Votre météo par ville

Consommation. Seule la viande de volaille progresse

01-09-2022

Actualité

Consommation

En 2021, la consommation individuelle de viande a continué à s’éroder, selon FranceAgriMer. Seule la viande de volaille est en progression. Le porc se maintient.

La consommation de volailles a doublé en 40 ans. © Actuagri

La volaille est la seule espèce de viande à avoir vu sa consommation par habitant progresser en France en 2021 (+1 %), indique le bilan annuel de la consommation des produits carnés établi par FranceAgriMer sur la base d’un calcul par bilan et d’un panel consommateurs.

Celles de porc et d’agneau sont restées stables et celles de bœuf et de veau ont baissé de 0,6 %. Toutes espèces confondues, la consommation individuelle de viande par habitant a continué sa lente érosion entamée en 1998 après un pic de 93,6 kg par habitant et par an en équivalent carcasse de viandes (kgec). Elle n’a cependant subi qu’un très léger repli par rapport à 2020 (- 0,1 %), avec 84,3 kgec.

Des tendances de fond qui se poursuivent

À la faveur de la croissance de la population, le bilan global de la consommation française de viande passe en revanche dans le vert et montre une belle résistance. La consommation totale s’est en effet élevée à 5,7 millions de tonnes équivalent carcasse en 2021, en croissance de 0,7 % par rapport à 2020. Selon cette approche, la volaille progresse plus nettement (+1,5 %), le porc bascule dans le positif (+0,6 %) et l’évolution de la consommation de bœuf et de veau est presque à l’équilibre (-0,1 %). En quantité, la viande de porc reste la viande la plus consommée en France, avec 31,5 kg par habitant, devant la volaille (27,9 kg) et les viandes bovines (22,2 kg).

La viande de porc figure toujours en tête des viandes favorites des Français mais ne cesse de reculer et a fondu de 13 % entre 2001 et 2021. À l’inverse, la volaille, qui a détrôné le bœuf en 2e position il y a une dizaine d’années, poursuit son envolée. « Cette évolution positive de la consommation de volaille s’explique, d’une part, par un prix relativement bas par rapport aux autres viandes, d’autre part par une innovation constante qui accompagne les nouvelles attentes des consommateurs (praticité, forte diversité de produits, goût consensuel, etc.) », commente le rapport de FranceAgriMer.

L’explosion n’a cependant pas profité à tous les volatiles. C’est essentiellement la consommation de poulet qui se développe. Les produits transformés (comme les panés, découpes, etc.) sont de loin les plus dynamiques, à la différence des produits entiers qui baissent. Enfin, le rapport observe que la hausse de la consommation de volaille « n’a pas été accompagnée en totalité par une hausse de la production ». Depuis 1981, celle-ci a progressé de 36 %, « le restant de la hausse des volumes consommés étant assurée par la croissance des importations ».

Autre phénomène de fond : la réduction de la part des viandes bovine et ovine. Bœuf et veau représentaient encore près de 30 % de la consommation individuelle de viande il y a 20 ans, contre 26 % aujourd’hui. Quant à la viande ovine, elle ne pèse plus que 3,2 % en 2021, contre 4,7 % en 2001. 

Actuagri

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Nord-Pas de Calais : Succès pour l’opération d’abandon simplifié d’armes
Le bilan de l’opération nationale d’abandon simplifié d’armes à l’Etat est positif pour le No [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : fin des mesures de restriction dans le Pas-de-Calais
Compte tenu des pluies parfois importantes de ces dernières semaines, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de lever t [...]
Lire la suite ...

Numéro 290 : 25 novembre 2022

Sapins : Une saison qui se joue en un mois
C'est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À l [...]
Lire la suite ...

Porcs : Une période compliquée dans les Hauts-de-France
L'Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Picardie ont tenu leur assemblée général [...]
Lire la suite ...

Comment imaginer l’élevage porcin de demain ?
L’assemblée générale de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Pica [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires