Votre météo par ville

Reprendre en agriculture biologique

06-10-2020

Actualité

Les rencontres

Suite de notre série sur la transmission. Cette semaine, rencontre avec Anne Lieven, ingénieure agronome. Elle a repris la ferme familiale en agriculture biologique, à Étaples, sur la Côte d’Opale.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Anne, accompagnée de son père et de l’un de ses enfants, se dirige vers le verger. C’est
Daniel qui l’a planté lors de sa conversion en agriculture biologique. © VICTORINE ALISSE

Diplômée d’une école d’ingénieur agronome, Anne Lieven ne pensait pas forcément s’installer sur la ferme de son père située à Étaples (62), sur les hauteurs de l’estuaire de la Canche. Certes, comme pour beaucoup d’enfants d’agriculteurs, l’idée qui lui trottait par moments dans un coin de sa tête.

En 2008, alors que son père approche de l’âge de la retraite, la question commence à se poser sérieusement. Anne est alors conseillère de gestion dans la filière agricole

Réfléchir à ce projet en couple, en discuter en famille… La décision est prise quatre années avant le départ de son père, Daniel Trollé, en retraite : Anne se lance dans l’aventure familiale. Un soulagement pour son père. « J’avais peur que les efforts réalisés pour cette agriculture biologique soient anéantis par quelqu’un qui reprendrait la ferme en agriculture conventionnelle« , confie-t-il, qui fut l’un des premiers à se convertir au bio en 1998.

Lire aussi notre article : Avant de s’installer, quel statut choisir ?

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Daniel Trollé aux côtés de sa fille, Anne, qui a repris l’exploitation familiale et poursuit l’engagement dans l’agriculture biologique. © VICTORINE ALISSE

Soutien familial

En 2012, Anne reprend donc les rênes de l’exploitation sous le statut d’entreprise individuelle. Son père l’épaule en tant qu’aide familial pendant deux ans, avec un salarié à temps plein. Cette mère de famille poursuit l’engagement de son père pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

Face aux réticences des banques à accompagner un projet en bio affichant des rendements moins importants que ceux habituels de la région, ils choisissent le dispositif du prêt familial, plus simple et moins contraignant à mettre en place qu’un prêt à la banque.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
« Mon père travaillait beaucoup plus en nombre d’heures, j’ai fait le choix d’être plus présente avec mes enfants« , confie Anne. © VICTORINE ALISSE

Les biens ont été estimés par un expert agricole et le prêt consenti par ses parents « avec le même taux que celui du prêt bonifié« , précise Anne. Bien que ce dispositif soit un accord commun entre le cédant et le repreneur, il peut s’avérer compliqué pour la famille en cas de retard de paiement. « Cela nécessite d’en discuter en famille. » Heureusement, ses parents sont des interlocuteurs compréhensifs et impliqués. « Si j’ai un peu de retard, je ne vais pas payer d’agios« , confie-t-elle en souriant.

Pour Daniel, ce dispositif a simplifié la transmission. Un projet bien accueilli par ses frères et sœurs, heureux que l’exploitation puisse rester dans la famille.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Face aux réticences des banques à accompagner un projet en bio, ils choisissent le dispositif du prêt familial, plus simple et moins contraignant. © VICTORINE ALISSE

Relire le premier épisode de notre série : Revenir sur la ferme de son grand-père

Un cadre privilégié

Pour cette gestionnaire, reprendre la ferme posait à la fois des questions techniques, pour réussir à être performante en agriculture biologique ; des questions financières, pour équilibrer les comptes, et avoir un revenu ; ainsi que des questions d’organisation du travail.

« Mon père travaillait beaucoup plus en nombre d’heures, j’ai fait le choix d’être plus présente avec mes enfants« , dit-elle. Anne a commencé par simplifier le système de culture en arrêtant la production de pommes de terre ainsi que la production de légumes de plein champ. Ce qui lui plaît le plus dans ce métier ? C’est de travailler dans la nature dans un cadre privilégié.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
En 2008, alors que son père approche de l’âge de la retraite, la question commence à se
poser sérieusement pour Anne Lieven de reprendre l’exploitation familiale. © VICTORINE ALISSE

Elle est aujourd’hui à la tête d’un verger de 3,5 hectares, d’un élevage de 15 vaches blondes d’Aquitaine, de 50 hectares de terres pour des cultures céréalières (blé, orge et avoine) ainsi que des prairies temporaires pour la production de foin pour l’hiver. Cette production d’herbe lui évite d’acheter des fourrages à l’extérieur.

« La vulnérabilité par rapport au climat est ce qu’il y a de plus difficile. On vient de passer un été très compliqué. Il va falloir sans cesse s’adapter« , explique-t-elle. Pour faire face, elle participe notamment à des essais avec « Initiatives paysannes » pour produire du blé ancien, plus vigoureux que les blés actuels. Un travail de recherche et de diversification de longue haleine pour maintenir un modèle d’agriculture biologique performant qu’avait initié son père avant elle.

Victorine Alisse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salaires : nouvelle revalorisation en agriculture, avancée dans l’industrie de la volaille 
Les partenaires sociaux se sont mis d'accord pour augmenter de 0,9 à 1% les salaires minimaux de la branche production [...]
Lire la suite ...

Chambres d’agriculture : une ordonnance crée un nouveau modèle de réseau régional 
Une ordonnance parue au Journal officiel le 21 janvier permet la création d'un nouveau modèle d'organisation dans le r [...]
Lire la suite ...

Le loup présent dans la Somme
Plusieurs brebis ont été blessées par un loup dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la commune de Lasfresguimont-Sain [...]
Lire la suite ...

Egalim 2 : le médiateur « enquête » sur la légalité des baisses de prix chez Sodiaal 
Le ministère de l'Agriculture confirme la saisie en début de semaine du médiateur des relations commerciales pour "en [...]
Lire la suite ...

Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés le 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires