Votre météo par ville

Salon de l’agriculture 2024 : Qu’en ont pensé les participants des Hauts-de-France ?

07-03-2024

Actualité

C’est tout frais

Il y a quelques jours, nous interrogions plusieurs personnes se rendant au salon de l’agriculture 2024. Du chef à l’agricultrice en passant par Marie-Sophie Lesne, ils nous racontent ce qu’ils en ont pensé.

Salon de l'agriculture
Le maroilles a été élu fromage préféré des français et pour l’occasion, Michel Bride a pu en offrir à des personnalités comme Cyril Lignac, au salon de l’agriculture.

Et voilà c’est terminé ! Après une semaine intense, le Salon de l’agriculture a fermé ses portes le dimanche 3 mars. Il ya quelques jours, nous vous faisions découvrir des participants des Hauts-de-France. Maintenant que l’événement est fini, qu’ont-ils pensé de cette édition 2024 ?

Le salon de l’agriculture a-t-il répondu à vos attentes ?

Pour Louise Bonne, agricultrice membre du réseau Bienvenue à la ferme, le salon a répondu à ses attentes « même si le démarrage a été compliqué. Si dans le hall 7, où nous nous trouvions nous n’avons pas été impactés par les heurts (qui ont eu lieu dans le hall 1), les gens ont fui les deux premiers jours de l’événement, ce n’était pas l’euphorie de d’habitude. Je comprends que les syndicats et les politiques souhaitaient se faire entendre, mais il fallait aussi laisser la place aux agriculteurs, il ne faut pas se marcher dessus. Mis à part cela, l’ambiance a été bonne ! »

Elle est rejointe par Michel Bride, juré au Concours général agricole pour le maroilles : « Le chiffre d’affaires est un peu en baisse pour le maroilles par exemple, surtout à cause des premiers jours… Mais les couleurs du maroilles ont pu être portées bien haut et on a pu retrouver les amis et la bonne ambiance habituelle. »

Porter les couleurs de la région, c’était l’objectif de Florent Piedanna, chargé de mission races régionales au Centre régional de ressources génétiques des Hauts-de-France : « Le SIA a permis une très belle représentation de nos races avec des éleveurs impliqués et des animaux de qualité. »

« C’est un moment où j’ai pu faire de belles rencontres avec des gens de toutes les régions, des Corses, des Réunionnais, des Parisiens, ajoute Sandrine Dubus, agricultrice membre du Savoir vert. Le stand du Département du Nord où nous étions est le seul à être au milieu des vaches, c’est sympa ! Pourtant, avec les violences, il avait mal commencé… C’est dommage, même s’il faut se faire entendre, cela ne donne pas une belle image. »

Pour Marie-Sophie Lesne, vice-présidente à l’Agriculture pour les Hauts-de-France : « Le salon a été, malgré le contexte tendu, une très belle édition. Beaucoup de partenaires, d’agriculteurs et d’élus régionaux et nationaux sont venus au Salon, on sent qu’il se passe quelque chose. Le salon a montré que tout le monde a en tête les enjeux pour garder une agriculture française pérenne après la forte mobilisation des agriculteurs. Il faut garder cette pression positive et s’assurer que les engagements sont suivis d’effets. »

Gabriel Asseman, chef cuisinier qui animait le stand des Hauts-de-France, conclut : « C’est toujours un joli moment de partage. »

Vos meilleurs moments au salon de l’agriculture ?

« Il y a en a eu plein, sourit Louise Bonne. Les échanges ont été bons avec les visiteurs et les autres agriculteurs. Il y avait davantage de questions sur nos métiers par rapport aux années précédentes. Nous avons également eu la chance d’avoir une visite de Miss France qui a goûté nos produits. » Les rencontres, c’est aussi ce dont se souvient Sandrine Dubus : « On a rencontré des élus politiques ou du monde agricole, cela permet des échanges et c’est toujours un moment convivial. »

Pour les représentants des produits et races locales, les meilleurs moments sont évidemment ceux des récompenses. « Le concours des béliers du Boulonnais a notamment présenté un niveau inégalé des béliers présentés et des jeunes éleveurs qui se prennent au jeu », raconte Florent Piedanna. De son côté, Michel Bride, qui est également secrétaire général de la confrérie du maroilles, a pu se rendre sur le plateau de RTL (au salon) pour parler de ce fromage, qui vient d’être élu fromage préféré des Français dans un sondage organisé par la radio. « Nous sommes aussi passés sur RMC ! » 

Le chef Gabriel Asseman retient surtout « l’entraide ! Pour la mise en place, il y a toujours un chef qui passe et qui propose de donner un coup de main. Ça se fait naturellement, dans la bienveillance, et ça fait du bien de passer des moments comme ceux-là ! »

Côté politique, Marie-Sophie Lesne indique avoir « apprécié la forte demande des médias et des questions plus précises et plus professionnelles que d’habitude, sur le revenu, sur les distorsions de concurrence, les suppressions de molécules, ce qui démontre que désormais les grands problèmes de l’agriculture française sont connus et bien déchiffrés. C’est essentiel pour avancer, car la pédagogie des enjeux constitue une base pour peser ».

Des idées d’améliorations pour le prochain salon de l’agriculture ?

« Cette année, nous étions dans le hall 7, au bout du salon, rappelle Louise Bonne. Et ce n’est pas la meilleure place… Lorsque les visiteurs arrivaient chez nous, ils avaient déjà un sandwich à la main, plus compliqué pour mettre en avant nos produits ! » Elle est rejointe par Michel Bride : « On était au bout d’une voie sans issue sur le stand des Hauts-de-France ! Mais bon c’est le jeu. Nettement moins bien que l’an passé et ça demande de la patience… » Parallèlement, Gabriel Asseman n’a rien à redire : « Si c’est la même organisation, je signe tout de suite pour l’année prochaine ! »

Pour Florent Piedanna, « on pourrait optimiser le nombre d’éleveurs présents avec un animal chacun ». Quant à Sandrine Dubus, elle suggère de « prévoir le Salon de l’agriculture pendant les vacances des Parisiens, cela permet d’avoir plus de monde en semaine ».

« Outre les rendez-vous que nous prenons avec les partenaires, le Salon pourrait favoriser de nouveaux échanges, surtout à l’échelon européen. Aujourd’hui, le dialogue s’opère entre État et Europe, conclut Marie-Sophie Lesne. L’Europe doit se rapprocher du terrain et des Régions. Rappelons que celles-ci gèrent depuis déjà dix ans le second pilier de la PAC et qu’elles sont prêtes et ont très envie de participer à l’élaboration des stratégies gagnantes pour l’avenir. » 

En exclusivité, le témoignage de Scarlette, Prim’holstein qui concourrait avec les élèves du lycée de Radinghem

Salon de l'agriculture

Est-ce que le salon international de l’agriculture a répondu à vos attentes ? Oui tout à fait, il y avait une belle convivialité et j’ai pu faire plein de rencontres. Beaucoup de gens sont venus me voir et j’étais bien installée avec mes copines, donc plutôt cool.
Quels ont été vos meilleurs moments ? Quand la nourriture est arrivée le matin après la traite ! Plus sérieusement, même si cela a été stressant, j’ai apprécié mon passage sur le ring pour le TIEA et les applaudissements du public. Les élèves et moi même avons reçu le troisième prix de notre catégorie !
Que peut-on améliorer pour les prochaines éditions ? Il est peu probable que je retourne au salon mais c’est un conseil que je donne pour les étudiants et mes collègues. Ce qui m’a stressé sur le ring, ce sont les micros. On ne m’avait pas vraiment préparée à ce bruit là et cela m’a beaucoup surprise. Alors je dirais que lors des séances d’entraînement, le faire avec des micros serait bien.

Un coaching qui a porté ses fruits

Six étudiantes en BTS Production animale de l’institut de Genech ont concouru pour le Trophée international de l’Enseignement Agricole lors du SIA. Elles sont arrivées 4e sur 14. Une place honorable qu’elles doivent, en partie, au coaching qu’elles ont reçu de leurs aînées, quatre élèves en 2e année de BTS qui, l’an passé, avaient également participé à ce concours. Dans le cadre de leur Projet d’initiative et de communication (PIC), elles ont décidé d’accompagner l’équipe de première année de BTS dans la préparation, “l’an passé, nous avions reçu quelques conseils de ceux qui s’étaient présentés l’année précédente mais à part cela nous avions un peu été livrées à nous-même, explique Chloé Carlu, nous avons donc décidé de les épauler cette année.” Depuis septembre, Chloé Carlu ainsi que Lorène Coquille, Clémence Camut et Noémie Deboudt ont donc entraîné leurs camarades aux différentes épreuves. Les quatre jeunes femmes ont également organisé, avec l’aide de leurs sponsors, un voyage en bus qui a emmené une quarantaine de personnes au salon afin que les compétitrices puissent bénéficier de supporteurs lors de l’ultime épreuve du concours : celle de la présentation sur le ring. “Des encouragements de la part du public, c’est ce qui nous avait manqué nous”, se souvient Lorène Coquille. Mais pour l’édition 2024, l’institut de Genech a été acclamé lors du Trophée international de l’Enseignement Agricole !

Hélène Graffeuille Et Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires