-Marie Cappel
Romain Lefebvre, brasseur à la Peene Becque à Sainte-Marie Cappel. © J. D. P.

Romain Lefebvre est né en 1987 à Bourbourg (59), sur le littoral, dans une famille de chauffagistes. Plutôt à l’aise dans les études mais pas du genre acharné, il suit le mouvement. ” Mes parents ne m’ont jamais poussé plus que ça, mais pour me mettre en sécurité ils pensaient bon de m’imposer des études supérieures.

Romain a un frère, de huit ans son aîné, sorti major de promotion de l’école des Hautes études d’ingénieurs (HEI) de Lille. ” Moi, je visais plutôt l’Institut supérieur d’agriculture (ISA), j’avais notamment fait un lycée professionnel à Dunkerque, avec spécialité en SVT et j’aimais bien. ” Mais pour ses parents, “l’ISA c’était la ferme et ça ne les faisait pas rêver “. Alors il intègre l’équipe ingénieurs, avec spécialisation en génie des procédés chimiques.

Dans son école, le jeune homme doit prendre des responsabilités durant un an, c’est la règle. ” J’avais la réputation du dunkerquois qui aimait faire la fête, j’ai intégré le club biérologie. ” Logique. Et déclic. ” Je découvre alors un monde. Et je commence à fréquenter des bars spécialisés, ça a coûté cher à mes parents “, se marre le trentenaire.

“Je m’amusais”

Nous sommes en 2008, il existe une dizaine de brasseurs dans la région, déjà un salon dédié aux bières artisanales, le Fiba de Sainte-Marie-Capelle (59). Romain Lefebvre croise souvent les mêmes personnes, affine sa culture, puis voit déferler la vague des ” craft beer “, toutes ces micro-brasseries qui poussent ici et là. Parmi les pionnières, l’Écossaise BrewDog, on y reviendra. ” Et je sors de l’école dans les premiers, malgré la fête “, synthétise l’assagi depuis. ” Je ne savais toujours pas ce que je voulais faire, j’avais fait des stages dans l’industrie pharmaceutique, cosmétique. Je savais que j’aimais les processus de transformation. Je savais aussi que j’appréciais la bière, mais de là à en faire mon métier…

Pendant ses études, Romain a construit une mini-brasserie avec son père, où il brasse régulièrement 60 litres qu’il fait tester aux copains. ” J‘ai fait des bières au piment, à la coco… je m’amusais. ” En 2011 il ne peut plus nier l’évidence et entre chez Heineken, à Mons-en-Barœul (59), comme ingénieur amélioration sur la ligne de conditionnement.

Un premier poste, mais bien loin du produit. ” L’ambiance sociale y était aussi très moyenne, bref ça ne m’allait pas “, se souvient le Nordiste. Au bout de six mois il décide d’aller vers l’artisanal. Seulement avec son diplôme d’ingénieur, toutes les micro-brasseries le jugent surqualifié. ” Alors je retourne sur les bancs de l’école, et je suis une formation en brasserie au lycée de Douai, puis j’enchaîne les expériences “, jusqu’à la pittoresque Brasserie à vapeur en Belgique. Il tente aussi sa chance, en passant, à la mythique brasserie BrewDog où il est accepté pour un stage. ” Une expérience sympa ” qui marque aussi son CV d’un quasi-sceau royal.

Romain Lefebvre en trois dates

2008. Il intègre le club de biérologie de HEI Lille.

2013. Il est embauché à la brasserie belge Caulier (Bon Secours, Paix-Dieu) où il restera sept ans.

2022. En février il intègre la brasserie Peene Becque à Sainte-Marie-Cappel.

“J’apprends sur le tas”

Le voilà prêt, légitime. Les propositions affluent dont celle des 3 Brasseurs, chaîne de restauration équipée de micro-brasseries. Lyon, Nîmes, Orléans puis l’ouverture de Saint-Quentin : Romain y passe une année, nous sommes en 2012. Une bonne expérience, mais le jeune homme veut alors se rapprocher de sa promise, et intègre la brasserie Caulier, à Mouscron (Belgique). C’est celle qui brasse la bien connue Paix-Dieu. ” Mon responsable décède rapidement après mon embauche et j’apprends sur le tas, en mode galère. Nous passons de 3 000 hectolitres à plus de 30 000 à mon départ sept ans plus tard. ” Car l’énorme succès de ce mono-produit ne convient plus au jeune homme qui fait un burn-out et “quitte un très bon poste pour (se) retrouver.

C’est par hasard, en discutant avec le patron du Baron, brasserie et restaurant à Gussignies, vers Maubeuge (59), qu’une proposition tombe : aller brasser La cuvée des Jonquilles cette fois, une autre bière réputée, à plus petite échelle. Un rythme moins soutenu, davantage de créativité et de plaisir, l’équilibre est retrouvé. Et voilà que le confinement arrête tout. Romain Lefebvre habite alors Tournai (B), il attend son deuxième enfant, l’appel des sources hausse la voix.

“Je m’intéresse à la transformation”

Il aurait pu rejoindre n’importe quelle brasserie dans le secteur, mais Romain rencontre alors Manu, l’un des quatre associés en train de monter la Peene Becque, micro-brasserie qui ouvrira en 2022 à Sainte-Marie-Capelle, en Flandre. Manu lui parle du projet, Romain dit banco. ” J’aurais pu viser plus gros, mais l’important pour moi était de prendre du plaisir “, explique celui qui dit ” tendre à revenir à la terre “.

Lire aussi : Bière : Sainte-Marie-Cappel, nouvelle étape brassicole

Après des études très techno-ingénieur, après une jeunesse urbaine et festive, les racines rurales de sa famille poussent à mesure qu’il prend de l’âge. Alors il se forme en apiculture, cultive son potager et nourrit ses poules. Il fabrique son vinaigre de pommes et imagine avoir des moutons un jour, pourquoi pas. ” J’ai envie de diversifier mes plaisirs. Je m’intéresse à la transformation des produits et me suis fait un atelier de 35 m2 à la maison pour tout ça.

En tête, la fabrication d’un fumoir et celle de couteaux, pour celui qui s’intéresse à la forge. ” Et un jour j’adorerais avoir mon mini-corps de ferme à moi. Tout ça n’aurait pas été compatible avec un poste d’ingénieur en usine “, analyse l’épanoui.

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires