Votre météo par ville

Vivien Outters, le bio réfléchi et passionné dans ses vergers

28-03-2024

Actualité

Articles

À 26 ans, Vivien Outters est à la tête de l’exploitation familiale qui produit des pommes et des poires dans ses vergers bio depuis une trentaine d’années à Wallon-Cappel, dans les Flandres. Avec le sourire, le jeune homme raconte son métier.

Vivien Outters est désormais à la tête de l’exploitation familiale. © K. S.

Au cœur des Flandres, le jeune Vivien Outters vit de sa passion tous les jours au sein des vergers biologiques du même nom. Le jeune homme a le parcours classique de celui qui prend la tête de l’exploitation familiale : lycée agricole à Hazebrouck, BTS ACSE à l’institut de Genech puis licence en management agricole. Pourtant, Vivien Outters l’avoue, même si ce choix peut apparaître comme une évidence, c’est une décision qui se réfléchit.

Et ça tombe bien, à 26 ans, le jeune agriculteur a la tête sur les épaules. « Le monde agricole, ce n’est pas évident, alors oui, j’ai d’abord hésité. On n’est jamais sûrs. On se dit : est-ce que c’est vraiment pour moi le monde agricole ? Est-ce que je le sens ? Est-ce qu’il y a de l’avenir ? Reprendre une ferme familiale, ça peut faire peur aussi. On réfléchit, et puis on se lance, et on y va », dit-il avec le sourire de ceux qui savent qu’ils ont fait le bon choix.

Après avoir été salarié pendant trois ans sur l’exploitation, il est finalement devenu l’associé de son papa, Benoît, en 2022. « Mon grand-père a planté ici les premiers pommiers en 1954, raconte Vivien Outters. Dans la foulée, il a planté des poiriers dans les années 1960. Papa a repris en 1985 et en 1996, il a débuté sa conversion vers l’agriculture biologique. De par sa philosophie et parce qu’il a eu une période où il a été malade des produits. » Le père a été l’un des premiers à se convertir au bio dans le coin et ça a été « très dur au début », explique le fiston. Puis les mentalités ont changé, les consommateurs aussi, et les Verger biologiques Outters sont aujourd’hui bien installés du côté de Wallon-Cappel, à quelques minutes d’Hazebrouck.

Une histoire de famille

« Je ne repartirais pas en arrière », continue fièrement Vivien Outters. Il souhaite, plus que jamais, s’inscrire dans l’agriculture biologique, tout en respectant les méthodes et choix de chacun. Il suffit d’ailleurs de l’entendre parler de ses fruits pour le comprendre : « Ce que j’aime beaucoup, c’est l’évolution sur l’année de l’arbre. On part de la fleur et on arrive au produit fini. La pomme, la poire, c’est un an de travail. On récolte la satisfaction d’un an de boulot. »

Produire en bio a pourtant ses contraintes, notamment l’alternance de productivité des arbres : « Une année, ça va produire très fortement. Et l’année suivante, même si les conditions sont bonnes, il va y avoir une mise à fruits très mauvaise. » Mais qu’importe pour le jeune arboriculteur : « Une année, l’arbre produit, l’année suivante, il se repose. C’est le cycle naturel de l’arbre et du vivant, il faut le respecter. »

Vivien Outters a aujourd’hui pris les rênes de l’exploitation, même si le papa n’est jamais loin, et il continue d’apprendre de son paternel. « Je suis content que mon père soit encore là. Il a des choses à m’apprendre : les prix, les marchés, les investissements, la technique aussi bien sûr. Mais j’ai aussi de nouvelles techniques. Il y a des discussions entre nous deux, mais c’est moi qui ai la décision finale maintenant. Il ne faut pas qu’il y ait plusieurs décideurs sur une exploitation. »

La tête sur les épaules, mais la tête bien faite, Vivien Outters travaille aussi avec sa maman, Marie, et ses frères et sœurs sont là si besoin. L’entreprise embauche jusqu’à dix salariés entre août et octobre quand les besoins sont les plus importants, et deux personnes à mi-temps durant toute l’année. « Dans le monde agricole, il ne faut pas compter ses heures. Il faut que la passion passe au-dessus des moments un peu compliqués », juge le jeune homme. Parce qu’il n’y a pas que le travail de terrain, il faut gérer l’administratif, la comptabilité, démarcher de nouveaux clients, « savoir tout faire », résume-t-il.

Facebook et vente directe

Les Vergers biologiques Outters font partie de la coopérative Norabio. Les pommes, poires et jus sont vendus dans le réseau des Biocoop et des collectivités locales. Surtout, l’exploitation mise sur la vente directe à la ferme : « C’est l’une de nos forces. On a des personnes qui font quand même 30, 50 kilomètres pour venir chercher des fruits chez nous ! Tous les ans, on fait aussi des self cueillettes. Voir les clients, discuter, avoir des retours, ça fait toujours plaisir. Le contact avec les clients, j’aime beaucoup. » En physique et également en virtuel. Pour preuve, la page Facebook des Vergers biologiques Outters est suivie par plus de 1 200 personnes et régulièrement alimentée. Parce que savoir communiquer, sur les réseaux sociaux notamment, c’est important, et le jeune homme le sait bien. Il a d’ailleurs pu partager une bonne nouvelle récemment : le jus de pomme fermier et le jus pomme – poire de l’exploitation, transformés dans les ateliers de l’institut de Genech, ont tous deux reçu une médaille d’argent au Concours général agricole du Salon de l’agriculture 2024. De quoi donner le sourire et l’envie de continuer à Vivien Outters : « On est super satisfaits ! »

Vivien Outters en quatre dates

2015. Il obtient son bac Stav au lycée agricole d’Hazebrouck.

2019. Il est salarié des Vergers biologiques Outters à Wallon-Cappel.

2022. Il devient co-associé, avec son père Benoît Outters, de l’exploitation familiale.

2024. Les Vergers biologiques Outters obtiennent deux médailles d’argent au concours général agricole du Salon de l’agriculture.

 Kévin Saroul

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires