Votre météo par ville

Produits phytosanitaires : Ce qui se cache derrière la hausse des ventes

15-01-2020

Actualité

Culture

Augmentation du bio, changement réglementaire, hausse des prix… Retour sur ce qui se cache derrière l’augmentation des ventes de produits phytosanitaires en 2018.

Le 7 janvier 2020, l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) et le gouvernement ont communiqué leurs chiffres respectifs sur l’évolution des ventes des produits phytosanitaires entre 2017 et 2018

Lire aussi notre article sur L’utilisation des produits phytosanitaires en baisse en France depuis 20 ans.

L’UIPP annonce une hausse de 8 %. Le gouvernement indique quant à lui, dans sa note de suivi du plan Ecophyto, une hausse de 21 % de la quantité de substances actives (QSA) et de 24 % du nombre de doses unités (Nodu).

Explication retenue par l’un comme par l’autre pour expliquer la hausse : l’anticipation des achats avant le relèvement de la redevance pour pollution diffuse (RPD) le 1er janvier 2019. Néanmoins, comment expliquer une telle différence entre les deux sources ?

phytosanitaires © T. Guillet : Ag Tracks
© T. Guillet : Ag Tracks

De quoi parle-t-on exactement ?

Tout d’abord, chaque chiffre ne renvoie pas au même niveau de la chaîne de distribution des produits phytosanitaires. L’UIPP communique les chiffres de ventes des industriels à la distribution, tandis que le gouvernement prend en compte la vente de la distribution aux agriculteurs. Avec un « déstockage » de produits qui a pu être supérieur chez les coopératives et négociants par rapport à leurs fournisseurs, indique-t-on à l’UIPP.

Ensuite, les chiffres de l’UIPP sont basés sur les déclarations de ventes des entreprises adhérentes à son réseau. « Toutes les entreprises du secteur ne sont pas adhérentes », rappelle Pierre-Yves Busschaert, responsable des affaires économiques à l’UIPP. L’organisme pointe notamment la hausse des ventes de soufre et de cuivre, souvent vendues par des entreprises non adhérentes.

Autre aspect pointé par l’UIPP : ses chiffres ne tiennent pas compte des importations contrairement à ceux du ministère de l’Agriculture.

Les Hauts-de-France sont particulièrement concernés avec des produits utilisés en pommes de terre importés de Belgique ou des Pays-Bas.

Une fausse mauvaise nouvelle ?

Concernant la hausse en elle-même, parler d’une bonne nouvelle serait sans doute une provocation. Néanmoins, les choses sont à mettre en perspective.

En effet, les chiffres donnés par le gouvernement s’appuient notamment sur des indicateurs, comme la QSA, qui englobent des matières actives de nature très différentes, dont certaines sont utilisées en agriculture biologique. C’est le cas du soufre et du cuivre dont les quantités utilisées par hectare sont bien plus importantes que pour les produits de synthèse utilisés en conventionnel.

Par ailleurs, dans le même ordre d’idée, la suppression de certaines molécules oblige les agriculteurs à se tourner vers des produits qui, pour être efficaces, nécessitent d’être pulvérisés à des doses plus importantes. Car malheureusement, la suppression d’un produit n’entraîne pas la suppression de la maladie ou du ravageur contre lesquels il permet de lutter.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires