Votre météo par ville

La filière porcine mobilisée pour contrer la PPA

27-01-2020

Actualité

Élevage

Afin d’éviter l’arrivée de la peste porcine africaine sur notre territoire, les éleveurs de porcs sont appelés à suivre une formation de biosécurité et à mettre leurs installations aux nouvelles normes sanitaires. Pour cela, un dispositif d’aides régional est en place.

porcs élevage porcin ppa terres et territoires
Les mesures sanitaires décidées par les pouvoirs publics ont pour objectif d’empêcher le virus de la peste porcine africaine d’arriver dans les élevages. © DR

Été 2018, la peste porcine africaine (PPA) fait son apparition en Chine et dans l’Est de l’Europe. Cette même année, en Belgique, des sangliers porteurs du virus sont retrouvés. Ce virus arrivé aux portes de notre région est extrêmement contagieux et mortel pour les porcs.

La France sonne alors l’alerte et instaure une série de mesures sanitaires pour les élevages de porcs à titre préventif. Parmi ces mesures, chaque élevage doit désigner un référent biosécurité et réaliser des aménagements afin d’être conforme à la réglementation. Le plupart d’entre eux devaient être mis en œuvre pour le 1er janvier 2020.

Sur le terrain, si les formations ont bien débuté et ont été suivies par de nombreux éleveurs, les chantiers de mise aux normes sont encore bien souvent en cours ou en réflexion.

« Depuis début 2019, nous avons multiplié les formations à la biosécurité, raconte Gwendoline Desailly, directrice de l’URGPP (union régionale des groupements de producteurs de porcs). Mais à ce jour, il reste encore beaucoup d’éleveurs non formés. »

Les producteurs peuvent suivre cette formation avec l’URGPP, les groupements de producteurs de porcs ou encore avec les chambres d’agriculture. Lors de cette journée, l’éleveur y apprend à reconnaître un animal victime du virus de la PPA et revoit les mesures sanitaires qu’il doit appliquer sur son élevage.

TRANSMISSION PPA porcs terres et territoires

Réflexion avant travaux

La deuxième partie, plus individualisée, consiste à réaliser un plan de biosécurité. « Chaque éleveur crée son plan selon l’aménagement existant et y ajoute les installations nécessaires afin d’être en conformité avec la réglementation », explique Gwendoline Desailly.

Le nombre d’aménagements varie selon la disposition des bâtiments, leur vétusté et le niveau de normes sanitaires respectées auparavant. Une vraie réflexion est donc à mener avant de se lancer dans les travaux. Suite à cela, la direction départementale de la protection des populations effectuera des contrôles.

« Nous ne savons pas encore quelles seront les procédures ni les sanctions appliquées en cas de non-respect des normes. Cependant, un délai d’application court toujours, il ne faut pas prévoir de contrôles avant 2021. »

Gwendoline Desailly, directrice de l’URGPP

1,65 million d’euros d’aides

Pour accompagner les éleveurs porcins des Hauts-de-France, le Conseil régional a accordé une enveloppe de 1,65 million d’euros. « Chaque éleveur qui réalisera des investissements pourra prétendre à recevoir une aide financière”, explique Gwendoline Desailly.

Les investissements d’aménagement, de modernisation ou de relocalisation d’un sas sanitaire, d’une aire d’équarrissage ou d’une quarantaine et les aménagements d’une aire de stockage, d’un quai d’embarquement et de systèmes de protection sont éligibles à cette aide. Pour l’obtenir, il n’y a pas de critères de sélection. Toutefois, les montants éligibles doivent être compris entre 5 et 20 000 euros. Le taux d’aide étant de 20 %, un éleveur pourra recevoir entre 1 000 et 4 000 euros de subvention.

Attention, le temps presse : les dossiers sont à rendre avant le 29 février 2020. « À la vue du temps imparti dont nous disposions pour dispenser des formations et mettre en conformité les élevages porcins, nous avons décidé d’accélérer la mise en place des aménagements, explique Gwendoline Desailly. Nous estimons que l’éleveur n’a plus besoin d’attendre l’accord d’octroi des subventions pour débuter son chantier. Seul le dépôt du dossier peut suffire. »

Une amélioration globale des élevages porcins est donc à prévoir pour l’année 2020.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires