Votre météo par ville

Reprendre en agriculture biologique

06-10-2020

Actualité

Les rencontres

Suite de notre série sur la transmission. Cette semaine, rencontre avec Anne Lieven, ingénieure agronome. Elle a repris la ferme familiale en agriculture biologique, à Étaples, sur la Côte d’Opale.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Anne, accompagnée de son père et de l’un de ses enfants, se dirige vers le verger. C’est
Daniel qui l’a planté lors de sa conversion en agriculture biologique. © VICTORINE ALISSE

Diplômée d’une école d’ingénieur agronome, Anne Lieven ne pensait pas forcément s’installer sur la ferme de son père située à Étaples (62), sur les hauteurs de l’estuaire de la Canche. Certes, comme pour beaucoup d’enfants d’agriculteurs, l’idée qui lui trottait par moments dans un coin de sa tête.

En 2008, alors que son père approche de l’âge de la retraite, la question commence à se poser sérieusement. Anne est alors conseillère de gestion dans la filière agricole

Réfléchir à ce projet en couple, en discuter en famille… La décision est prise quatre années avant le départ de son père, Daniel Trollé, en retraite : Anne se lance dans l’aventure familiale. Un soulagement pour son père. “J’avais peur que les efforts réalisés pour cette agriculture biologique soient anéantis par quelqu’un qui reprendrait la ferme en agriculture conventionnelle“, confie-t-il, qui fut l’un des premiers à se convertir au bio en 1998.

Lire aussi notre article : Avant de s’installer, quel statut choisir ?

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Daniel Trollé aux côtés de sa fille, Anne, qui a repris l’exploitation familiale et poursuit l’engagement dans l’agriculture biologique. © VICTORINE ALISSE

Soutien familial

En 2012, Anne reprend donc les rênes de l’exploitation sous le statut d’entreprise individuelle. Son père l’épaule en tant qu’aide familial pendant deux ans, avec un salarié à temps plein. Cette mère de famille poursuit l’engagement de son père pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

Face aux réticences des banques à accompagner un projet en bio affichant des rendements moins importants que ceux habituels de la région, ils choisissent le dispositif du prêt familial, plus simple et moins contraignant à mettre en place qu’un prêt à la banque.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Mon père travaillait beaucoup plus en nombre d’heures, j’ai fait le choix d’être plus présente avec mes enfants“, confie Anne. © VICTORINE ALISSE

Les biens ont été estimés par un expert agricole et le prêt consenti par ses parents “avec le même taux que celui du prêt bonifié“, précise Anne. Bien que ce dispositif soit un accord commun entre le cédant et le repreneur, il peut s’avérer compliqué pour la famille en cas de retard de paiement. “Cela nécessite d’en discuter en famille.” Heureusement, ses parents sont des interlocuteurs compréhensifs et impliqués. “Si j’ai un peu de retard, je ne vais pas payer d’agios“, confie-t-elle en souriant.

Pour Daniel, ce dispositif a simplifié la transmission. Un projet bien accueilli par ses frères et sœurs, heureux que l’exploitation puisse rester dans la famille.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
Face aux réticences des banques à accompagner un projet en bio, ils choisissent le dispositif du prêt familial, plus simple et moins contraignant. © VICTORINE ALISSE

Relire le premier épisode de notre série : Revenir sur la ferme de son grand-père

Un cadre privilégié

Pour cette gestionnaire, reprendre la ferme posait à la fois des questions techniques, pour réussir à être performante en agriculture biologique ; des questions financières, pour équilibrer les comptes, et avoir un revenu ; ainsi que des questions d’organisation du travail.

Mon père travaillait beaucoup plus en nombre d’heures, j’ai fait le choix d’être plus présente avec mes enfants“, dit-elle. Anne a commencé par simplifier le système de culture en arrêtant la production de pommes de terre ainsi que la production de légumes de plein champ. Ce qui lui plaît le plus dans ce métier ? C’est de travailler dans la nature dans un cadre privilégié.

Famille Trollé (Pas-de-Calais) © Victorine Alisse
En 2008, alors que son père approche de l’âge de la retraite, la question commence à se
poser sérieusement pour Anne Lieven de reprendre l’exploitation familiale. © VICTORINE ALISSE

Elle est aujourd’hui à la tête d’un verger de 3,5 hectares, d’un élevage de 15 vaches blondes d’Aquitaine, de 50 hectares de terres pour des cultures céréalières (blé, orge et avoine) ainsi que des prairies temporaires pour la production de foin pour l’hiver. Cette production d’herbe lui évite d’acheter des fourrages à l’extérieur.

La vulnérabilité par rapport au climat est ce qu’il y a de plus difficile. On vient de passer un été très compliqué. Il va falloir sans cesse s’adapter“, explique-t-elle. Pour faire face, elle participe notamment à des essais avec “Initiatives paysannes” pour produire du blé ancien, plus vigoureux que les blés actuels. Un travail de recherche et de diversification de longue haleine pour maintenir un modèle d’agriculture biologique performant qu’avait initié son père avant elle.

Victorine Alisse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Pévèle : Suite aux orages de grêle, visite sur le terrain pour une demande de reconnaissance ISN
Le 9 juillet, la Pévèle était touchée par la grêle. La DDTM s'est rendue ce 17 juillet sur le terrain pour évalu [...]
Lire la suite ...

Numéro 373 : 12 juillet 2024

Série de l’été : La Lys et sa vallée alluviale (3/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Climat. Antoine Rabain (Geckosphere), apôtre de la neutralité carbone
À 43 ans, Antoine Rabain est à la tête de Geckosphère. Il met son expertise sur le climat au service de ceux qui veu [...]
Lire la suite ...

Agence de l’eau : Isabelle Matykowski nommée directrice générale
Isabelle Matykowski a été nommée directrice de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. À l'occasion de sa prise de foncti [...]
Lire la suite ...

À Lorgies, Le Pôle Légumes recense sa biodiversité
Quelles sont les infrastructures agroécologiques les plus bénéfiques à la biodiversité ? La production agricole es [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires