Votre météo par ville

Vendre ses produits à la restauration collective : des agriculteurs témoignent

05-11-2020

Actualité

Terre à terre

Le Comité régional pour l’alimentation des Hauts-de-France s’est réuni le mardi 3 novembre 2020, de façon 100 % digitale. L’occasion de faire le point sur la politique alimentaire menée en région. Parmi les intervenants, des agriculteurs ont apporté leurs témoignages.

restaurant scolaire © JC. Gutner
Objectif de la loi Egalim : 50 % de produits de qualité et durables, dont au moins 20 % de produits biologiques dans la restauration collective d’ici 2022. © JC. Gutner

Au plus tard le 1er janvier 2022, les repas servis en restauration collective devront compter 50 % de produits de qualité et durables, dont au moins 20 % de produits biologiques. C’est en tout cas l’objectif fixé par la loi Egalim du 30 octobre 2018.

Pour Isabelle Deleglise Leduc et Olivier Parcy, respectivement agriculteurs dans le Pas-de-Calais et dans la Somme, c’est déjà du concret. Tous deux, à leur manière, écoulent une partie de leur production auprès de la restauration collective scolaire. Ils ont livré leurs témoignages à l’occasion du Comité régional de l’alimentation (le Cralim), qui s’est réuni mardi 3 novembre en ligne, pour faire le point sur la politique alimentaire menée dans les Hauts-de-France.

Lire aussi : La restauration scolaire des Hauts-de-France soutient les filières agricoles

“Le seul problème a été la mise en place de la livraison”

Isabelle Deleglise Leduc agricultrice témoignage Cralim - capture d'écran
Capture d’écran montrant Isabelle Deleglise Leduc lors de son intervention pendant le Cralim 2020.

Isabelle Deleglise Leduc est agricultrice à Brunembert, dans le Pas-de-Calais, à l’EARL Leduc. L’exploitation familiale, en bio depuis 1998 pour la partie vergers, et depuis 2012 pour son élevage laitier, fait essentiellement de la vente directe. “Une partie de notre production est vendue à la restauration collective qui représente 9 à 10 % de notre chiffre d’affaires, précise Isabelle Deleglise au cours de la visioconférence. Nous les fournissons essentiellement en fromage blanc, mais aussi en fromages affinés.”

La mise en place du partenariat a été relativement facile selon elle : “Les commandes se font simplement, par téléphone ou par mail. On n’a pas eu d’obstacles particulier. On a tout de suite été sollicité car il y a très peu d’acteurs bio sur ce territoire. Le seul problème a été la mise en place des livraisons, ajoute-t-elle. Et le fait qu’on ne puisse pas répondre à toutes les demandes.”

Mutualiser les coûts pour répondre aux besoins

Olivier Parcy - capture d'écran site Bienvenue à la ferme
Capture d’écran du site Bienvenue à la ferme où Olivier Parcy présente son exploitation.

Pour déjouer les éventuels obstacles à la contractualisation avec la restauration collective, justement, des solutions existent…

Olivier Parcy est éleveur de charolaises à Fontaine-Sur-Somme (80), près d’Abbeville. Il est aussi le vice-président de SAS Somme produits locaux. Cette structure “a été créée par et pour des agriculteurs, présente-t-il lors de la visioconférence du Cralim, en partenariat avec la chambre d’agriculture de la Somme et le conseil départemental.”

55 agriculteurs sont aujourd’hui associés au sein de cette structure. Ils sont essentiellement de la Somme, mais aussi de l’Aisne, de l’Oise et du Pas-de-Calais. “L’objectif est de mutualiser les coûts pour répondre aux besoins des différents consommateurs, particuliers et professionnels”, souligne Olivier Parcy.

Le groupe peut ainsi proposer toute une gamme de produits allant des fruits et légumes, à la viande, aux produits laitiers et jusqu’à l’épicerie. “On livre à des collèges, des lycées, on répond à des marchés publics, précise l’éleveur. Grâce à cette société (SAS Somme), on peut s’assurer ces débouchés”. De plus, assure-t-il, “les chefs cuisto sont très satisfaits, ils ont de la viande de qualité, facile à cuisiner, et les assiettes se vident!” Toutes les commandes s’effectuent via le site approlocal.fr. “C’est un outil qui nous est d’une grande utilité”, reconnaît l’agriculteur.

“Je profite du collectif en gardant mon indépendance”

Ce qui lui plaît particulièrement dans ce système ? “On garde la main sur nos prix et on choisit nos débouchés, c’est une véritable force ! On fait des choses qu’on ne pourrait pas faire seuls. C’est une chance. Je profite du collectif tout en gardant mon indépendance.”

Et le groupe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : “On travaille actuellement à la mutualisation du transport avec une startup.” Autre prochain objectif : la labellisation des exploitations du groupe en HVE.

Encore une belle histoire de collectif. Peut-être un modèle à suivre ?

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires