Votre météo par ville

Florent Ladeyn : La Flandre dans les veines, le local comme philosophie

22-11-2023

Actualité

Les rencontres

C’est incontestablement le chef flamand le plus connu du nord. Florent Ladeyn, c’est sept restaurants, de la friterie à l’étoilé.

Florent Ladeyn © E. P.

C’est au Bierbuik de Lille, dans cette première salle toute rose, que nous rencontrons Florent Ladeyn. Il est en retard, « un rendez-vous et j’en ai un autre après ».

À 39 ans, il fait partie de ces chefs qui n’arrêtent jamais, un projet toujours en cours avec toujours une ligne conductrice, et ce depuis maintenant 13 ans : cuisiner local et uniquement local.

Tout commence dès l’enfance, alors qu’il grandit dans les cuisines de l’Auberge du Vert Mont, tenu par ses parents et autrefois par ses grands-parents : « Au départ j’aidais en salle et assez rapidement je suis passé en cuisine. Je connaissais donc les contraintes de ce travail, c’est pour ça que dans un premier temps, après le lycée, je me suis inscrit en école d’art. Ce que je savais c’est que j’avais besoin de faire quelque chose de créatif. »

Après seulement quelques jours de ce cursus, « j’ai compris que ça n’allait pas le faire ! » Trop de théorie, pas assez de concret, pas assez d’actions. Retour donc aux fourneaux, en apprentissage, dans les cuisines de l’adorée auberge et en formation au Cefral de Dunkerque.

Une histoire de navets

À l’hiver 2005, comme souvent, Florent Ladeyn et son père coupent du bois chez l’agriculteur voisin. « On faisait ça car on avait peu de monde l’hiver. » Florent Ladeyn aperçoit une bâche. Dessous, des navets, en train de pourrir. « L’agriculteur m’explique qu’il ne les a pas vendus. Et là, je me suis senti très bête car la veille, j’étais allé à Metro® acheter des navets, tout blanc, tous parfaits mais que j’avais payés… cher ! »

C’est un électrochoc pour Florent Ladeyn qui éprouve alors « un sentiment de culpabilité. C’est littéralement un voisin » ! À partir de là, c’est une évidence, le chef va privilégier le local dans sa cuisine et pourquoi pas même cuisiner exclusivement local ?

Locavore toujours

En 2010, son père annonce à Florent Ladeyn que quelqu’un souhaite racheter le Vert Mont. « L’idée était qu’avec cet argent, il m’aide à m’installer à Bailleul. Je lui ai demandé de me laisser un an au Vert Mont. Un an pendant lequel il me laissait faire ce que j’avais en tête, c’est-à-dire de la cuisine 100 % locale, 100 % maison. » Là aussi révélation : c’était la bonne idée !

En 2011, Florent Ladeyn obtient le prix de « Jeune talent de l’année » par le Gault & Millau. Et en 2012, il participe au télécrochet de M6, Top chef. Une expérience mais surtout « une tribune ». « On a remis la Flandre sur la carte de la France avec Top chef, puis avec nos restaurants. Et ce n’est pas rien ! »

Une responsabilité aussi. Car depuis qu’il s’est lancé ce défi et que ses restaurants ont ouvert, Florent Ladeyn a dû s’entourer de producteurs qui aujourd’hui, dépendent en partie de lui. « C’est une grande chaîne. Il faut faire attention à chaque maillon ! »

L’habit ne fait pas le moine

Aujourd’hui, ses restaurants se fournissent auprès d’une petite quinzaine de producteurs, des légumes au fromage en passant par le sel, « depuis peu » grâce au Sel des 2 caps (lire notre édition du 25 novembre 2022). Une petite équipe qui permet de fournir suffisamment de produits pour faire « 1 200 couverts chaque samedi », sourit le chef.

Cuisiner local, ça demande aussi de l’huile de coude parfois car « on n’a pas de plan B si un producteur ne peut pas nous fournir. Avec le changement climatique, c’est quelque chose qui s’est d’ailleurs accentué… » Cela dit, Florent Ladeyn ajoute : « C’est sûr que l’hiver, j’ai moins de choix. Mais quelque part, ça pousse à la créativité. Ça pousse à se poser des questions, trouver des astuces, des techniques, innover. Ça prend du temps », reconnaît-il. « Mais je préfère me poser des questions que d’aller à la facilité. »

Aujourd’hui à la mode, le locavorisme est revendiqué par beaucoup de chefs. Mais pour Florent Ladeyn, il faut se méfier des apparences : « Attention aux gens qui se collent eux-mêmes des étiquettes. Dire qu’on cuisine des produits du terroir ça ne veut rien dire, qu’on cuisine des produits locaux non plus. En pourcentage ça représente quoi ? C’est ça la question qu’il faut poser. »

Et du fait du changement climatique et de l’inflation, le chef entend aussi un autre discours, « des personnes dire “je ne veux pas me priver d’un bon produit sous prétexte qu’il vient de l’autre côté de la planète”. Là on ouvre la boîte de Pandore car tout devient justifiable ». Pour le chef flamand, une chose est sûre, « ce modèle fonctionne. Donc je ne comprends pas qu’on ne soit pas plus à le mettre en place. Je souhaite vraiment que cela se développe. » 

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’agriculture ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires