Votre météo par ville

Diane Trolet : Itinéraire d’une artiste à la ferme

03-11-2022

Actualité

Les rencontres

Diane Trolet a posé ses valises à Hersin-Coupigny, dans le Béthunois, où elle dessine son projet d’accueil pédagogique à la ferme tout en concoctant confitures, sirops et pâtes de fruits. Rencontre avec une agricultrice baroudeuse et créative.

Diane Trolet © L.T

Gaston – son bourdon – sous le bras, Diane Trolet déambule au milieu des serres de fraises. D’ici quelques mois, elle s’adressera aux enfants des écoles avec la mascotte qu’elle a elle-même fabriquée pour leur parler de pollinisation.

Le bourdon dispose de pattes en scratch, les boules de pollen qu’il aura butiné viendront s’y fixer. Avant cela, il lui reste à fabriquer les fleurs. « Je me suis un peu emballée… mon bourdon mesure 70 cm alors forcément, mes fleurs doivent être encore plus grandes ! »

Du béton au bourdon

D’origine lyonnaise, Diane Trolet a « grandi dans le béton ». Avant d’atterrir dans le Béthunois, elle a vadrouillé de par le monde avec son sac à dos. Japon, Corée du Sud, Israël, Islande ont accueilli son envie de découvrir d’autres contrées et de « se laisser bercer par les rencontres  ».

Elle a aussi vadrouillé en France avec son stylo et son micro. Journaliste pendant huit ans, elle a travaillé en radio, au festival d’Avignon ou encore au ministère de la Défense. C’est aussi là que travaillait Gabriel, fils d’agriculteurs d’Hersin-Coupigny, son futur mari. Lorsque sonne l’heure de la retraite militaire, le retour sur la ferme familiale s’impose et le couple emménage dans un ancien bâtiment qu’ils rénovent.

Reine des aiguilles

Diane Trolet sonne à la porte de Phildar, un peu par hasard. Pendant six ans, elle conseille les amateurs et amatrices de tricot. Elle s’y connaît en aiguilles : coudre, tricoter, lui permet de laisser s’exprimer sa fibre artistique. Gaston en est la preuve (presque) vivante. Le covid s’invite et la boutique ferme. Il est temps de se choisir une nouvelle aventure pour la trentenaire, devenue mère de deux enfants.

Le cadre est tout trouvé : la famille Trolet cultive depuis 70 ans – et plusieurs générations – des pommes de terre, des céréales et des fraises sur une trentaine d’hectares auxquels s’ajoutent neuf hectares de prairies permanentes. « On essaie d’être le plus vertueux possible, souligne l’agricultrice, conjointe collaboratrice depuis 2022. PBI (protection biologique intégrée, ndlr) pour la lutte contre les insectes, huiles essentielles en traitement anti-germinatif, conservation des sols… » Les pommes de terre sont vendues aux deux tiers en circuits courts via les trois distributeurs installés devant la ferme, à Bruay-la-Buissière et à Barlin. Quant aux fraises, toutes s’écoulent grâce aux casiers automatiques.

Confitures, sirops et pâtes de fruits

Avec les écarts de cueillette et les fraises déformées, Diane Trolet se met aux fourneaux. Elle suit une formation sur la transformation des fruits et reprend son sac à dos pour se former en Normandie et en Bretagne chez des spécialistes de la confiture, qui ont « d’autres façons de faire. » Elle s’inscrit en BPREA maraîchage biologique au lycée horticole de Lomme et choisit de se spécialiser en petits fruits dans les montagnes du Jura.

Des 30 pots de confiture qu’elle fabriquait chaque année, pour le plaisir, elle vise un objectif d’un millier, mais aussi 500 bouteilles de sirops et 200 à 300 sachets de pâtes de fruits.

Une seconde serre de fraises est en projet, un atelier de transformation dans l’ancienne laiterie en travaux et un verger de petits fruits, qui verra pousser groseilles, mûres, cassis, groseilles à maquereau et framboises, est en préparation.

Pomme et amande amère pour Blanche Neige

L’artiste a amené sa créativité à la ferme. Ses idées fusent. « J’imagine une collection limitée de confitures sur le thème des contes de fées : pomme amande amère pour Blanche Neige, gelée de rose pour la Belle et la bête, bourrache à assortir à un autre ingrédient pour la Petite sirène ou encore pomme – pain d’épice pour Hansel et Gretel », cite-t-elle. Nul doute que ces pots en feront rêver plus d’un ! Ses confitures et pâtes de fruits seront aussi offertes aux invités d’un mariage l’été prochain, elle veillera à ce que cache-pots, raphia et étiquettes soient aux couleurs choisis par les jeunes époux.

Au printemps, elle accueillera les premières classes, après avoir suivi la formation à l’accueil pédagogique avec le Savoir vert. Elle parlera de fraises aux enfants, avec Gaston le bourdon. Par la suite, elle a envie de développer d’autres thèmes : pommes de terre, céréales…

Manger local et de saison

L’enjeu de l’alimentation en ligne de mire, Diane Trolet a aussi lancé des opérations de paniers de légumes des quatre saisons avec les associations de parents d’élèves, à Béthune, « pour sensibiliser les familles à manger local et de saison. »

Elle garde des prix accessibles, pour « montrer qu’on peut bien manger à des coûts abordables », dans son bassin minier d’adoption où le pouvoir d’achat est moins élevé qu’ailleurs et où elle a posé son sac à dos. 

Louise Tesse

Lire aussi : De l’usine automobile aux champs de patates

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Le salon Naturabio est de retour
La 21ème édition du salon Naturabio a lieu ce vendredi 25 novembre jusqu’au dimanche 27 novembre à Lille Grand [...]
Lire la suite ...

Expérimentation : Un tracteur roulant au gaz testé à Cucq
Les tracteurs fonctionnant au gaz naturel pour véhicule, conçus par le constructeur New Holland, sont en phase de test [...]
Lire la suite ...

Machinisme : Une nouvelle station GNV à Saint-Laurent-Blangy
Agriopale s’apprête à lancer une nouvelle station de BioGNV à Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras. Cette [...]
Lire la suite ...

Foncier : La Safer présente son nouveau programme
La Safer Hauts-de-France a présenté les grandes orientations de son nouveau programme pluriannuel d'activités. Le pre [...]
Lire la suite ...

Safer : Une activité qui s’est développée et diversifiée
En marge de la présentation du nouveau PPAS, la Safer a fait le bilan du précédent PPAS et présenté ses résultats [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : Une récolte en demi-teinte et un stockage compliqué
Après un été laissant craindre un arrachage difficile, les pluies du début d'automne ont fait du bien pour la récol [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires