Votre météo par ville

Rencontre avec le chef Damien Laforce

17-02-2023

Actualité

Consommation

Damien Laforce est un amoureux des bons produits et de la nature. Des passions que le chef du Braque associe pour régaler ses clients.

Damien Laforce © H. G.

« L’école n’était pas trop mon fort, on m’a proposé de poursuivre en cuisine, j’ai accepté… » Si la cuisine n’était pas une vocation pour Damien Laforce, qui se rêvait plutôt garde champêtre ou vétérinaire, le jeune homme va finalement vite y trouver son compte.

Il faut dire que celui qui est originaire des Flandres entretient un lien fort avec la nature. « Mes grands-parents ont joué un grand rôle dans cette relation, l’amour du bon produit, le contact avec le vivant. Ils avaient un potager de 4 000 m2, et grâce aux fruits et légumes qu’ils y cultivaient, ils étaient autosuffisants. J’ai été élevé aux bonnes choses. J’espère que ma vie sera aussi belle ! »

Passion et conviction

Visiblement, elle en prend la voie : Damien Laforce exerce son métier avec passion et conviction.

Sa carrière débute à l’auberge du Vert Mont à Boeschepe (59), aux côtés de Florent Ladeyn. « J’ai d’abord fait un stage et j’ai trouvé cela génial. Une révélation ! » Il y fera son contrat d’apprentissage.

Diplômé haut la main, Damien Laforce poursuit avec lui l’aventure en devenant le second de cuisine du Bloempot, à Lille, en 2014. Il y reste pendant deux ans. Puis il prend la tête des cuisines du Sébastopol, toujours à Lille. Au bout de 11 mois et à tout juste 21 ans, Damien Laforce est désigné « Jeune Talent » par le Gault & Millau.

Les médias s’intéressent à lui et il est contacté par les producteurs de Top Chef. Il se lance dans l’aventure en 2019 et est éliminé aux portes de la demi-finale. Mais il n’a pas tout perdu. L’émission lui ouvre les portes… des banques. Le jeune chef avait pour projet d’ouvrir son restaurant : « J’ai travaillé dur pendant des années, mais c’est finalement un mois et demi de tournage et un passage à la télévision qui m’auront permis d’obtenir un prêt… »

En 2012, Le Braque, en référence à la race de Marcel, son fidèle compagnon à quatre pattes, ouvre ses portes à Lille. Entouré de 10 salariés, « une petite famille » comme il aime dire, Damien Laforce s’efforce de proposer « une cuisine en sauce gourmande » avec des produits locaux et de qualité.

Pour la viande, il se fournit directement chez des producteurs locaux ou va la chasser lui-même avec Marcel. « Il y a beaucoup de débats sur la chasse. Je suis un amoureux des animaux, mais je suis capable de leur ôter la vie. Je prélève un infime pourcentage pour que la ressource soit durable et croissante. » Une viande qu’il transforme dans ses cuisines et qui se retrouve dans l’assiette des clients. Et avec le chef de 27 ans, pas de gâchis. Tout est utilisé : « Avec les arêtes et les têtes de poissons, on fait de la soupe ou du bouillon… Aujourd’hui, on ne sait plus diversifier ses menus, les gens achètent toujours le même type de viande. Avec ces comportements, on tue plus. On ne peut pas continuer comme ça », se désole le chef.

À la carte du Braque, les produits de saison sont aussi à l’honneur : « On peut faire de très bonnes choses avec des aliments simples. » Damien Laforce et son équipe partent également, de temps en temps, à la cueillette, « on adore, je prends le temps de leur montrer les bons coins ! » Les produits de saison sont ensuite cuisinés pour en profiter toute l’année : « On fait nos vinaigres, nos condiments… La saisonnalité, on la transforme au bon moment pour se faire plaisir toute l’année. »

Damien Laforce tente également de limiter au maximum ses déchets : « On est loin d’être irréprochable mais on essaie de faire de notre mieux pour créer un monde meilleur. Actuellement, on cherche une solution pour remplacer le film alimentaire. »

« On marche sur la tête »

S’il s’éclate derrière les fourneaux du Braque, Damien Laforce ne manque pas d’idées pour l’avenir : « Mon projet de vie est d’ouvrir une chambre et une table d’hôtes, dans un endroit où je vivrais en autosuffisance avec mon potager, mes animaux… »

Une idée à laquelle il avait déjà pensé en ouvrant Le Braque mais qui finalement n’était pas réalisable. « Je voulais un terrain où cultiver des fruits et légumes que j’aurais servis au restaurant, avec quelques poules et cochons nourris avec les déchets de nos cuisines avant d’être mangés… Mais cela n’a pas été possible, les charges étaient trop lourdes, et je n’aurais pas pu servir mes animaux à mes clients pour des questions sanitaires. On nous fait manger de la merde élevée aux antibios qui ne voient pas la lumière du jour de leur vie, mais on nous interdit de servir des animaux élevés au grand air avec de bonnes choses… C’est fou que des lois comme ça existent, on marche sur la tête… »

En attendant que les lois changent, Damien Laforce s’est donné pour mission de faire découvrir de bonnes choses à ses clients pour un prix qui reste accessible : « Le midi, nous proposons un menu entrée, plat, dessert pour 32 €. » 

Damien Laforce en quatre dates

4 octobre 2016. Naissance de Marcel, son braque, qui l’a inspiré pour le nom de son restaurant.

9 novembre 2019. Chasseur, Damien Laforce tue sa première bécasse dans les Côtes-d’Armor.

31 août 2021. Ouverture de son restaurant, Le Braque, rue de la Monnaie, à Lille.

7 octobre 2022. Cueilleur, le chef a trouvé son premier joyau de l’automne, un champignon très rare.

Hélène Graffeuille

Lire aussi: Gastronomie : Entretien avec le restaurateur Patrick Comte

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires