Accueil/Enseignement/Thomas Ovadia : l’as du gazon pour ballon rond

Thomas Ovadia : l’as du gazon pour ballon rond

Formé au lycée agricole de Dunkerque (59), Thomas Ovadia est aujourd’hui groundsmanager assistant du camp des Loges, le célèbre centre d’entraînement des footballeurs du Paris Saint-Germain (PSG).


Le champion du monde Mbappé, mais aussi Neymar, Cavani, Buffon et les autres stars du PSG font leur rentrée vendredi 10 août pour la première journée du championnat de France de Ligue 1. Depuis quelques jours, ils ont repris le chemin de l’entraînement sur les terrains du camp des Loges, en région parisienne. Des pelouses dont Thomas Ovadia, 31 ans, connaît le moindre mètre carré. Pour cause, il en est un des responsables techniques attitrés. Son quotidien : produire un gazon de qualité pour l’une des plus grandes équipes de foot au monde.

De la côte d’Opale à Paris
Spécialiste de l’herbe, Thomas Ovadia n’a pas intégré le PSG par hasard. Il est titulaire d’une multitude de diplômes et de formations relatifs à l’entretien des sols. Bepa jardins-espaces verts, bac pro travaux paysagers, certificat de maintenance de terrains de sport et de loisirs, diplôme de technicien supérieur en aménagement de terrains de sport et enfin formation d’intendant de parcours de golf à Dunkerque. « C’est la seule école de greenkeeper de France, souligne-t-il à propos du lycée agricole nordiste. Les techniques sont identiques à celles utilisées pour entretenir un stade de foot. La seule différence, c’est le nombre plus important d’impacts et donc de zones à remettre en état. » Après avoir fait ses armes dans quelques entreprises, notamment au club de rugby du Racing métro 92 et au Golf national, Thomas Ovadia rejoint le PSG en 2014. Le Britannique Jonathan Calderwood, médiatique jardinier en chef du club, l’engage pour être son assistant. Une responsabilité de taille que l’ancien Dunkerquois prend à bras-le-corps.

Gazon béni
La journée type de Thomas Ovadia débute à l’aube. « Nous enlevons la rosée des terrains et réalisons une tonte avant l’entraînement des joueurs, explique-t-il. Une pelouse pousse de 5 à 7 mm chaque jour, mais la hauteur doit rester la même au quotidien pour les footballeurs professionnels ». Une seconde tonte, dite d’évacuation, est ensuite exécutée pour ramasser d’éventuels restes d’herbe liés au premier passage. Le groundsmanager et son équipe passent alors à l’arrosage méticuleux du parc. « Le haut de la feuille du gazon doit toujours être humide afin que la balle puisse fuser sur le terrain, mais le dosage doit être millimétré pour éviter toutes glissades, indique-t-il. L’entretien du sol et de la terre demande technicité et technologie. Nous ne sommes pas que des pousses tondeuses ! » Ainsi, du travail de ces spécialistes dépend le jeu des joueurs. L’amplitude du gazon influe sur la vitesse du ballon, un sol lourd et gras peut également entraîner des blessures. « Nous collaborons en liens étroits avec le staff technique, qui gère les entraînements des joueurs, pour définir des caractéristiques du terrain en fonction des rencontres à venir et de leur fréquence, déclare Thomas Ovadia. Il y a un impact direct sur les muscles des athlètes et leurs conditions physiques. Maintenant, lorsque je regarde un match de foot, j’analyse directement la pelouse… » L’emploi du temps des jardiniers est réparti entre la gestion du programme de fertilisation, la taille et le scalpe de certains secteurs ou encore la lutte contre les maladies. Les périodes de trêve sont mises à bon escient pour les travaux de plus grande importance. Une culture à part entière !

Simon Playoult

Atouts et inconvénients du métier

  • Une profession d’extérieur. « L’odeur du gazon le matin… Un vrai régal ». Thomas Ovadia est dithyrambique lorsqu’il évoque sa passion pour son métier. Une activité de plein air qu’il considère comme ressourçante.
  • Les saisons. Qui dit métier outdoor dit tributaire de la météo. En effet, « nous travaillons avec du vivant et parfois les conditions climatiques mettent notre organisation à rude épreuve, sourit-il. Nous sommes dépendants des saisons, il faut faire avec et agir en conséquence ! »
  • Les rencontres. Travailler au sein d’un club de renommée mondiale permet de côtoyer des grands noms de football « mais aussi de futures pépites grâce au centre de formation interne du PSG », raconte le responsable des terrains.
  • Des exigences importantes. Le goût du travail bien fait est en quelque sorte le leitmotiv de Thomas Ovadia. « Forcément, il y a une certaine pression et des exigences à respecter, mais nous nous devons de les honorer, précise le technicien. Lorsqu’un joueur de haut niveau ou un entraîneur vous remercie au nom de toute l’équipe, c’est la plus belle des récompenses.  
2018-08-02T12:53:38+00:00 3 août 2018|Categories: Enseignement|Mots clés: , , , , |