Votre météo par ville

Ce que mangent les pauvres : l’auteur nordiste Frédéric Denhez plonge dans le quotidien de dix millions de Français

21-04-2021

Actualité

C’est tout frais

Comment mange-t-on en France quand on n’a pas le sou ? C’est l’enquête du nouveau livre du journaliste originaire de Caudry Frédéric Denhez et de l’écrivain Alexis Jenni. Ou quand la réappropriation de sa dignité prend le chemin du potager…

Enfant de Caudry (59), Frédéric Denhez est journaliste et écologue de formation. © FD

Pourquoi ce livre, “Ensemble pour mieux se nourrir” ?

L’idée vient de Boris Tavernier, fondateur de l’association lyonnaise Vrac, qui rayonne aujourd’hui sur toute la France. Il réussit l’exploit de donner accès aux personnes pauvres à des produits bio, sains et locaux. Le tout aux prix fixés par le producteur, sans rien négocier. Pour lui, la dignité de l’alimentation des personnes pauvres est basée sur celle du producteur, il ne discute donc pas le prix. L’association permet à des gens qui n’ont pas de moyens d’acheter les mêmes produits que les autres. Il est étonnamment l’un des seuls à avoir eu cette idée.

En quoi cette façon de faire détonne-t-elle par rapport à l’aide alimentaire existante ?

Nous avons une façon d’aider les pauvres qui n’est pas la bonne. On croit que l’aide alimentaire, ce sont les Restos du Cœur et les collectes au supermarché. Mais c’est en réalité un rouage méconnu de l’économie, à travers lequel le secteur agroalimentaire français recycle ses surplus et ses invendus. La pauvreté valorise des produits qui seraient autrement considérés comme des rebuts. Pauvres et méthaniseurs, même combat ! C’est une forme de charité assez immorale.

Et dangereuse pour la santé…

Oui. Il y a d’abord l’aspect psychologique. Dans un pays comme la France où le bien manger est si important, on est ce que l’on mange. Donc, si on me donne des déchets à manger, c’est que j’en suis un moi-même… C’est important de l’avoir en tête.

“Dire que la Covid touche les personnes âgées, c’est facile. On se doute qu’ils sont plus fragiles. Dire que ça touche les gens qui mangent mal, cela remet en cause tout le système de l’aide alimentaire…”

Frédéric Denhez

Et il y a l’aspect nutritionnel. Un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), rendu public en 2020, note que dans les dons, les protéines animales sont surreprésentées, de même que les acides gras et les sucres libres. Il est étrange de constater que quand il s’agit d’aider les pauvres, on leur donne des choses qu’on n’achèterait pas pour nous. Or, quelqu’un qui mange mal finit par être un bon candidat au diabète, à l’obésité, et aux formes graves de la Covid-19. C’est peu sorti dans la presse, mais si le Covid fait autant de ravages en France, c’est moins lié à la vieillesse qu’à l’obésité. Dire que ça touche les personnes âgées, c’est facile. On se doute qu’ils sont plus fragiles que les autres. Dire que ça touche les gens qui mangent mal, cela remet en cause tout le système de l’aide alimentaire, car cela touche à la question de la pauvreté.

Comment fonctionne le système de l’aide alimentaire ?

600 millions d’euros sont injectés chaque année dans le système d’aide alimentaire. Environ 360 millions proviennent des défiscalisations accordées aux dons alimentaires. La loi oblige désormais supermarchés, groupes de restauration collective privés et industriels de l’agroalimentaire depuis fin 2020 à “recycler” leurs invendus ou à en faire don aux associations d’aide alimentaire. Or ces dons sont défiscalisés à hauteur de 60 %. La grande distribution achète donc à moindre prix aux producteurs, et en cas d’invendu envoie ses rebuts aux pauvres. Ces derniers sont absolument déconsidérés, mais sans eux le système fonctionnerait moins bien.

Quelles solutions mettez-vous en lumière dans votre livre ?

L’idée du livre était de faire un tour de France des initiatives qui contredisent ce système de l’aide alimentaire purement caritatif. L’association Vrac et ses produits sains vendus à prix coûtant, Ma P’tite Échoppe du Secours Catholique d’Antony, qui accueille ses clients dans un décor sobre et élégant, mi-épicerie et mi-lieu de vie…

Les gens qui ont peu de moyens ont juste envie de consommer comme les autres, et de repartir discrètement. Le succès de Boris Tavernier avec Vrac ou de l’épicerie d’Antony, c’est ça. Les gens se sentent considérés. Ni en bien, ni en mal. Vous êtes là pour acheter, vous prenez ce que vous voulez, point final. Comme dans une épicerie classique.

“Toutes les études faites sur les jardins ouvriers le disent : il s’agit avant tout d’un moyen de se rencontrer. L’aspect nourricier arrive après.”

Frédéric Denhez

Vous parlez aussi des jardins collectifs de Soumoulou, près de Pau, ou du Secours Catholique à Dunkerque.

À Soumoulou (64), des gens en ont eu assez d’avoir des colis alimentaires malsains. Ils ont obtenu une surface pour un potager et se sont arrangés avec éleveurs et abattoirs locaux pour compléter la production. À Dunkerque, le Secours Catholique a fondé un potager collectif assorti d’une épicerie sociale et solidaire. Cela permet de toucher des gens qui sont sortis des radars sociaux habituels.

Cela montre que l’intérêt principal du potager n’est pas de se nourrir en autonomie, c’est plus que ça : il resocialise les gens. Toutes les études faites sur les jardins ouvriers le disent : il s’agit avant tout d’un moyen de se rencontrer. L’aspect nourricier arrive après. Le potager donner une meilleure image de soi-même. La pauvreté est sans fond. Elle ruine l’image qu’on a de soi. L’une des meilleures façons de sortir de ça, c’est de faire c’est avec ses mains. Et l’une des meilleures façons de faire avec ses mains c’est le potager.

Les choses bougent-elles néanmoins ?

Oui. Avec ce rapport de l’Igas, l’État a entamé une réflexion nécessaire. Une aide alimentaire plus ciblée sur la qualité que sur la quantité participerait de l’aide au monde agricole. Je pense que l’un des bons moyens ce sont les chèques alimentaires ciblés sur des producteurs locaux, certains primeurs ou épiceries. Mais pas la grande distribution. Cela ne ferait que soutenir le système actuel.

Propos recueillis par Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires