Votre météo par ville

Les moulins des Hauts-de-France dans l’attente de la reprise

25-05-2020

Actualité

C’est tout frais

S’il y a eu pénurie de farine dans les supermarchés, c’est en raison de l’approvisionnement, à l’étranger, des grandes et moyennes surfaces. Localement, les moulins de la région ont continué à produire. Ils ont même souffert d’une forte baisse des ventes en boulangerie et restauration.

moulin de Brimeux, Montreuillois farine canche
Pour répondre à la demande des particuliers, le Moulin de Brimeux, au bord de la Canche, dans le Montreuillois, a mis en place un conditionnement en sac d’un kilo. © DR

Le confinement des Français a mis en évidence une situation paradoxale en matière d’approvisionnement en farine. Repas à domicile plus nombreux, achats de précaution… ces comportements ont vidé les rayons de la grande distribution en farine. Pourtant, les producteurs locaux n’ont jamais manqué de farine et ont même plutôt souffert de la crise.

« Évoquer une pénurie en France, deuxième pays européen producteur de farine, relève de la pure fiction », assure Jean-François Loiseau, président de l’Association nationale de la meunerie française.

Sauf que les grandes surfaces ne s’approvisionnent pas forcément en France. Entre 30 à 50 % des rayonnages seraient occupés par de la farine étrangère, essentiellement allemande, en raison de prix plus compétitifs. Mais la crise est passée par là. Les difficultés logistiques ajoutées à la priorité donnée au marché intérieur en Allemagne, ont touché le remplissage des rayons.

Résultat : les consommateurs ont cherché de nouvelles sources d’approvisionnement, plus locales. 

Les ventes aux particuliers explosent

« Les ventes ont explosé du fait de la rupture d’approvisionnement des GMS, confirme Marie-Odile Smets, de la Ferme de la Clarine, au Quesnoy-sur-Deûle (59). L’augmentation des ventes au détail a été très irrégulière d’une semaine à l’autre, mais a été multipliée par cinq a minima. »

Comme de nombreux agriculteurs, leur blé est moulu dans un moulin de la région. Comme à la Bassée. Là aussi, les ventes aux particuliers ont été multipliées, par deux. « Face à la pénurie dans les supermarchés, on a vu arriver des gens qui ne venaient pas avant, détaille Louis-Frédéric Sion, PDG de l’entreprise, qui emploie dix personnes et produit quelque 5 000 tonnes de farine à l’année. On a réussi à maintenir l’activité normalement avec toute notre équipe qui a été formidable. » L’approvisionnement n’a pas posé souci avec « les coopératives et négociants basés dans un rayon de 150 kilomètres. »

farine Moulin de la bassée
Au Moulin de la Bassée, les ventes aux particuliers ont été multipliées par deux. © DR

Les ventes de boulangerie en chute libre

Mais cet afflux masque une réalité moins réjouissante. L’augmentation de la vente aux particuliers n’a pas permis aux moulins de la région interrogés de compenser la baisse de la consommation des boulangeries.

Car, dans le même temps, la demande en farine de la part de la boulangerie artisanale et des industries agroalimentaires s’est écroulée. Et celle-ci représente 90 % de la farine vendue en France.

Aux Moulins de la Bassée, les ventes de farine aux boulangeries représentent ainsi 70 % du chiffre d’affaires et celles aux industriels et restaurateurs (pizzerias, crêperies)… 25 %.

« La demande des boulangers reprend un peu, mais pas pour tous ceux qui faisaient des sandwichs ou fournissaient les collectivités, poursuit Louis-Frédéric Sion. Heureusement qu’on a eu la demande des particuliers pour compenser en partie cette perte. Cette crise montre que notre positionnement en circuit court nous a sauvés. »

Même constat au Moulin de Brimeux, dans le Montreuillois.

« La tendance générale est à la baisse avec une chute de 30 à 50 % des ventes pour les pâtisseries et boulangeries pendant le confinement. L’activité reprend tout doucement son cours », explique Maxime Dantre, responsable de la production de cette affaire familiale.

La suite, pour les meuniers, se dessine en pointillé. « On ne sait pas, on est dans le flou. On vit au jour le jour en fonction de la situation et de la demande. On espère retrouver une activité normale en octobre », souffle Maxime Dantre.

« Nous n’avons aucune visibilité car l’augmentation de nos ventes dépend du comportement des consommateurs », conclut Louis-Frédéric Sion.

Tous espèrent que leurs nouveaux clients poursuivront les habitudes prises pendant le confinement. Et que la demande reprenne en boulangerie et pâtisserie.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires