Votre météo par ville

Reconfinement : quels impacts pour le secteur agricole des Hauts-de-France ?

29-10-2020

Actualité

Terre à terre

Avec le nouveau confinement et la fermeture des restaurants, certaines filières agricoles des Hauts-de-France risquent de rencontrer à nouveau des difficultés. Et d’autres, de connaître un regain d’activité. Petit aperçu non exhaustif.

Deuxième vague, deuxième période de confinement. À l’occasion de son allocution aux Français le 28 octobre 2020, le président de la République a annoncé un nouveau confinement. Au moins jusqu’au 1er décembre. Des précisions doivent être apportées par le gouvernement lors d’une conférence de presse le 29 octobre à 18 h 30, indique le ministère de l’Agriculture.

Si, pour les agriculteurs, cette annonce n’a pas d’impact direct sur leur travail au sein des exploitations, de nombreuses filières risquent d’être touchées. Comme elles l’ont été lors du premier confinement du 17 mars au 11 mai.

Lait, pommes de terre

Tout d’abord, la fermeture administrative des établissements « recevant du public, notamment les bars et restaurants » pourrait avoir des conséquences en termes d’écoulement des produits. Lors de la première période de confinement, les volumes consommés par la restauration hors domicile n’étaient pas reportés vers ceux consacrés à la consommation domestique.

Dans les Hauts-de-France, le maroilles en est peut-être l’exemple le plus symbolique : – 40 à 90 % des ventes selon les producteurs avaient été enregistrées.

Relire notre article : Maroilles, une bouée pour sauver l’AOP

De manière plus générale, la filière lait avait été touchée, et des demandes de réduction des volumes formulées.

Retrouver : La filière lait appelle à réduire la production

C’est aussi toute la filière pommes de terre qui a été chamboulée dans la région, avec un report des pommes de terre d’industrie vers le marché du frais.

Relire : Pommes de terre, la filière en quête de débouchés

En région, c’est également la filière brassicole qui a pris du plomb dans l’aille avec la fermeture des débits de boisson. Le marché de la bière devrait reculer d’au moins 30 % à 40 % cette année en France,

On lira aussi : Aymeric Hubo, brasseur : « 2020 est une année dans les choux »

Vente directe

À l’inverse, la crise sanitaire et le confinement ont eu des effets positifs pour certains producteurs. De nombreux consommateurs se sont en effet tournés vers la vente directe. Des magasins de producteurs, des Amap et autres réseaux de distribution en directe, ont croulé sous le poids de la demande.

Relire par exemple : Fraises : « Économiquement, c’est une belle récolte qui débute »

Ce fut aussi le cas de la filière bio.

Relire notre grand format : Le boom du bio en confinement

Cheval

Rapellons que la période fut très difficile pour la filière équine, qui a vu ses chevaux privés de leurs propriétaires, et les centres empêchés de proposer leurs activités. Pour l’heure, les détails de la nouvelle période de confinement n’ont pas été précisés pour cette filière.

Relire notre grand format: Le Covid-19, véritable course d’obstacles pour la filière cheval

Dans un flash info publié à la suite du discours présidentiel, la Fédération française d’équitation (FFE) demande des mesures spécifiques:

Horticulture

Pour ce secteur, les questions sont encore nombreuses. Mais les fleuristes vont sûrement être dans l’obligation de fermer.

« Cette période de fin d’année qui démarre avec la Toussaint et ses chrysanthèmes pour s’achever avec les fêtes de fin d’année, représente pour la filière française du végétal la seconde période d’activité la plus forte en termes de chiffres d’affaires dans l’année: quelques 530 millions d’euros », souligne l’interprofession qui appelle au maintien des activités commerçantes.

Relire notre article : Horticulture : 7 % des producteurs mettraient la clé sous la porte en 2020

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires