Votre météo par ville

Les moulins des Hauts-de-France dans l’attente de la reprise

25-05-2020

Actualité

C’est tout frais

S’il y a eu pénurie de farine dans les supermarchés, c’est en raison de l’approvisionnement, à l’étranger, des grandes et moyennes surfaces. Localement, les moulins de la région ont continué à produire. Ils ont même souffert d’une forte baisse des ventes en boulangerie et restauration.

moulin de Brimeux, Montreuillois farine canche
Pour répondre à la demande des particuliers, le Moulin de Brimeux, au bord de la Canche, dans le Montreuillois, a mis en place un conditionnement en sac d’un kilo. © DR

Le confinement des Français a mis en évidence une situation paradoxale en matière d’approvisionnement en farine. Repas à domicile plus nombreux, achats de précaution… ces comportements ont vidé les rayons de la grande distribution en farine. Pourtant, les producteurs locaux n’ont jamais manqué de farine et ont même plutôt souffert de la crise.

« Évoquer une pénurie en France, deuxième pays européen producteur de farine, relève de la pure fiction », assure Jean-François Loiseau, président de l’Association nationale de la meunerie française.

Sauf que les grandes surfaces ne s’approvisionnent pas forcément en France. Entre 30 à 50 % des rayonnages seraient occupés par de la farine étrangère, essentiellement allemande, en raison de prix plus compétitifs. Mais la crise est passée par là. Les difficultés logistiques ajoutées à la priorité donnée au marché intérieur en Allemagne, ont touché le remplissage des rayons.

Résultat : les consommateurs ont cherché de nouvelles sources d’approvisionnement, plus locales. 

Les ventes aux particuliers explosent

« Les ventes ont explosé du fait de la rupture d’approvisionnement des GMS, confirme Marie-Odile Smets, de la Ferme de la Clarine, au Quesnoy-sur-Deûle (59). L’augmentation des ventes au détail a été très irrégulière d’une semaine à l’autre, mais a été multipliée par cinq a minima. »

Comme de nombreux agriculteurs, leur blé est moulu dans un moulin de la région. Comme à la Bassée. Là aussi, les ventes aux particuliers ont été multipliées, par deux. « Face à la pénurie dans les supermarchés, on a vu arriver des gens qui ne venaient pas avant, détaille Louis-Frédéric Sion, PDG de l’entreprise, qui emploie dix personnes et produit quelque 5 000 tonnes de farine à l’année. On a réussi à maintenir l’activité normalement avec toute notre équipe qui a été formidable. » L’approvisionnement n’a pas posé souci avec « les coopératives et négociants basés dans un rayon de 150 kilomètres. »

farine Moulin de la bassée
Au Moulin de la Bassée, les ventes aux particuliers ont été multipliées par deux. © DR

Les ventes de boulangerie en chute libre

Mais cet afflux masque une réalité moins réjouissante. L’augmentation de la vente aux particuliers n’a pas permis aux moulins de la région interrogés de compenser la baisse de la consommation des boulangeries.

Car, dans le même temps, la demande en farine de la part de la boulangerie artisanale et des industries agroalimentaires s’est écroulée. Et celle-ci représente 90 % de la farine vendue en France.

Aux Moulins de la Bassée, les ventes de farine aux boulangeries représentent ainsi 70 % du chiffre d’affaires et celles aux industriels et restaurateurs (pizzerias, crêperies)… 25 %.

« La demande des boulangers reprend un peu, mais pas pour tous ceux qui faisaient des sandwichs ou fournissaient les collectivités, poursuit Louis-Frédéric Sion. Heureusement qu’on a eu la demande des particuliers pour compenser en partie cette perte. Cette crise montre que notre positionnement en circuit court nous a sauvés. »

Même constat au Moulin de Brimeux, dans le Montreuillois.

« La tendance générale est à la baisse avec une chute de 30 à 50 % des ventes pour les pâtisseries et boulangeries pendant le confinement. L’activité reprend tout doucement son cours », explique Maxime Dantre, responsable de la production de cette affaire familiale.

La suite, pour les meuniers, se dessine en pointillé. « On ne sait pas, on est dans le flou. On vit au jour le jour en fonction de la situation et de la demande. On espère retrouver une activité normale en octobre », souffle Maxime Dantre.

« Nous n’avons aucune visibilité car l’augmentation de nos ventes dépend du comportement des consommateurs », conclut Louis-Frédéric Sion.

Tous espèrent que leurs nouveaux clients poursuivront les habitudes prises pendant le confinement. Et que la demande reprenne en boulangerie et pâtisserie.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
La communauté d’agglomération de Lens-Liévin lance son Défi alimentaire durable
Pour la 2e édition, la CALL recherche 100 familles (dont 50 en quartiers prioritaires) pour participer au défi sur l [...]
Lire la suite ...

Soutien à la profession agricole : Nouveau dispositif
Mardi 21 mars 2023, les élus départementaux ont voté pour la participation du Département du Nord au financement du [...]
Lire la suite ...

FRSEA Hauts-de-France : Simon Ammeux élu président
La Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles des Hauts-de-France (FRSEA) a un nouveau préside [...]
Lire la suite ...

Reliquats azotés : Les tendances de la sortie hiver en Nord-Pas de Calais
Avec 79 unités d'azote de moyenne sur 90 cm, la campagne de reliquats sortie hiver se classe dans la normale haute. Pet [...]
Lire la suite ...

Les entreprises misent sur l’innovation
La région des Hauts-de-France est le fer de lance de nombreuses initiatives en matière de recyclage. Exemples d'entrep [...]
Lire la suite ...

Économie circulaire et recyclage : les enjeux
À l'occasion de la journée mondiale du recyclage, le 18 mars, la Fédération professionnelle des entreprises du recy [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires